2018 en musique : Drake, Ariana Grande et… Hubert Lenoir

Grâce à Janelle Monáe, le monde qui avait pas de tumblr sait enfin ce que c'est, la pansexualité.

Pour célébrer la fin de la décennie, URBANIA Musique jette un coup d’œil sur les artistes qui ont marqué chacune de ses années. On approche déjà la fin alors qu’il est question de 2018.

Peut-être un effet secondaire de la vague #Metoo lancée à la fin de l’année précédente, on a hâte de voir moins d’hommes au pouvoir dans les entreprises culturelles. De tous les artistes en nomination pour l’album de l’année aux Grammy 2018, Lorde est la seule à ne pas être invitée à jouer sa musique. Surprise : c’est aussi la seule femme présente dans la catégorie. Apparemment, on n’avait pas de temps pour elle. Par contre, on en avait pour des gars comme Sting et Shaggy, qui n’étaient même pas en nomination.

Alessia Cara est la seule femme à repartir avec un prix durant le gala télévisé, et le président de l’Académie, Mike Portnow n’a d’autre réponse que de dire que c’est aux femmes de « step up ». Il sera remplacé par Deborah Dugan, une femme, en 2019. Baby steps, guys.

Le hit de l’année

2018, c’est l’année de Drake. Le rappeur canadien passe 29 semaines au sommet du Billboard Hot 100 avec trois chansons différentes. Étrangement, dans son pays natal, ce total descend à 22. Autant God’s Plan, nommée chanson de l’année par Billboard, que Nice for What mettent la table pour son nouveau projet Scorpion

À sa sortie, l’album est placardé partout sur Spotify dans une promotion qui fait grincer des dents plusieurs experts. Du même coup, plusieurs croient que la longueur excessive de l’album n’est qu’une façon d’engranger plus d’écoutes à l’ère des sites en streaming. Parce que non, c’est pas vrai que les 15 tounes sont toutes bonnes. Vraiment pas. Qu’à cela ne tienne, à la sortie de l’album, la pièce In My Feelings devient le nouveau hit de l’heure. Bref, beaucoup d’argent qui devrait l’aider à gâter le fils qu’il a essayé de cacher.

Autres gros hits

L’une des chansons qui fera le plus jaser sera l’œuvre de Childish Gambino. Celui qui est aussi acteur, auteur, réalisateur et producteur pour la série Atlanta obtient un succès viral avec la chanson et le clip de la pièce This Is America. La pièce engagée aborde entre autres comme thèmes le racisme, la brutalité policière et l’obsession des Américains envers les armes à feu.

Malgré la domination hip-hop, deux starlettes de la pop réussissent à tirer leur épingle du jeu. D’abord, l’ex membre de Fifth Harmony, Camila Cabello, devient une vedette solo à part entière avec Havana. La chanson surfe sur la nouvelle vague latine qui déferle durant la fin de la décennie.

L’autre est Ariana Grande, qui fait un retour un an après l’attaque terroriste qui a visé son concert à Manchester en mai 2017. La chanteuse lance d’abord No Tears Left to Cry, premier extrait de son album Sweetener. Puis, surprise : Trois mois après la sortie de son album, elle lance sans avertissement une nouvelle chanson. Thank U, Next deviendra son plus grand succès en carrière. Dans la pièce, Ariana fait référence à certains de ses anciens petits copains dont Mac Miller, décédé subitement à l’été.

Au même moment, la comptine pour enfant Baby Shark commence à prendre du galon et devenir un phénomène internet unique. Les jeunes enfants virent complètement fous chaque fois qu’ils l’entendent. Les parents aussi, mais pas dans le bon sens. Vers la fin de l’année, la chanson fait son chemin jusque sur les grands plateaux de télé et les événements sportifs.

Au Québec

Peu connu au début de l’année, Hubert Lenoir devient LA révélation de 2018. Non seulement son album Darlène réussit à séduire même le Canada anglais, la pièce Fille de Personne II est nommée chanson populaire de l’année à l’ADISQ. Évidemment, le gars de Québec retient l’attention partout où il passe. De son tatouage de fleur-de-lys sur une fesse à son look androgyne excentrique, les âmes sensibles n’hésitent pas à le traiter de freak. Mais bon. Quand tu as du talent à la pelle et un sens du spectacle hors pair, tu peux ben faire ce que tu veux avec tes trophées. Oui, même un deep throat sur scène: tu as ma permission. 

Ceci dit, Hubert Lenoir est vraiment chill et posé en personne, pour l’avoir déjà rencontré.

Ça a pris un peu de temps, mais le public québécois adopte enfin Une année record de Loud pour vrai. Ses chansons se claquent des millions d’écoutes et de vues sur le web en 2018. Du lot, Toutes les femmes savent danser deviendra la chanson de l’été ici. Loud collabore également avec Cœur de Pirate sur la pièce Dans la nuit. La chanteuse sort d’ailleurs un peu son piano hors de l’avant-plan avec son disque en cas de tempête, ce jardin sera fermé.

Succès critiques

Janelle Monáe ne fait que de la musique de qualité depuis une bonne décennie déjà. Mais voilà qu’avec Dirty Computer, elle atteint le sommet. Inspiré autant par le trap que Prince, l’album fait un malheur chez les mélomanes aux horizons variés. Comme si le propos et le clip de sa chanson Make Me Feel n’étaient pas assez clairs, elle fait son coming out de pansexuelle en avril. La même semaine, les recherches sur le terme « pansexual » explosent sur Google. Good job!

Fraîchement gradués des Francouvertes 2017, deux projets québécois retiennent l’attention. Dans un premier temps, Lydia Képinski présente une poésie imagée et recherchée avec Premier juin. Sa voix atypique se pose sur des trames qui allient indie rock et pop électronique. Puis, Les Louanges fait paraître La nuit est une panthère. L’album est à l’image d’une nouvelle génération qui a grandi en écoutant de tout. On y trouve de la pop, de l’alternatif, du rap, de l’électro, du funk, du lo-fi et une légère impression que Vincent Roberge a déjà écouté du vaporwave une fois.

Enfin, trois de mes coups de cœur des autres chroniques réussissent des chefs-d’œuvre en 2018. Selon les données d’Acclaimed Music, elles font paraître des albums parmi les dix mieux classés dans les listes de fin d’année. D’abord, Mitski et Robyn font tourner bien des têtes avec, respectivement Be the Cowboy et Honey. Ensuite, SOPHIE dévoile enfin un premier album avec Oil of Every Pearl’s Un-Insides, qui me guérit instantanément de toute dysphorie de genre. D’ailleurs, il y a une vibe à la SOPHIE sur le refrain de Jalousie, meilleure chanson du deuxème album de Donzelle. La rappeuse féministe effectue un retour remarqué au Québec en 2018, dix ans après son premier disque.

Je donne toutefois ma palme de 2018 au premier album de Loïc April, que j’écoute en boucle toute l’année. Et ce projet-là, c’est peut-être le secret le mieux gardé de l’année. L’auteur-compositeur-interprète propose un rock très mélodique, bourré de textes uniques et bordé de riches textures dream pop. Bref, le genre de musique qui n’existe pas ailleurs dans notre merveilleux Canada français. Vous l’aurez lu ici en premier, un an en retard: l’album de l’année 2018, c’est Loïc April.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up