5 choses auxquelles on a pensé en écoutant le nouvel album de Fanny Bloom

Écoute à chaud de « Liqueur ».

L’ancienne membre de La Patère Rose Fanny Bloom nous offrait son troisième album Liqueur, vendredi dernier. Sans hésiter, j’ai pesé sur Play, mis mes écouteurs et je me suis plongé dans ce projet sur lequel je ne connaissais pratiquement rien.

Et là, j’ai des choses à dire, question de vous aiguiller sur votre consommation musicale des prochaines semaines.

1) Liqueur est un album agressivement joyeux. C’est upbeat à un point où ça convient à un mood vraiment particulier. Les sonorités ensoleillées de Liqueur font penser aux vendredis après-midis, aux road trips en gang, aux terrasses de début de soirée et de fins de semaine, etc. Si ça va le moindrement pas bien, l’intransigeance heureuse de Liqueur va vous laisser un brin circonspect, comme si vous parliez au téléphone avec quelqu’un en vous demandant si la personne est gelée ou non.

2) Fidèle à ses racines electro-pop, Fanny Bloom pousse la note un peu plus loin sur Liqueur en explorant des sonorités EDM et (un tantinet) drum & bass. C’est un album dansant et joyeux à souhait. Ça fait vachement changement de la guitare sèche et des paroles un peu lourdes qui ont trop souvent caractérisé la musique d’ici dans le passé. Non seulement Fanny Bloom n’a pas peur d’être différente, mais elle assume son identité artistique à 200 %. C’est rafraîchissant.

3) Petit coup de coeur pour la chanson Lily, qui vient au milieu de l’album. Celle-là est un peu plus dans mes cordes* : accompagnée d’une jolie mélodie de piano et d’un ensemble de cordes qui arrive juuuussste au bon endroit dans la chanson, Fanny chante à propos de la mère de quelqu’un avec une simplicité poignante. Les arrangements servent magnifiquement la chanson et complémentent la douce candeur de son interprétation.

4) Les paroles de Liqueur invoquent beaucoup l’enfance, l’innocence, voire l’insouciance. Dans Queue Leu Leu par exemple, Fanny dit vouloir retrouver l’enfant qu’elle est dans sa mémoire. Petit Bois évoque des souvenirs d’été et de premiers amours à la campagne. Même ses chansons plus adultes comme Juré Craché et Sous les Néons ont un je-ne-sais-quoi d’enjoué et de coquin.

5) Autre coup de coeur: la collaboration avec Karim Ouellet, Nos Coeurs. Le contraste entre les accords de piano tout simples qui accompagnent les couplets et le rythme endiablé du refrain donne à la chanson un dynamisme qui représente, je crois, ce que l’album a de mieux à offrir. Le genre de chanson qu’on veut écouter en amoureux, un samedi, en regardant le soleil se coucher sur la place des festivals.

En gros, Liqueur est un album différent, affirmé, fait pour les beaux jours de l’été et pour les gens qui se foutent éperdument de ce qu’on pense d’eux. Ça ne plaira pas à tout le monde, mais il devrait aider Fanny Bloom à assurer sa place comme fière représentante de l’électro-pop dansant au Québec.

À écouter quand ça va bien dans votre vie ou si vous voulez que ça aille bien dans votre vie.

* lire entre les lignes: toune mélancolique.

Présenté par URBANIA Musique. Venez suivre notre page Facebook, il se passe des choses cool, là-bas.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Guava Island : l’art au service du culte de personnalité

Qu'est-ce que le film de Donald Glover essaie de nous vendre exactement?

Dans le même esprit