Alternatives anti-déprime pour les pas-chanceux qui n’iront pas au FME 2018

Il y a de l'espoir à moins de 8 heures de voiture.

Le week-end de la fête du Travail arrive et, pour l’industrie musicale d’ici, ça ne veut dire qu’une chose: c’est l’heure du FME! Si t’es pogné comme moi et que tu ne vas pas faire un tour à Rouyn, c’est bien possible que tu te retrouves dans un état quasi dépressif en voyant tes amis faire leurs plans pour la fin de semaine.

Pour ceux qui ne sont jamais allés au Festival de Musique Émergente en Abitibi-Témiscamingue, c’est un peu comme si les ¾ de la scène musicale montréalaise partait en vacances en même temps, au même spot. Ça donne des concerts uniques, des moments magiques et des lendemains de veille intenses. Bref, c’est ben le fun et ça s’adonne que je n’y vais pas cet été.

MAIS, j’ai quelques suggestions de trucs à faire, question de ne pas finir en noyant sa peine dans une bouteille de Pépito au parc Laurier dès la première story Instagram du show d’Hubert Lenoir à l’Agora des Arts.

Le choix évident :

Un petit tour au Mile-Ex End Montréal

Pour les mélomanes qui ne font pas le voyage jusqu’à Rouyn, la deuxième édition du Mile-Ex End Montréal fait ben du sens comme plan B. Les deux festivals partagent quelques artistes, dont M. Lenoir et Klaus (le nouveau groupe de Sam Joly, Frank Lafontaine et Joe Grass). On pourra aussi voir le duo R&B Heartstreets, le boy Loud, la douce Charlotte Day Wilson et les toujours excellents Broken Social Scene pendant le week-end. L’ambiance ne sera pas la même, mais on fait confiance à notre cher Mile-End/Ex pour offrir des moments intéressants et une crowd habillée funky.

Le choix relax :

Écouter des nouveautés au chalet (ou devant le ventilateur)

Plusieurs artistes lancent des albums au ∫ encore cette année. À défaut de voir le show à deux pouces de ta face, y a toujours possibilité d’écouter de la musique avec les deux pieds dans le lac. Je suggère le premier album de Choses Sauvages, avec ses basses et son groove pour danser coller autour du feu en fin de soirée. Celui de Pierre Lapointe et les Beaux Sans-Coeur pour te faire aller le bassin en startant le BBQ et finalement celui de Klaus pour agrémenter les conversations dans le char en partant vers la campagne. Les trois font aussi des lancements à Montréal en septembre, mais ça donne de moins bonnes anecdotes que celles qu’on se raconte autour d’une poutine Chez Morasse.

Rien ne remplacera véritablement le FME dans mon coeur, mais il y a quand même moyen de bien profiter du long week-end sans se taper 8 heures de route. Fuck le FOMO et bonne fin de vacances !

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Pourquoi apprend-on encore la flûte à bec ?

Lettre ouverte d'une enseignante de musique au primaire.

Dans le même esprit