18 et moins : quand le hip-hop s’invite dans les séries jeunesses

Hide yo' kids, hide yo' wife.

À peine une semaine que le mois de novembre est entamé et nous voilà déjà submergés par les films de Noël. On a même pas eu le temps de sacrer après les autobus en retard à cause de la neige, qu’Universal Pictures lance un nouveau film du Grinch.

On dirait que tout dans cette nouvelle est déprimant : film de Noël en novembre, énième mouture d’un long-métrage déjà vu, en plus de la confirmation du retour de l’hiver. Heureusement que Tyler The Creator était là pour sauver la donne, puisqu’on a appris qu’il participe à la trame sonore du nouveau film.

À première vue, l’apparition d’un emcee qui rappait il y a quelques années « Kill people, burn shit, fuck school » pourrait surprendre, mais en écoutant ses chansons composées pour le film, on réalise que ça fonctionne. Preuve à l’appui :

Ce n’est cependant pas la première fois que le hip-hop s’invite dans la télévision jeunesse. Voici donc une liste qui prouve que, comme le dit le Wu-Tang Clan, « hip-hop is for the children ».

Sesame Street et Ice Cube

Qui aurait cru qu’un rappeur derrière des chansons comme The Gangster, The Killer and the Dope Dealer et Get Off My Dick and Tell Yo Bitch to Come Here ferait un jour une apparition à l’une des émissions cultes de la télé jeunesse : Sesame Street.

Un rappel que les rappeurs ne sont pas des êtres sanguinaires et qu’on peut apprendre de ses erreurs pour ensuite véhiculer un message positif à la jeunesse. C’est d’ailleurs ce qu’a fait Ice Cube en expliquant aux enfants la définition du mot « astounding ».

Comme dans la phrase : « Ice Cube à Sesame Street, c’est astounding. »

Koriass dans les écoles

Peu de gens le savent, mais avant d’être reconnu pour ses entrevues malaisantes à Medium Large, Koriass faisait de la musique et travaillait fort avec les enfants dans les écoles partout dans la province. C’est comme ça qu’il en est venu à participer à l’écriture d’une chanson qui a par la suite été interprétée par des enfants de 5 à 12 ans.

Le projet Une chanson à l’école réalisé dans le cadre des Journées de la culture a donc amené 50 000 enfants à chanter à leur manière la pièce écrite par le rappeur.

À moins d’être un robot, il est difficile de ne pas être touché par l’initiative. Surtout en regardant la vidéo ici.

Yo Gabba Gabba — Party in my tummy

Clairement, je n’étais pas assez buzzé ce matin en arrivant au travail pour apprécier pleinement le travail de Yo Gabba Gabba dans la création de ce rap sur la nourriture. Pour ceux qui, comme moi, ne connaissent pas la série, on parle ici d’une émission jadis diffusée sur Nickelodeon animée par DJ Lance Rock et une trâlée de marionnettes faisant l’apologie de la musique et de la danse.

C’est d’ailleurs avec cette idée en tête (et sûrement quelques grammes dans les poumons) que l’équipe de Yo Gabba Gabba a composé Party in My Tummy, une chanson qui explique comment avaler des aliments sans les mâcher. Je ne vous en dis pas plus, sinon que le bout où les carottes parlent est trippy as fuck.

Décidément un clip qui entre dans la catégorie « Plus c’est ouache, plus c’est wow ».

Radio Enfer — Le rap des aliments

On ne peut pas parler de la place du hip-hop dans les séries jeunesse sans mentionner un des moments d’anthologie de Canal Famille : le fameux rap sur les aliments de Jean-Lou.

Y a pas à dire, Radio Enfer était en avance sur son temps et Jean-Lou était capable de bust de solides moves de danse.

Mention spéciale aux chaînes en or autour de son cou qui valent clairement plus que tout le reste du décor de la série.

Sid the Science Kid & Migos — Bad and Boujee

Bon ok, ce n’est pas une collaboration officielle, mais c’est quand même du génie. Un gros shoutout à la personne qui a pris le temps de mixer Bad & Boujee sur des images de Sid the Science Kid pour créer une version à la fois dérangée et dérangeante du hit de Migos.

En espérant que nous aussi, on aura droit à un mashup de séries jeunesses québécoises avec du hip-hop.

Je propose d’appeler ça FouKi et Binou.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Entrevue : Souldia en route vers la délivrance

Kevin St-Laurent n’avait que 15 ans lorsqu’il s’est mis à esquisser ses premières rhymes sous son alter ego Souldia. Inspiré par le franc-parler et […]

Dans le même esprit