Coeur de pirate : tempêtes, parité et… Drake

Entretien avec l'auteure-compositrice et interprète, qui présente un album lucide, complexe, intense.

Pour la sortie de son nouvel album, En cas de tempête, ce jardin sera fermé, on a parlé de tristesse, d’honnêteté, de Drake et de pleins d’autres affaires avec la sublime Cœur de pirate.

Cœur de pirate, ton nouvel album s’appelle En cas de tempête, ce jardin sera fermé. Le jardin a l’air de quoi en ce moment?

Il va bien, même s’il reste toujours quelques petites branches à couper. C’est sûr que là j’me sens un peu fébrile parce que l’album sort et que tous mes problèmes ne m’appartiendront plus, ils vont appartenir à tout l’monde… Ça me stresse un peu évidemment, mais j’suis contente et j’ai hâte de voir comment les gens vont l’accepter, l’album.

C’est quoi pour toi, mettons, une tempête?

C’est quand on n’a pas le contrôle sur ce qui se passe autour de nous. On dirait que quand tout s’écroule, on a tendance à se refermer. C’est le premier réflexe que les gens ont, mais au contraire, il faut s’ouvrir et accepter. C’est vrai que ça fait peur, mais après la destruction, il y a le renouveau.

Avec ce nouvel album, de quoi es-tu le plus fière?

D’avoir reconnu mes propres démons. De ne plus jouer la victime. De me rendre compte que j’ai été hyper co-dépendante pendant des années et que j’me suis retrouvée dans pas mal de situations simplement par peur de vexer ou d’être toute seule. J’trouve ça intéressant de faire face à ça et je suis très fière de m’en rendre compte aujourd’hui.

T’es une grande fan de séries télé. Si t’avais à composer la musique pour une d’entre elles, ce serait laquelle?

The Leftovers. C’est pour moi une des meilleures séries. J’me voyais vraiment dans le style de Max Richter qui en a fait la musique. J’aurais bien aimé travailler là-dessus.

Quelle serait ta collaboration de rêve? Admettons que the sky is the limit.

Drake. C’est sûr. Je l’aime en tant qu’artiste, mais j’trouve aussi que c’est une personne intelligente qui sait évoluer d’une belle façon à travers les années.

Est-ce que c’est quelque chose qui s’pourrait dans le futur, cette collabo? M’semble que ce serait pas mal nice, toi pis Drake.

J’sais pas. S’il lit URBANIA, peut-être!

Tu as dit trouver important d’aborder le sujet de ton orientation sexuelle suite aux évènements d’Orlando. Est-ce que tu penses qu’un artiste ou une personnalité publique a la responsabilité de faire avancer les choses en commençant justement par être honnête avec son public? Ou alors la job d’un artiste, c’est de créer pis le reste, on devrait s’en crisser?

Ça dépend du monde. Y’a des gens qui considèrent que leur job, c’est de créer et c’est tout. Moi personnellement, j’pense que quand tu deviens connu, t’as une responsabilité, forcément. Malgré toi, c’est ça qui va se passer. Moi j’ai pris cette position-là parce que quand ça me concerne directement, j’ai une raison d’être politique par rapport à ça.

Tes clips sont toujours très beaux, mais admettons que tu pouvais en refaire un d’une différente façon, ce serait lequel? Est-ce qu’il y en a un avec lequel tu n’es pas entièrement satisfaite?

Oui. J’en ai 3 qui me viennent en tête.

Ah ouin? Parce que tu n’avais pas le contrôle dessus?

Non non, juste parce que je vieillis… Je change. Mais j’veux pas les nommer, j’veux pas froisser personne.

Selon toi, dans le milieu artistique, de quelle façon le Québec devrait-il s’inspirer de la France et vice versa?

Mmmm… En France, récemment, ils ont appliqué la parité dans le festival Le Printemps de Bourges. Ça a donné quelque chose de vraiment cool. Le line up était vraiment fou. J’aimerais voir ça au Québec aussi. Et pour la France, heum… Peut-être y faire venir plus d’artistes du Québec. Je sais que c’est un gros marché et que c’est compliqué… Il y a beaucoup de compétition… Mais bon.

Tu parles de parité, c’était un sujet quand même assez chaud y’a pas longtemps… Toi tu penses qu’on devrait exiger que ce soit 50/50?

Dans un monde idéal, on n’aurait pas besoin de le faire, mais en ce moment, on a pas l’égalité donc oui, il faut le faire. La preuve : au festival Le Printemps de Bourges, ça a full bien fonctionné et ça a fait découvrir pleins d’excellents groupes que tu ne verrais pas d’habitude. J’trouve que c’était vraiment une bonne idée.

Admettons que tu pouvais échanger de carrière avec n’importe qui, ce serait qui?

Mmm… Simone de Beauvoir.

J’sais pas c’est qui.

Pour vrai!?! Tu sais pas c’est qui Simone de Beauvoir!?!

J’ai pas d’culture. Tu m’juges là, hein?

Non non, mais t’iras voir. C’est une écrivaine qui est à la base même de tout un mouvement féministe. Pour vrai… T’iras voir.

Ton cover de la chanson thème de Pokémon et son p’tit côté mélancolique me hantent depuis sa sortie. Est-ce que dans l’fond, dans une chanson, les paroles sont secondaires, c’est vraiment son interprétation qui importe?

Non, j’pense que les paroles sont super importantes. Moi, c’est toujours au top de ma liste. Quand j’ai fait Pokémon, c’était juste pour souligner leurs 20 ans. J’trouvais ça cool et j’aime beaucoup ce thème, mais pour moi les paroles c’est très important.

Tu as été juge à l’émission Nouvelle Star. Honnêtement, est-ce qu’un musicien devient juge à ce genre de show simplement pour découvrir de nouveaux talents, ou c’est plus pour l’exposure pis le cash?

C’est un tout. Ce n’était pas pour l’argent parce que de l’argent, je peux en faire autrement. C’était juste un moment dans ma vie où j’pensais que j’allais arrêter de faire de la musique et j’voulais découvrir d’autres mondes. Finalement, cette expérience m’a même un peu inspirée et j’ai écrit un nouvel album.

Quand t’es apparue il y a 10 ans, certaines personnes ne savaient pas trop quoi faire de ce qu’ils appelaient ta « voix de bébé ». Est-ce que c’est quelque chose qui t’a déjà complexée ou tu t’en crisses?

Non, c’est un peu ma marque de commerce. C’est ce qui a fait en sorte que j’me suis démarquée. Depuis, y’a un genre de mouvement qui est apparu. Les gens ont réalisé que tu n’es pas nécessairement obligé d’être un chanteur à voix pour arriver à tes fins. C’est une bonne chose! J’espère que ça a ouvert des portes à d’autres.

Tu as terminé ta dernière tournée complètement épuisée. Pour la prochaine, tu as dit vouloir faire les choses autrement… Comment?

Juste de planifier plus adéquatement mon horaire. J’voulais vraiment aller partout avec la dernière tournée. Là, j’vais me faire un itinéraire plus simple, qui a du sens. J’vais prendre ça cool et pas trop me stresser.

Est-ce que quand une passion devient une carrière, on a moins de fun à la faire?

Non. Moi je ne vois vraiment pas ce que je fais comme une job!

Donc t’as pas moins de plaisir à faire de la musique à cause de tout le côté business qui embarque?

Non, du tout. J’fais des concerts partout dans le monde et je rencontre des gens de partout qui se retrouvent dans ce que je chante. C’est fou, quand même. Je me sens très très très chanceuse.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Entrevue : « Vacuum » de Groovy Aardvark – Le droit de rocker en français

Vingt ans plus tard, l'album a le droit à une édition en vinyle.

Dans le même esprit