7 types de personnes que vous pouvez croiser à Igloofest

Incursion dans la faune du festival le plus froid au monde.

URBANIA et Igloofest s’unissent pour vous inviter à danser au froid, peu importe qui vous êtes!

Sortir pour danser l’hiver, c’est le fun, mais c’est souvent compliqué. Faire 40 min de bus pour aller dans un bar, puis la file pour le vestiaire et avant de se faire piler sur les pieds par un dude dont les bottes Sorel sont pleines de slush, non merci.

Heureusement, c’est possible d’aller danser sans même enlever son manteau : Igloofest. Depuis plus de 14 ans, ce festival extérieur qui se tient au cœur du Vieux-Port réchauffe les masses au son de DJ connus mondialement (ainsi que l’aide de quelques drinks). Si vous n’y avez jamais encore mis les pieds, voici les sept types de personnes avec qui vous pourriez partager la piste de danse.

1. Les jeunes en habits de ski vintage

Ils arrivent souvent en gang de huit et risquent de vous aveugler tel un arc-en-ciel fluo. En plus, ils sont souvent un peu trop sur le party et crient des affaires comme : « Heille, bro, le DJ est sua coche! » Mais même si leur kit sent encore fraîchement le Village des valeurs, ils sont ben fins pareil.

2. Les touristes canadiens-anglais qui viennent passer une fin de semaine en ville

Semblables à la gang de fluos, mais un brin moins bruyants. Vous pouvez les retrouver en train de danser autour d’une sacoche avec leur parka Canada Goose. Parmi eux, il y en a toujours un ou une qui va tenter de retrouver un de ses matchs Tinder dans la foule et perdre ses comparses. Ceux-ci vont retrouver leur buddy à la fin de la soirée en train de pratiquer son French et quelques jurons québécois avec sa date.

3. Ceux qui ne sont pas habillés pour veiller

Il y a en toujours qui se disent qu’un coupe-vent, c’est bien assez, car ils vont avoir trop chaud en dansant. ERREUR. Ce n’est pas parce que le temps est « doux » et que votre vodka vous réchauffe que vous devez vous habiller comme si vous étiez à Osheaga. C’est l’hiver, calvaire! Vous les spotterez à tous les fire pits, se frottant les mains à peine recouvertes de minuscules magic gloves qui manquent de magie. Ce sont aussi les seuls qui portent des baskets plutôt que des bottes.

4. Les Français

Du coup, ce sont souvent eux qui se promènent avec autre chose que de la bière pas chère. Répondant aux noms de Thierry, Marine, Brice et Léa, ils vont vous trouver « ouf » si vous connaissez le meilleur endroit où aller manger une poutine après la soirée, et « relou » si vous les accusez d’avoir une incidence sur la crise du logement à Montréal. Bonus: ce sont aussi eux qui portent la plupart des baskets.

5. Le fan fini du DJ

Cette personne est arrivée tôt sur le site pour s’assurer d’avoir la meilleure place pour voir son DJ préféré. Malheureusement, elle va probablement oublier de danser et fixer la scène toute la soirée, des étoiles dans les yeux, hypnotisée par les stroboscopes. Si vous lui jasez, elle va vous parler avec enthousiasme de la discographie de l’artiste et peut-être même prétendre qu’elle l’a rencontré dans un after il y a trois ans.

6. Le grand gars qui vous bloque la vue

LE classique de n’importe quel concert. Soyez clément, il ne fait pas exprès et se tassera si vous le lui demandez gentiment!

7. Le quinquagénaire récemment divorcé

Vous pouvez le reconnaître à son parka taupe Kanuk sur lequel des laissez-passer de ski de 2007 sont encore accrochés. Il a entendu parler de l’événement par la gang de I.T. au dernier party de Noël du bureau. Il s’est dit que ça serait l’idéal pour sortir de son nouveau deux et demi et prendre un peu d’air frais. Il risque de vous aborder en vous demandant c’est quoi le nom du DJ qui fait jouer ses « records flyés »!

Sur ce, Igloofest reste l’un des meilleurs endroits où faire des rencontres et découvrir de nouveaux artistes.

Oui, toutes sortes de personnes le fréquentent, mais vous pouvez être certain qu’elles sont toutes quelque chose en commun avec vous : l’envie de festoyer!

*****

Igloofest, c’est un incontournable de votre hiver québécois. Et ça tombe bien, le party continue jusqu’au 8 février. Faites vite, car après, votre seule option autre qu’un bar pour faire le party en hiver sera la cabane à sucre!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Le nouvel album de Louis-Jean Cormier en direct de son studio

C’était un mardi gris et pluvieux. On était convié dans un bâtiment qui ne ressemble à rien de l’extérieur, entre un viaduc et […]

Dans le même esprit