On a analysé les 10 vidéoclips les plus vus de 2018

Décortiqués tels des homards par notre chroniqueur.

YouTube a enfin dévoilé de quoi se sont gavé ses visiteurs cette année, et je le dis tout de suite, celleux qui, comme moi, pensaient trouver le Jibjab « gigue irlandaise » de la Madame Pas Tellement dans le top 10 vont être déçu.es. Malgré cette absence, on doit avouer que la cuvée 2018 s’avère pas trop mal : quelques tendances qui ressortent clairement du lot, deux ou trois surprises, ainsi qu’une nausée garantie accompagnée de quelques étourdissements. Vous aimez les rétrospectives de fin d’année? Ben en v’là une!

10) Dua Lipa — IDGAF

Dancing on my own, Dancing with myself… Il y a beaucoup de chansons dans ce monde qui invitent à entamer une gigue irlandaise avec soi-même (telle la Madame Pas Tellement avec ses politiciens préférés). La chanteuse pop Dua Lipa, elle, a poussé plus loin et s’est payé deux chorégraphies pour le même clip. Une version rouge, une version bleue… la tactique, avouons-le, n’est pas particulièrement impressionnante, mais a toutefois le mérite d’avoir réussi à déplacer les foules. En écoutant le clip entouré de mon équipe de spécialistes (mon coloc et sa blonde) on est arrivés à la conclusion que Dua Lipa était peut-être la moins bonne danseuse dans son propre clip, et que c’est justement pour cette raison que des milliers d’adeptes se sont essayés à améliorer la choré. À noter également la tendance de la caméra à effectuer des mouvements tourbillonnants. Rien de trop grave pour l’instant, mais soyez certains que je vais y revenir.

9) Lil Dicky — Freaky Friday (feat. Chris Brown)

Oui, je sais. Nous aussi on était excité.es en apprenant que le concept enlevant du film d’ado avec Lindsay Lohan et Jamie Lee Curtis retrouvait une deuxième vie sous la forme d’un vidéoclip (presque aussi excité.es qu’en écoutant le vidéo de gigue irlandaise de la Madame Pas Tellement). Mais deux fausses notes nous désenchantent complètement. 1. Le titre français du film Freaky Friday c’est Dans la peau de ma mère, ce qui est vraiment troublant et 2. Le vidéoclip — et la chanson — de Lil Dicky sont carrément comme un sac à pet qui ne pète pas (j’allais écrire pétard mouillé, mais le sac à pet est plus éloquent). L’introduction est beaucoup trop longue, les jokes ne lèvent pas vraiment (allo le couplet entièrement consacré au n word), les clichés s’enchaînent (serveur asiatique illettré et femmes-objets, ça vous dit quelque chose?). On est vraiment triste pour les 440 millions de personnes qui ont probablement passé un aussi mauvais moment que nous en écoutant la vidéo.

8) Drake — Nice For What

J’ai toujours considéré Drake comme le masseur de tête du rap. Le meilleur vendeur du Renaud-Bray et le Torontois ont ça en commun : ils ne laissent personne indifférent, mais difficile d’évaluer si l’impact qu’ils ont sur l’humanité est si positif que ça. Oui, les tiges métalliques me donnent des frissons lorsqu’elles se promènent sur ma nuque, tout comme la brillante distribution du vidéoclip réalisé par Karena Evans. Cependant, un certain malaise persiste. Les femmes mises en scène dans la vidéo sont tellement fierce qu’à côté d’elle, chaque passage où Drake essaye de bouger fluidement reste fade. Peut-être qu’au fond, la réalisatrice savait, comme nous, qu’il était définitivement impossible de prendre Jimmy Brooks de Degrassi au sérieux. Dans ce cas, je lui lève mon masse-tête.

7) Cardi B, Bad Bunny & J Balvin — I Like It

Est-ce que je suis la seule personne envahie de la frayeur la plus totale à chaque qu’on voit Bad Bunny habillé tout en blanc qui agite son verre en styromousse plein de ne sais quoi comme s’il n’y avait pas de lendemain? J’espère sincèrement que le dude connait un bon nettoyeur.

6) Post Malone — Psycho ft. Ty Dolla $ign

Aucune idée si ce vidéoclip de Post Malone est bon ou non. Je suis trop obsédé par l’idée qu’un mauvais sort lui a probablement été jeté pendant le tournage. On voit le rappeur au milieu de carcasses d’avion. Eh ben, qui donc, plus tard dans l’année, a échappé de près à un écrasement d’avion? Le même rappeur ride son tank comme si rien ne pouvait lui arriver. Ah ouais? Ironique que le même monsieur ait été impliqué dans un accident d’auto presque fatal quelques semaines seulement après l’atterrissage d’urgence de son jet. On devrait créer une nouvelle catégorie : Top 10 des clips qui ont complètement jinx leur artiste. J’espère seulement que le Jibjab de gigue irlandaise de Madame Pas Tellement n’aura pas eu un effet malheureux sur la santé de ses genoux.

5) Ariana Grande — No Tears Left To Cry

Il faut d’abord spécifier que ni l’un ni l’autre de mes deux spécialistes invités au visionnement ne connaissait Ariana Grande (tous les milléniaux ne sont pas nés égaux). La découverte de No Tears Left To Cry fut pour eux une double découverte. D’abord, ils ont connu la persona à la fois ingénue et monumentale de miss Grande (qui n’est pas sans rappeler Buffy The Vampire Slayer circa la saison 2) ainsi que sa toune. Grosse chanson quand même, que cet hymne pop à mi-chemin entre le swag madonnéen des années 90 et une fougue poignante à la Gaga, joignant l’improbable refrain à des couplets dégourdis. Le vidéoclip y va d’un clin d’œil à cette forme angulaire, jouant sur le concept de centre de gravité, de tourbillons (on vous jure qu’on était étourdi.es dès les premières minutes de la vidéo) de faux-semblants et de danse sous les parapluies. Ma prédiction : d’ici 5 ans, No Tears sera un incontournable des karaokés.

4) Bruno Mars — Finesse (Remix) [Feat. Cardi B]

Il y a deux types de réactions au vidéoclip de Bruno Mars. Soit vous êtes team : « Whaaat Cardi B, ENCORE? » Soit vous êtes team : « Whaaat, du New Jack Swing, ENCORE? »  Bon ok y a aussi la team : « Whaaat, pourquoi je suis pas en train de regarder Madame Pas Tellement giguer? », mais y a juste moi dans cette équipe-là. Beaucoup de médisants tassent la musique populaire contemporaine du revers de la main en disant que c’est trop un retour aux années 90. Et bien Finesse, c’est un peu comme si les années 90 qu’on avait tassées du revers de la main étaient revenues frapper direct dans les dents comme un boomerang. Je sais pas pour vous, mais moi, les vidéoclips tournés en 30 images secondes me donnent la nausée. C’est avec le cœur un peu tout à l’envers que j’ai continué tant bien que mal mon périple parmi le top 10 des clips de l’année.

3) Childish Gambino — This Is America

Trêve de blagues, le troisième vidéoclip le plus regardé de 2018 est un film coup de poing qui en a jeté plus d’un.e en bas de sa chaise. Donald Glover nous avait habitués à un rap plutôt léger ou un funk rétro enraciné dans les années 70. Quand This Is America a été mis en ligne, personne vraiment ne s’attendait à un pamphlet politique aussi cru. Le clip n’a pas été le plus regardé, mais trône certainement au palmarès des vidéos qui ont été les plus décortiqués, analysés, expliqués. C’est le réflexe qu’instigue son imagerie à la fois symbolique et hyper réaliste. On peut remercier Hiro Murai à la réalisation pour une œuvre qui rend aussi mal à l’aise que d’écouter un film d’auteur dans le genre de Salò ou les 120 jours de Sodome.

2) Drake — God’s Plan

Plus tôt dans cet article, je comparais Drake à un masse-tête. L’allégorie prend tout son sens dans ce vidéoclip à la fois attendrissant et aliénant. Problème d’éthique no. 28 : Qu’est-ce qui se passe si votre générosité « désintéressée » est en réalité une façon de faire mousser votre popularité? Fermez vos manuels, vous avez 25 minutes pour répondre. Ce clip se résume par : « Ça c’est la scène où Drake donne du cash à une école. Ça, c’est la scène où Drake donne du cash à une famille. Ça, c’est la scène où Drake donne du cash à une autre école. Ça, c’est la scène où Drake fait des moves weird dans un centre d’achat. » Bien sûr, les gestes de charité effectués par Drake sont louables. Mais ce qu’on retient surtout de ce vidéoclip, c’est que le rappeur ne rate pas une occasion de se mettre de l’avant dans sa bienfaisance. Ça, et que la chanson sonne vraiment comme du Playboi Carti édulcoré (mais c’est peut-être juste moi).

1) Maroon 5 — Girl Like You ft. Cardi B

Ce qui est positif, c’est que Maroon 5 a vraiment fait un effort pour laisser la place aux femmes. Femmes de diverses avenues se retrouvent au coeur de la vidéo : humoristes, actrices, musiciennes, activistes, Cardi B (officiellement catégorie à part entière). Le band s’efface littéralement pour que brille la gent féminine. Bien que courtes, les apparitions fugaces n’empêchent pas les femmes de passer un message ou deux, comme en témoigne le t-shirt « undocumented, unaffraid, unapologetic » qu’arbore fièrement l’activiste Angy Rivera. Le point négatif, c’est que le clip est étourdissant AF. Après s’être tapé 9 vidéos éclatés, Girl Like You est comme une ride de trop à la Ronde. Les intentions sont là, et elles sont bonnes, mais tabarouette, est-il possible en 2018 de faire un vidéoclip qui ne donne pas le goût de puker?

Heureusement, quelqu’un a entendu mes prières :

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Dans le même esprit