Charlie Shulz : un nouvel album SVP

Entrevue avec le charismatique producer.

La récente acquisition de l’écurie Joy Ride Records, le magnanime Charlie Shulz, vient de dévoiler son album SVP. Haut en couleur, le premier extrait En Amour démontre l’évolution artistique du jeune producer et on l’a rencontré afin de mieux comprendre le parcours qui l’a mené à peaufiner son art tout en assumant sa progression.

D’entrée de jeu, Charlie a eu envie de jaser de l’immense défi qu’a représenté la création d’un album avec plus de 15 (!) collaborateurs. « C’est assez fou d’essayer de composer et enregistrer avec autant de rappeurs. Faire concorder les horaires, compléter les chansons, avec du recul je me rend compte que c’était assez intense!»  

Ça fait deux ans que le projet prend forme, un période qui coïncide aussi avec un certain retrait de la scène particulièrement bénéfique pour le principal intéressé. « Avant je collaborais à droite et à gauche et j’essayais plein de genres. J’ai pris une pause, arrêté de faire des shows et ça m’a permis de streamline mon workflow en plus de développer une ligne directrice pour le projet. » Cette dose d’introspection a aussi permis à Shulz de recentrer son style et de mieux comprendre comment et en quoi il voulait contribuer à la scène locale. C’est comme ça que tranquillement, le vibe artistique et la connexion avec les artistes se sont installés au centre de sa démarche.

Peu à peu, il a commencé à envoyer des beatpacks à la poignée d’artistes avec qui il voulait collaborer, notamment Maybe Watson, Tizzo, FouKi, Imposs, Rymz et Mike Shabb. « Je voulais vraiment infuser mes idées avec l’essence des rappeurs dans un processus créatif réellement commun.» Un pari réussi si on se fie à l’album fort cohésif qui s’écoute tel un projet musical à part entière plutôt que comme une simple collection de collaborations. « J’ai vraiment pris le temps de faire plusieurs back and forth avec les artistes et ça a valu la peine.» La collaboration de VNCE (que Charlie cite comme un mentor) a aussi été marquante. « Lors de la période de mixing, VNCE et ses conseils sur le processus d’enregistrement m’ont aidé à guider mes décisions sur la direction des chansons. »

Une sortie SVP

Avec un projet aussi ambitieux sous la main, le soutien de son nouveau label Joy Ride est d’autant plus apprécié. « Je ressens une grosse fierté de travailler avec un label établi comme Joy Ride. C’est simple : être dans le même team que des producers aussi influents que Shash’U, bénéficier de la vision d’un gars comme Ariel et avoir accès à l’expérience de l’industrie de Carlos, ça n’a tout simplement pas de prix » révèle Charlie en nous informant du même souffle que l’album était assez avancé lors de sa signature avec Joy Ride et que l’équipe du label l’a vraiment épaulé pour la sortie et la planification.

Faire partie de la famille Joy Ride l’a aussi poussé à travailler ses performances. « Le show au OUMF avec Shash était fou; un de mes sets favoris de loin! De voir les MCs et d’entendre mes chansons en live ça m’a fait sentir que tous mes efforts en valaient la peine.»

Le producer n’hésite d’ailleurs pas à souligner l’énorme travail de son manager Mathieu Provencher-Sylvestre « On vibe tellement côté artistique, on se comprend vraiment pour ce qui est du style. ». Il en rajoute lorsqu’on aborde les leçons tirées de son périple créatif, mentionnant qu’il a bien fait de s’entourer de gens qui partagent sa vision, en insistant sur la nécessité de se déconnecter au besoin. « Prendre une pause des réseaux sociaux m’a vraiment fait du bien côté santé mentale. Art heals, let the music speak for itself; c’est simple mais c’est vrai! S’il faut se couper de la scène pour un moment afin de mieux créer, go for it! »

Visuels sucrés saturés

Ses fans et ceux qui fréquentent son IG l’auront remarqué : la direction artistique, la couleur et la mode sont des parties intégrantes de l’univers de Charlie Shulz. Cette identité visuelle forte saute aux yeux dans la vidéo de En Amour. « Tourner ce clip-là a vraiment été crazy, Mob et moi on a rushé pour trouver des locations, après une suite d’annulations. En un jour, on a réussi à rassembler les 4 rappeurs (Tizzo, RayRay, $oft et Shreez), reconstruire une équipe de tournage et acheter un shitload de bonbons.» Du tournage, il retiendra aussi que le poignet de Tizzo est « de niveau international » et que Shreez est un des « artistes les plus hilarants avec lesquelles j’ai eu le plaisir de collaborer » affirmant qu’il cherchait à sortir des terrains battus avec ce clip éclaté. La chanson représente bien la passion et le respect de Charlie pour la scène et la culture, SVP en est aussi une autre illustration.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up