Les 5 albums d’avril que vous devez écouter (si c’est pas déjà fait)

Les album du mois : avril 2018

Dans les derniers mois, URBANIA Musique a publié beaucoup de critiques et d’entrevues avec des artistes d’ici! Je vais pas me plaindre : c’est une maudite bonne affaire. Mais reste que ça empiète sur mes platebandes parce que le nombre d’albums que vous êtes susceptibles d’avoir manqué est plus restreint.

Ça fait que ce mois-ci, je me suis dit que j’allais me gâter et creuser plus deep qu’à l’habitude et vous jaser d’albums que j’écoute vraiment, au risque de passer pour un malade dangereux. Parce que c’est pas tout reposant, ce qui s’en vient, mais ça reste des méchantes belles créations locales pareil!

Dans les prochaines lignes, je vous fais découvrir l’énergie positive de Télégraphe Jungle, le post-punk plus grand que nature de Freak Heat Waves, les explorations électro-pop de Young Galaxy, le pop-rock romantique et dissonant des Submissives et l’électro disjoncté de Kid Koala.

Positive VibesTélégraphe Jungle

Cuchabata Records

Télégraphe Jungle, c’est un trio de vétérans de la scène rock de Montréal. Avec la chanteuse Jess Roze (Ghost Vines), le guitariste Mertin Hoëk (Crabe) et le drummer Nick Gélinas aux commandes, on sait déjà à l’avance qu’on va avoir affaire à de la bonne qualité. Et c’est justement ce qu’on retrouve sur le premier opus complet du band : des bonnes vibes musicales.

Avec une espèce de fusion slacker et emo somme toute très 90’s bien décomplexée, le trio offre avec Positive Vibes un album qui parle d’amour, d’environnement et de fruits. Des thèmes puissants, si l’on en croit le band. Quoi qu’il en soit, ça reste de la maudite bonne musique qui se pose pas plus de questions qu’il faut.

Beyond XXXLFreak Heat Waves

Telephone Explosion

C’est assez rare que je me retrouve à devoir parler d’un album sans trouver les mots pour bien le décrire, stylistiquement parlant, mais Freak Heat Waves a encore une fois réussi ce tour de force. Pour simplifier, disons qu’ils explorent sur Beyond XXXL un son somme toute post-punk, mais avec tellement de caractère et de réappropriation que l’œuvre devient réellement un ovni musical au final.

Avec une énergie surprenante et une composition efficace, la bande originaire de Montréal, mais désormais basée à Victoria (BC) témoigne d’une fougue qu’on ne leur connaissait pas encore. S’ils n’avaient jamais déçu auparavant, le côté astucieusement survolté et presque gras de Freak Heat Waves est ici tout ce qu’il y a de plus winner.

Down TimeYoung Galaxy

Indépendant

Le duo Young Galaxy a toujours été bon pour changer d’identité et de son au fil de leur carrière. Avec des premières parutions influencées par la dream pop et le shoegaze, puis un virage à 180 degrés vers une électro-pop teintée de house à la Mozart’s Sister, le duo montréalais semble enfin avoir trouvé un son qui lui convient sur Down Time.

Se présentant avec plus de subtilité et de liberté à son public, Young Galaxy offre sur son dernier opus des textures qui rappellent maintenant Björk et certains de vos artistes trip-hop préférés par moment, comme les cochons Massive Attack. C’est plus varié, plus organique, et moins encarcané qu’avant : toutes des choses qu’on apprécie!

Pining for a BoyThe Submissives

Egg Paper Factory

The Submissives, c’est le projet pop-bonbon amoureux, mais pas quétaine, de la Montréalaise Deb Edison. Quand je dis « pop-bonbon », je parle pas de Britney ceci dit. Au niveau des thèmes, on se rapproche, quoiqu’en pas mal plus post-toute, mais pour ce qui est de la musique, on est dans un autre monde totalement!

La composition, simple sans être simpliste, se fait subtilement dissonante. Ça sort des sentiers battus, comme pas mal tout ce qui sort en cassette de chez Egg Paper, mais en gardant un côté typiquement montréalais et bien contemporain. Un peu comme si la no wave revenait à la mode, mais avec une meilleure conscience de ce qui se peut dans l’industrie musicale… Ça vaut le détour!

Floor KidsKid Koala

Arts & Crafts

Après la musique de film, le scratching et le magnifique album Music to Draw to : Satellite, paru l’an dernier, Kid Koala récidive encore avec l’un des bizarroïdes projets dont lui seul possède le secret : la soundtrack originale d’un jeu vidéo de breakdance originellement paru pour la Nintendo Switch.

Gros défi pour le créateur montréalais, le projet lui aura néanmoins permis de se découvrir une nouvelle passion et surtout de démontrer l’étendue de son talent en répondant à une commande précise et d’envergure, se devant de bien tout monter en collaboration avec Jonathan Ng, le concepteur du jeu. La BO qui nous est offerte ce mois-ci présente les 42 courtes pièces qui composent Floor Kids dans une formule bien ludique.

Présenté par URBANIA Musique. Venez suivre notre page Facebook. Il se passe plein de choses cool, là-bas!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Quoi mettre dans vos écouteurs : Nick Murphy fka Chet Faker, ScHoolboy Q et FKA twigs

L'équipe d'URBANIA Musique vous fait ses suggestions musicales.