Frédéric Carle-Landry

Entrevue : Le Fruit Jazz de O.G.B

Le groupe jazz-hip-hop lance un nouvel EP.

Moins d’un an après la sortie de leur premier album officiel Volume 1, les sept Originaux Gros Bonnets sont déjà de retour avec un nouveau projet, Fruit Jazz. Court . C’est un EP de 4 chansons réalisé en collaboration avec les emcees Bkay (LaF), ST et Smitty Bacalley. Le mini album explore un son plus électronique et une thématique vitaminée : les fruits.

À l’aube de cette sortie, nous avons discuté avec le groupe pour en savoir plus sur ce EP recommandé par le guide alimentaire canadien. Rejoints au bout du fil, Arnaud et Sam nous ont parlé de ce qui a motivé la création de l’opus, en plus de leurs plans pour le lancement jeudi prochain.

Bon appétit!

Qu’est-ce qui a motivé le EP à arriver si tôt après la sortie de votre premier album?

En fait on a composé ces chansons-là pendant qu’on finissait Volume 1. On avait ces tounes-là pis on a juste décidé de les sortir parce qu’elles fittaient moins sur le prochain album, mais on les aimait quand même. On prévoyait sortir ça cet été, mais disons qu’on a eu quelques « délais » haha.

Ah bon, qu’est-ce qui s’est passé?

Beaucoup d’organisation, de préparation de vidéoclips. C’était un apprentissage pour mieux s’organiser, donc on a manqué de temps pour ça.

Vous avez eu un gros été en effet. Qu’est-ce que vous avez appris de tout ça?

« Nous à la base on est musiciens, pas producteurs de clip. »

L’importance des charges extramusicales comme l’organisation pour les vidéoclips par exemple. C’est des choses auxquelles on avait pas été confrontés à date. Ç’a été super long à s’organiser au début parce qu’on est 7 et il  faut que tout le monde soit d’accord tout le temps, donc c’est beaucoup de travail.

Vu que c’était pas de la musique qu’on avait à organiser, c’était vraiment difficile d’être tous sur la même longueur d’onde. Nous à la base on est musiciens, pas producteurs de clip.

C’était beaucoup de jasage pis peu de musique. Fak on veut pus faire ça haha

Qui va s’en charger maintenant alors?

On a trouvé une gérante qui va s’occuper de tout ça et nous on pourra juste faire plus de musique.

Au-delà du jeu de mots avec Free Jazz — album jazz mythique d’Ornette Coleman — d’où est venue la thématique des fruits?

Le nom est vraiment venu en premier et ce sont les gens qui ont travaillé avec nous qui se sont emparés de ça pour s’inspirer dans leur travail et le branding. Au début c’était vraiment un gag en fait. Et François a écrit ses paroles en ayant ce nom-là en tête.

Dans les valeurs nutritives de votre EP, vous avez mis 20 mg de jazz, hip-hop et trap. C’est important pour vous que les trois styles soient représentés également dans votre musique?

Pas nécessairement également, mais c’est quand même important pour nous qu’il y ait des éléments de ces styles-là dans nos tounes. Parce qu’on a tous des backgrounds différents, donc ça se fait assez naturellement. Tout le monde ajoute sa couleur aux chansons.

En fait c’est qu’on fait beaucoup de beat switch, y a beaucoup de « sections » dans nos chansons et c’est ça qu’on aime : faire le plus de choses possibles dans une même chanson.

On pense beaucoup quand on compose à ce qu’on peut ajouter d’inhabituel dans les chansons comme des solos ou des choses comme ça. Pour nous c’est très important parce que ça fait partie de notre identité de groupe.

J’ai l’impression que votre son devient de plus en plus électronique, ou du moins surtout dans ce EP, est-ce que je me trompe?

Pas du tout, parce que c’est tounes qu’on a pas fait en studio, donc les percussions sont toutes électroniques contrairement à Volume 1. C’est surtout une question de temps ou de moyen qu’on avait à mettre sur ces chansons-là. Mais le band a toujours été dans le processus pareil.

Donc vous êtes pas en train de sacrer votre drummer dehors?

Haha non c’est sûr que non. Même que pour l’avenir on va revenir à des vrais instruments et tout ça, on tient pas à faire une tournure électronique ou quoi que ce soit. C’est juste que pour certaines tounes ça se prête mieux des fois.

Maintenant que tout ça est lancé, c’est quoi les plans?

On continue la composition, on pense déjà à notre prochain projet. Un nouvel album qui devrait pas sortir avant un an au moins surement. On veut mettre le paquet et avoir une production de qualité.

À quoi peut-on s’attendre pour le lancement?

Ça va être fruité, et très coloré. On a fait affaire avec une agence événementielle, la boîte créative Prémisse. Ils nous ont tous organisé ça, avec des beaux décors et une belle mise en scène. On travaille aussi avec Francorama, qui nous a fait des beaux visuels et des projections pour le spectacle. Il va aussi y avoir une exposition de ses œuvres.

On prépare de quoi de gros. On a une volonté d’immersion et de mettre de quoi de cohérent et créatif. On va s’approprier l’espace du Ausgang.

O.G.B lancera son nouvel EP le jeudi 6 décembre à 20 h 30 au Ausgang Plaza, plus de détails sur l’événement ici.

Pour suivre O.G.B c’est ici.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Dans le même esprit