Elliot Maginot a redécouvert Marjo cette année

Retour sur le « Bajada Dialogues ».

« Ta pensée pis ton argumentaire peuvent pas être juste basés sur “ben moi je suis pour plus de mieux pis moins de pires” ».

Dans ce nouveau Bajada Dialogues, l’auteur-compositeur-interprète Elliot Maginot explore la gauche et la droite politique et ce gouffre sans fond qui semble les séparer. « C’est bien man d’écouter des gens qui sont pas nécessairement d’accord avec toi » résume-t-il. Dans la première partie de la conversation, l’importance de sortir du confort du fil d’actualité homogène et d’aller s’ouvrir aux opinions des autres est abordée. En plus des questions gauche-droite, le thème du racisme revient sur la table.

« Le racisme, ça passe pas l’épreuve de la réalité. J’en connais plein du monde, souvent des gens plus âgés qui sont comme “hein ce gang-là, ce gang-là” pis dès qu’ils en rencontrent un dans la vrai vie, ils sont comme “lui, il est pas si pire pis lui il est pas si pire” pis t’es comme “tu penses pas que c’est peut-être ta conception — ça marche pas. »

Le Texas est mauve

La question de l’immigration et de l’intégration vient également animer la discussion, qui fait écho aux dernières élections américaines de mi-mandat. au Texas, le démocrate Beto O’Rourke est passé bien près de causer toute une commotion et de prendre le siège occupé par le républicain Ted Cruz; les deux interlocuteurs sont tous deux d’avis que la domination républicaine dans cet état est de plus en plus fragile. « Le Texas aura pas le choix de virer bleu », selon Elliot Maginot. « Il est pas mal mauve en ce moment », illustre Jason Bajada.

Reste qu’Elliot Maginot est avant tout un musicien, et il vient de faire paraître un 2e album. Pour lui, il commençait à être temps que l’album voit le jour., Les occasions de spectacle commençaient entre autres à se faire très rares quatre ans déjà après la sortie de son premier disque.

« Ça a été comme deux ans de, bon, il se passe pas grand-chose, t’es comme en stand-by pis t’attends » explique-t-il, en mentionnant entre autres les délais causés par son changement d’étiquette de disque. « Plus ça fait longtemps que t’as sorti ton premier disque, ben t’as de moins en moins de shows. Pis à un moment donné, ah! Ça fait trois étés [que ton album est sorti], ben t’as juste trois shows de festival. »

Résister à la comparaison

Les deux musiciens s’entendent d’ailleurs sur l’importance de combattre l’envie de se comparer avec les autres musiciens qui réussissent à faire plus de spectacles. Jason Bajada reconnait d’ailleurs qu’il a sûrement à son tour rendu d’autres artistes jaloux lorsqu’il venait de sortir un album et que l’attention était sur lui. « Pis pourtant, moi je suis comme “ah ben non, je joue pas assez” ».

« On est vraiment les pires graines égocentriques les musiciens, c’est fou esti », lui répond Elliot.

« Ça redevient cool d’être over the top pis moi je trouve ça malade! »

Pour ce qui est de l’album Comrades, Elliot admet que son disque contient sa part de playing, alors qu’il n’a pas peur d’y aller à fond dans les arrangements au lieu de se limiter à cette fausse modestie qui semblait omniprésente dans l’univers musical pendant plusieurs années. « Si t’as grandi en écoutant Paul Simon, c’étaient tous des gros players », raconte Jason Bajada. « Tony Allen à la bass, c’est le genre de gars qui a six cordes. Pis à un moment donné, c’était comme pas cool d’écouter ça. »

« Y a pu de guilty pleasures, y a pus d’ironie man, » répond Elliot avant d’enchaîner avec un exemple parfait d’artiste québécois qui se fait snobber trop souvent. « Hier, j’ai découvert Marjo! »

« Tsé je veux dire, je connaissais Provocante et compagnie pis tout. Mais hier soir, à ce stade de ma vie, c’est là que je découvre Marjo pis je suis comme “man, j’ai passé à côté de ça toute ma vie!” »

Pour entendre Jason Bajada et Elliot Maginot jaser de tout ça, en plus de Neil deGrasse Tyson, des partys du jour de l’an qui lève pas, d’hypnothérapie et de collection de couteaux, écoutez le dernier épisode des Bajada Dialogues juste ici!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Beatfaiseuse du mois : Laurence Nerbonne

La musicienne s'est permis d'explorer le trap sur son dernier album.

Dans le même esprit