Chromeo : militer pour le funk

Le duo sortait vendredi son 5e album

Chromeo sortait vendredi Head Over Heels, un cinquième album tout en funk, en soul, en R&B… et en jambes, les leurs cette fois-ci! Discussion avec Dave 1 autour de l’engagement, de la dépression et du retour aux sources.

Vous faites partie de ces artistes qui n’hésitent pas à utiliser les réseaux sociaux pour passer des messages engagés politiquement, notamment sur Trump…

Je suis socialiste depuis que j’ai 14 ans. Rien n’a changé dans mes convictions.

Je suis socialiste depuis que j’ai 14 ans. Rien n’a changé dans mes convictions. Ce sont les événements qui ont fait en sorte qu’on a senti le besoin d’en parler plus largement sur les réseaux sociaux. Je te dirais que déjà au début du printemps arabe on n’hésitait pas à s’exprimer, ça a pris de l’ampleur avec l’affaire Michael Brown en 2014 et ça continue aujourd’hui avec Trump. Pour moi, ça fait partie de notre devoir en tant qu’adulte de prendre position. C’est nécessaire, même si on ne fait pas de musique engagée.

Mais faire de la musique engagée, ça ne veut pas nécessairement dire écrire des chansons aux textes explicitement militants! La preuve : votre musique parle de consentement, votre pochette fait un clin d’œil à la diversité.

P-Thugg aimerait beaucoup t’entendre dire ça! C’est vrai qu’on fait un effort conscient pour faire en sorte de parler de situations non conventionnelles. Si je regarde les chansons sur l’album, on parle de regret assumé, de pudeur et de puritanisme, d’adultère, de relations platoniques, d’amour entre classes sociales…Après, le choix des pronoms c’est arbitraire. Ce sont des situations qui peuvent s’appliquer dans toutes les configurations possibles. Par exemple, que tu sois hétéro ou pas, ou peu importe ton genre, ça s’adresse à toi. On tient à garder ça.

Et être engagé, ça peut prendre différentes formes. À la suite du décès de Kate Spade et d’Anthony Bourdain, tu as publié un texte sur la dépression dans lequel tu révèles que vos trois premiers albums, tu les as faits pratiquement en direct de ton lit. Est-ce que c’était le cas pour l’album actuel aussi?

J’ai écrit ce texte-là pour encourager les jeunes à parler, à ne pas garder leur détresse pour eux. Encore aujourd’hui, après avoir passé par des moments plus difficiles, il m’arrive de sentir que ça dérape. Si je me sens mieux outillé aujourd’hui pour faire face à l’anxiété? Ça dépend! Hier, je ne me sentais absolument pas outillé, mais aujourd’hui ma réponse serait différente. Ça fluctue, mais pour l’album qui sort ces jours-ci, oui ça va mieux!

De ces chansons, plusieurs ont été faites en collaboration. C’est plus facile ou plus compliqué comme démarche de travailler avec d’autres artistes?

J’ai écrit ce texte-là pour encourager les jeunes à parler, à ne pas garder leur détresse pour eux.

Beaucoup plus compliqué, même si ça a été fait dans le plaisir! Le fait de devoir harmoniser le son de quelqu’un d’autre pour que ça sonne comme du Chromeo, c’est tout un défi. Ce n’est pas pour rien qu’on a mis 2 ans à compléter l’album. Arriver à un résultat naturel demande énormément de travail et paradoxalement, plus ça sonne spontané, plus ça veut dire que ça nous a pris du temps. Peaufiner le tout, c’est vraiment difficile. C’est un peu comme quand tu vois un gars avec une coupe de cheveux qui ressemble à une coupe « saut du lit ». Tu le sais qu’au fond, chaque mèche a été placée puis replacée pour que ça donne ce look-là!

Sortir un nouvel album, ça veut aussi dire faire de la tournée. On vous verra au Festival d’été de Québec notamment…

Ça fait tellement plaisir d’être de retour au Québec. Je crois que c’est un peu en adéquation avec cet album : on retourne aux racines du funk et on retourne physiquement aussi à nos racines!

En terminant, on a un débat en ce moment au bureau : les jambes dans le clip Juice vers 0:58, ce sont les tiennes ou pas? On s’obstinait à savoir si t’étais aussi flexible que ça. Si oui : wow!

Ha ha! Non, ce ne sont pas les miennes, on a triché un peu sur ce coup-là!

Vous pourrez voir les jambes de Chromeo le 5 juillet au Festival d’été de Québec et à Osheaga le 3 août.

On suit Chromeo ici ou !

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Dans le même esprit