Dominic Berthiaume

« 214 hommes, 10 femmes » : VICTIME souligne le manque de diversité

Une faible représentation féminine remarquée au festival Envol et Macadam.

Si vous avez des amis dans la scène musicale, vous avez peut-être vu passer cette photo ce week-end :

Crédit : Jacques Boivin et ecoutedonc.ca

Sur celle-ci, le groupe de post-punk VICTIME brandit une affiche ou on peut lire « 214 hommes, 10 femmes». Le groupe, mené par Laurence Gauthier-Brown, a profité de son passage au festival Envol et Macadam de Québec pour passer un message très clair au milieu. « Des stats comme ça, ç’a pas rapport. »

J’ai parlé à Laurence dimanche, après que la poussière soit un peu retombée, pour qu’elle m’explique comment toute cette histoire s’est passée de leur côté. « Quand on a vu la prog [d’Envol et Macadam] ont était un peu choqué de voir si peu de filles. On a même pensé à se désister au début. »

Sur le coup, Laurence a partagé son découragement devant le manque de parité du festival dans un groupe Facebook de Femmes* en musique. Dans le groupe, on lui a conseillé d’approcher directement le festival pour en parler. « Quand on en a parlé aux organisateurs, eux ils étaient comme Eh boy, on avait pas pensé à ça !”. Ils avaient pas de mauvaises intentions, mais je pense que ça fait un peu partie du problème, qu’on pense pas à ça. »

Le festival était ouvert aux discussions et a convaincu VICTIME de ne pas annuler leur présence, malgré leurs réticences. « On s’est dit qu’il fallait faire quelque chose, mais on ne voulait pas donner dans la provocation ni rien faire de méchant. On voulait juste soulever que 214 hommes contre 10 femmes, ça avait pas de sens. » Et le message a passé.

Depuis que Jacques Boivin du site ecoutedonc.ca a partagé la photo du groupe avec leur bannière sur les médias sociaux, les commentaires n’arrêtent pas de rentrer. Comme lors du concert, la plupart des gens félicitent le groupe d’avoir fait un move, mais il y a quand même quelques dudes (pour la plupart) qui semblent fâchés du commentaire. Faut croire qu’ils ne voient pas de problème à ce qu’il y ait 21 fois plus d’hommes que de femmes dans la programmation d’un festival…

« On s’est dit qu’il fallait faire quelque chose, mais on ne voulait pas donner dans la provocation ni rien faire de méchant. »

« Quand on a sorti la bannière, le gars des comms du festival est parti à rire ! Il savait qu’on allait faire quelque chose, mais il savait juste pas quoi ! Après le show, le gars qui nous avait bookés nous a même remerciés d’avoir fait ça. Il y a quelques personnes dans la foule qui trouvaient qu’on avait pas rapport et qui faisaient des faces de « what the fuck », mais sinon les réactions étaient bonnes pour la plupart. »

Ce qui surprend le plus dans cette histoire, c’est l’ouverture du Festival Envol et Macadam. Dès la première intervention de VICTIME, ils ont été ouverts et à l’écoute de leurs critiques et les ont soutenus lorsqu’ils ont fait leur stunt pour souligner les inégalités flagrantes dans leur programmation. Selon Laurence, le festival a même proposé de s’engager à inviter plus de groupes féminins l’an prochain. Un communiqué officiel avec les détails devrait d’ailleurs voir le jour sous peu.

Rien n’est encore officiel au moment d’écrire ces lignes, et on verra bien si les changements promis auront bel et bien lieu l’an prochain, mais c’est déjà un pas dans la bonne direction. À travers le brouhaha des dernières années et la stupidité des commentaires qu’on lit souvent sur le web, c’est le fun de voir qu’on est encore capable de se parler, et surtout, de s’entendre sur ce genre d’enjeux des fois.

Très gros props à Laurence et VICTIME d’avoir été super classy dans leur façon de soulever le problème et d’avoir offert leur cachet au Camp Rock pour Filles de Québec. Si vous voulez les voir être aussi badass sur scène que dans la vie, VICTIME sera à l’Esco le 18 septembre prochain avec Guerilla Toss et Blue Odeur.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Entrevue : Souldia en route vers la délivrance

Kevin St-Laurent n’avait que 15 ans lorsqu’il s’est mis à esquisser ses premières rhymes sous son alter ego Souldia. Inspiré par le franc-parler et […]

Dans le même esprit