Comment préparer son baptême du FME ?

On a demandé à 7 habitués du FME de donner des conseils à ceux qui y iront pour la première fois (comme moi).

Depuis quelques semaines, je t-t-t-trépigne dans ma tête, oh oh, oh oh. C’est que j’ai appris que je ferai partie de l’équipe URBANIA Musique qui couvrira le Festival de musique émergente à Rouyn. Ça veut dire que pour la première fois, je découvrirai non seulement l’Abitibi, mais aussi ce légendaire festival du party de musique.

Voyez-vous, ça fait au moins 10 ans que mes amis musiciens et journalistes me parlent du FME. Ils me disent à quel point les organisateurs comme les habitants de Rouyn sont chaleureux et accueillants. Ils me racontent leurs histoires de party, de body-surfing, de poutine, de feu de camp, de bains de minuit à 5h du matin et d’autres aventures pas écrivables en public.

Le résultat, c’est que ça fait 10 ans que j’entretiens un monumental FOMO par rapport à cet évènement. Et c’est cette année que je vivrai enfin mon premier FME. C’est le genre de festival que j’aime particulièrement: une expérience hors de la ville, dans une sorte de microcosme musical rempli de moments surprenants et de belles rencontres. On prépare même une émission de radio spéciale sur la chaîne du festival, question de faire profiter ces rencontres au plus de gens possible.

Sauf que: en bonne anxieuse professionnelle, j’anxiète de ne pas savoir à quoi m’attendre.

Le dévoilement de la programmation de l’édition 2018 n’ayant rien fait pour me calmer le pompon, j’ai décidé de prendre de l’avance et de demander à mes amis musiciens et journalistes:

1.Quel conseil ils me donneraient pour ma première fois au FME

2.Comment ils résumeraient leur propre expérience du FME en 3 mots

Louis-Philippe Gingras, auteur-compositeur et interprète, et collaborateur URBANIA Musique

As-tu un conseil à me donner?
Prends-toi trois jours off APRÈS le FME : un pour faire la route Rouyn-Montréal, deux pour être scrap en mangeant des légumes et en écoutant du silence.

Ton expérience FME en 3 mots?
A, vent, ture.

Mathieu Aubre, journaliste et critique

As-tu un conseil à me donner?

Apporte-toi un coat ou un manteau si t’es ben frileuse. C’est l’été, mais le soir il va faire genre 12 degrés pis tu auras pas de fun si t’es pas bien habillée.

Ton expérience du FME en 3 mots?

Pour le peu de souvenirs que j’en ramène chaque année (#mauditeboésson) : fun, familial pis découvertes.

Philippe Brach, auteur-compositeur et interprète

As-tu un conseil à me donner?

Mush – bas propres – Gatorade.

Ton expérience du FME en 3 mots?

Mush – bas propres – Gatorade.

Marc-Étienne Mongrain aka Le Petit Russe, photographe

As-tu un conseil à me donner?

Après la ride de char pour te rendre tu vas avoir soif. Très soif. Résiste à l’envie de closer le Cab la première soirée. Il reste encore 3-4 autres soirs.

Ton expérience du FME en 3 mots?

Qui suis-je? Où vais-je?

Jean-Philippe Tremblay, auteur, journaliste, multi-musicien, programmateur pis 1000 autres affaires

As-tu un conseil à me donner?

Apporte du linge chaud ET un maillot de bain, c’est ben maudit la température à Rouyn. Boire beaucoup d’eau et abandonner l’idée de dormir des heures régulières; y’a des choses qui se passent la nuit que tu veux pas manquer et des shows à midi. Faut ABSOLUMENT voir un bout de la soirée métal, c’est… une expérience. Faut manger au moins une fois leur poutine au Morasse.

Ton expérience du FME en 3 mots?

Il ne m’en a pas donné, mais je reprendrais «C’est… une expérience.»

Étienne Barry, Sébastien Paquin et Alexis Roberge, membres du groupe Barry Paquin Roberge

Avez-vous un conseil à me donner?

Barry : Va faire un tour à la Ressourcerie! Y’a une bâtisse sur la 9e pour le linge et une autre sur la 11e pour tout le reste!

Paquin : Apporte un vélo. Ça te permet de te promener peu importe ta condition.
Pis du Gastrolite, le compagnon des soulons.

Roberge : C’est habituellement canicule les premiers jours pis on gèle le dernier faque han, penses-y quand tu fais ta valise.

Votre expérience du FME en 3 mots?

Barry : 3 mots= Bar des Chums

Paquin : Pleins de bons shows que tu vois pas parce que t’arrêtes pas de croiser du monde de Mtl que ça fait 5 ans que t’as pas vu.

Roberge : Paquin a utilisé tous les mots qui restaient

Benoît Poirier, directeur musical de CISM et batteur pour Jesuslesfilles

As-tu un conseil à me donner?

Tu vas croiser beaucoup de Montréalais saouls accrédités qui jasent dans les shows en parallèle avec des Abitibiens qui ont pas pu rentrer dans ces mêmes shows parce qu’il n’y a plus de place, rapport qu’ils sont déjà pleins de Montréalais saouls accrédités qui jasent :-(

Et fais-toi pas prendre par le hype de Morasse, la best poutine c’est chez Patate Pierrot.

Ton expérience du FME en 3 mots?

En 1000 mots: moi en 2010 après mon show de Jesuslesfilles:

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Entrevue : Souldia en route vers la délivrance

Kevin St-Laurent n’avait que 15 ans lorsqu’il s’est mis à esquisser ses premières rhymes sous son alter ego Souldia. Inspiré par le franc-parler et […]

Dans le même esprit