5 leçons à tirer de la pop coréenne

Avez-vous eu votre apport quotidien recommandé en vitamine K ?

BTS sort un album qui se hisse instantanément dans le billboard 200, Blackpink crée un engouement extraordinaire avec sa performance enlevante à Coachella: la pop sud-coréenne explose de partout, des années après le prophétique succès de Gangnam Style. Est-ce que l’attrait du monde entier pour l’industrie musicale made in Seoul est un simple phénomène de mode, ou les boys et girls band qui envahissent dernièrement nos listes de lecture ont un secret bien gardé? En 5 points, voici un survol des qualités qui rendent la k-pop si attrayante.

Leurs bromances sont mille fois meilleures

Quand G-Dragon et T.O.P , les deux rappeurs du groupe pop Big Bang , ont commencé à voler de leurs propres ailes au début des années 2010, on y flairait déjà une certaine complicité. Leurs premiers hits en duo sont des exemples parfaits d’un rap léché et luxueux, qui sait toujours accrocher (particulièrement quand Diplo vient mettre sa touche à la production).  Rien ne préparait cependant à leur trainspottingesque Zutter. Le vidéoclip, sorti en 2015, est loin du glam des premiers efforts. GD et T.O.P appliquent une couche de crasse sur leur peau diaphane et *watch out la masculinité fragile* s’urinent l’un sur l’autre avec une camaraderie désarmante. Si c’est pas ça de l’amitié entre gars, je me demande vraiment ce que c’est.

Les chorégraphies : plus qu’une cerise sur le sundae

Au moment de sortir son délicieux single Touch en 2018, NCT 127 en met plein la vue avec un clip pastel où le souque à la corde est à l’honneur. Au lieu de s’arrêter là, le boys band y va d’un vidéoclip jumeau mettant en valeur l’impeccable chorégraphie en un seul long plan-séquence (d’ailleurs, mon coeur craque à 1 minute 12 secondes, allez savoir pourquoi). La pop star coréenne Lambda ne prend généralement pas la danse à la légère. Que ce soit grâce au synchronisme décomplexé de NCT 127 ou à l‘agilité de TXT, la grâce corporelle est toujours au rendez-vous.

Être pop ne veut pas dire être plate

Début avril, Blackpink faisait résonner ses trompettes sur la menaçante Kill this Love. Outre des couleurs trap complètement assumées, des horns synthétiques à la limite du fromagé, la chanson surprend également avec un pré-refrain qui brise complètement l’ambiance sombre du reste de la pièce. Des caisses claires martiales viennent illuminer la dernière minute. EXO, avec un succès sophistiqué comme Tempo, remet au goût du jour les basses vocales doo-wop et les longs passages sans percussion. ITZY entame le morceau DALLA DALLA dans l’ambiguïté mélodique. Le refrain en mode majeur détonne des couplets au groove lancinant. Si vous cherchez de la musique immédiatement accrocheuse et pleine de rebondissements, ne cherchez pas plus loin.

Une direction artistique au-delà des stéréotypes de genre

Avec Map of the soul : Persona, un album encore tout frais tout chaud, BTS est peut-être LE groupe coréen de l’heure. Au centre de la vidéo de Boy With Luv, Jimin vole la vedette. Son registre aérien, sa délicatesse et son amour des boucles d’oreille ne passent pas inaperçus. Le rose est une couleur dominante tout au long du clip, resplendissant dans les décors et sur les vêtements agencés du groupe. L’industrie de la pop coréenne donne l’exemple en permettant une masculinité plus souple et un léger détournement des codes. Mon intuition : le fameux band de pop chinoise Acrush, composé de 5 membres non-binaires est une continuation de l’émancipation entamée par la Corée du Sud. 

Le diable est dans les détails

Dès ses premières secondes, Likey prend les allures d’une TGIF un peu plus bonbon. Il ne faut pourtant qu’un instant à la pièce de Twice pour déjouer les attentes. Une oreille attentive permet de discerner de multiples lignes mélodiques dans les couplets, jamais répétées. Le pré-refrain finement brodé créé un étrange sentiment d’attente, surtout vers la fin de la chanson, alors que l’attendu refrain laisse plutôt place à un bridge rappé et une section halftime presque insaisissable. De nombreux bijoux de pop coréenne ont l’air simples en apparence, mais les mélomanes sensibles aux rouages de la pop savent qu’en réalité, le genre est d’une richesse infinie. 

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Stella Donnelly : une âme punk portée par une voix d’ange

L'artiste australienne s'attaque aux injustices sociales sur son dernier album.

Dans le même esprit