5 questions, 5 chansons avec Émilie Bibeau

L'univers musical de la comédienne est plutôt hétéroclite, et on aime !

Sur les planches du Théâtre Du Rideau Vert se joue actuellement la pièce L’éducation de Rita, mise en scène par Marie-Thérèse Fortin, qui raconte l’histoire d’une jeune coiffeuse qui retourne à l’université.

Elle y rencontre un professeur Frank, qui lui fait découvrir des oeuvres littéraires qui bouleverseront sa vie.

Pour l’occasion, on a voulu s’entretenir avec l’interprète de Rita, Émilie Bibeau, afin qu’elle nous parle de ses oeuvres phares.

Et comme musique et lettres sont souvent liées, on vous propose une incursion dans l’univers musical envoutant d’Émilie Bibeau en 5 questions et 5 chanson.

5 questions…

C’était quoi ta musique préférée à l’école de théâtre?

Beaucoup de choses ! J’ai toujours eu des goûts musicaux très hétéroclites. Et en plus à l’école de théâtre, c’est vraiment une période d’effervescence !

Je me souviens d’avoir écouté beaucoup Mysteries et Tom the model de Beth Gibbons, Deux Guitares d’Aznavour, Ces soirées-là dans les partys, Orphée et Eurydice chantée par Maria Callas (ma mère est une grande fan et elle m’avait contaminée !) Billie Holliday, Vanessa Paradis et Véronique Sanson. C’était aussi une époque où j’ai découvert toute la musique de Kurt Weil et la très belle chanson Youkali et on n’en revenait pas!

Si t’avais à retourner à l’école, tu étudierais quoi?

J’irais en littérature à l’université. Mon deuxième choix de carrière était prof de lettres au cégep. Mon père enseignait la littérature au Cégep Limoilou et son amour de la langue française et des mots m’a toujours fascinée ! C’était un prof patient et attentionné et il avait créé un centre d’aide en français. Je trouvais ça vraiment noble et beau et ça m’avait donné le goût de faire la même chose si je n’avais pas été acceptée dans une école de théâtre.

Quelles sont les œuvres musicales qui ont « bouleversé ta vie et ta perception du monde » ?

Je crois que ça dépend de nos périodes de vie !

Je pense que dans ma trentaine le groupe Avec pas d’casque et Tire le coyote ont créé des chansons qui m’ont beaucoup parlé ! Des textes poétiques concrets et sensibles qui révèlent une grande et magnifique compréhension de l’être humain…

Des gens qui nomment en mieux des émotions ou des observations déjà ressenties.

Je ne peux pas résister à des phrases comme « gave-moi de ton amour pour chimer l’univers » ou « viens-t’en régner sur mes détails » !

D’après toi qui serait l’artiste musical préféré de ton personnage?

Je pense qu’au début de la pièce ce serait Blondie avec des chansons comme Heart of glass. La pièce se situe dans les années 80 et Rita est une jeune coiffeuse dégourdie.

Mais je crois que plus tard dans la pièce ce serait Jacques Brel (parce qu’elle s’ouvre à la puissance des mots et aux classiques) et Bob Dylan, parce que c’est le chanteur fétiche de son professeur et que ça renvoie à une certaine nostalgie pour les 2 personnages.

Quelles sont les paroles de chansons qui t’ont le plus marquée?

Je pourrais en nommer plusieurs, mais Il n’y a pas d’amour heureux qui est en fait un poème d’Aragon qui a été chanté par Brassens et plusieurs autres m’a particulièrement touché. Un très beau texte et qui ne vieillit pas selon moi, très révélateur de la nature humaine. Et plus récemment la chanson La Science du cœur de Pierre Lapointe pour les mêmes raisons.

Mais je vais bien là ! ;-)

5 chansons…

5 chansons qui accompagnent bien une séance lecture?

Je ne suis pas capable d’écouter de la musique quand je lis. Mais si j’étais obligée, alors je prendrais des trames instrumentales.

Philippe Brault — Le dernier autobus

Chanson tirée de la trame sonore du film La disparition des lucioles composée par Philippe Brault. Beaucoup de sensibilité dans cette musique, on est tout de suite happé par l’univers…

Erik Satie — Gnossienne 1, 2 & 3

C’est vraiment pas original, c’est rendu cliché, mais je trouve quand même la capacité évocatrice de cette musique assez puissante. Ce n’est pas pour rien qu’elle est utilisée si souvent…

Tarantella Napoletana

Y en a des tonnes de versions… C’est affectif pour moi. Ma mère est italienne et cette musique la connecte directement avec ses racines… Pour une lecture plus légère de magazine ou de journaux! Et pour avoir l’impression d’être en vacances.

Pierre Lapointe — 25-1-14-14 et 25-1-14-14, 16

Vraiment très beau et ça nous transporte. Ça nourrit immédiatement l’imaginaire.

Art Tatum — The man I love

Mon ami Olivier Morin m’avait envoyé l’album. Il écoutait ça en peignant. Ça met une ambiance un peu rétro et enrobante.

La pièce L’éducation de Rita est présentée au Théâtre du Rideau Vert jusqu’au 20 avril. Pour plus d’informations, rendez-vous ici.

Émilie Bibeau est présentement en tournage du film Vinland de Benoit Plion et collabore régulièrement à l’émission Plus on est de fous, plus on lit à ICI Première.

Elle sera également du spectacle La Renarde, sur les traces de Paulien Julien en supplémentaire à la Maison Symphonique le 15 juin prochain dans le cadre des Francos.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Beatfaiseur du mois : Mike Shabb

L'artiste veut changer le son de la métropole.

Dans le même esprit