Entrevue : Les Pic-Bois – Enfants de La Divorce

Le duo humoristique a pris le contrôle du Festival La Noce le temps d'une fin de semaine.

Pour une deuxième année consécutive, le duo les Pic-Bois accompagnés de leur fidèle acolyte Julien Bernatchez ont réussi à s’introduire par effraction dans l’enceinte du festival La Noce à Chicoutimi. La Noce, festival de musique qui en est à sa troisième édition, avait toléré la présence des deux comiques sur leur site l’an dernier, alors qu’ils faisaient des capsules humoristes et des entrevues malaisantes avec leurs artistes, mais cette année, ils y sont allés fort.

En effet, les Pic-Bois ne se contentent plus seulement de crasher La Noce, ils ont créé La Divorce, un festival clandestin à l’intérieur même de l’événement. Vous comprendrez donc que les organisateurs commençaient à perdre patience avec le duo. Au moment de notre entrevue, La Noce partageait sur Instagram une photo des Pic-Bois et avertissait ses festivaliers de signaler leur présence aux autorités et de ne pas s’approcher d’eux. Nous avons réussi à nous glisser backstage pendant que les premiers spectacles du week-end commençaient afin de discuter avec eux, sans peur d’être interceptés. 

Un tout premier scandale survient dès le début de notre conversation, lorsqu’ils m’annoncent que c’est Philippe Brach, musicien mushé, mais aussi porte-parole du festival, qui les a incités à venir « pirater » l’événement. Selon le duo, la philosophie même du festival parlait à leur sensibilité : « Je trouve que La Noce est ben centrée sur la musique oui, mais aussi sur la liberté, raconte Maxime, l’une des moitiés moustachues des Pic-Bois. Quand on a vu ça, on s’est dit “Criss, vive la liberté !” et qu’on allait venir s’installer à notre manière pour crasher le festival à notre façon. » Vive la liberté, indeed

Prouvant qu’ils sont bel et bien des individus dangereux, Julien Bernatchez intervient ensuite avec une réplique aussi assassine que pertinente : « L’an dernier, je voulais me battre avec Karkwa, mais ça n’a pas eu lieu. » Par chance, La Noce a réussi à protéger le trésor national qu’est Louis-Jean Cormier lors de la dernière édition. La rumeur veut que Vincent Vallières ait été dans la hit list de Julien cette année, mais au moment d’écrire ces lignes, nous n’avons aucune nouvelle du rockeur au cœur tendre, sa dernière publication Facebook datant d’avant La Noce. Vincent, si tu nous lis, fais-nous signe stp. 

De peine et de misère, j’arrive à ramener la conversation sur le droit chemin. On remonte dans le temps pour en venir au moment qui allait changer l’histoire de La Noce, et peut-être même celle du Québec, pour toujours : la rencontre entre Philippe Brach et Les PicBois.

« La première fois que je l’ai rencontré, il nous avait invités chez lui pour faire un show de Noël pour ses colocs, raconte Dom, l’autre moustachu du duo. Il ne nous avait pas dit que c’était lui [qui organisait le spectacle]. On a juste reçu un courriel d’un gars qu’on ne connaissait pas et qui voulait nous engager. Avant de rentrer dans l’appart on s’est demandé si on allait se faire attaquer… » Rencontré plus tard dans la journée, alors qu’il déjeunait au club-sandwich, monsieur Brach, nous donnait quelques précisions sur l’histoire.

« On les avait callés comme si c’était un party de bureau (rires), expliquait le lauréat d’une couple de Félix entre deux bouchées. Pendant qu’ils se préparaient dans le salon, on avait mis de la grosse musique pis on faisait comme si c’était le party de la mort. »

Maxime se souvient : « Quand on est entrés, on entendait genre des gars se battre. Celui qui nous a accueillis, qu’on ne connaissait ni d’Ève ni d’Adam, nous a amenés dans une pièce pleine de… substances pour attendre. On entendait des gars hurler en background. On avait vraiment peur. » On nous confirme que même si leur public était passablement éméché, Les Pic-Bois ont bel et bien fait leur spectacle au party de Noël et que les fêtards ont semblé bien apprécier le moment.

Alors que Julien pose des questions sur le type de substances présentes au party, les gars rient en se souvenant du moment où ils ont eu peur de mourir dans un appart louche pendant le temps des fêtes. Brach résume la soirée comme suit : « Une amitié est née ».

Rencontrez les parents de Phil Brach!

Rencontrez les parents de Phil Brach!

Posted by Festival La Divorce on Friday, July 5, 2019

C’est les personnages des Pic-Bois qui ont marqué Brach et qui l’ont poussé à trahir la confiance du festival pour aider les humoristes à s’infiltrer sur le site de La Noce, pas une fois, mais bien deux. « J’aimais beaucoup leur vibe pis je trouvais que l’humour de personnages avait perdu des plumes. Je trouvais que c’était beaucoup la vieille garde, genre les Lundis des Ha ! Ha!, l’oncle George, etc. Je trouvais que [les Pic-Bois] étaient de ceux qui le maîtrisait bien. » Parmi les personnages qu’ils ont créés pour La Noce, il y a notamment les « parents de Philippe Brach », Gilles et Andrée (ainsi que le nouveau beau-père de Phil, Roger). Une famille à découvrir, si ce n’est pas déjà fait !

Encore une fois, Les Pic-Bois s’en tirent sans aucune conséquence et on réussit à occuper le site de La Noce pendant tout le week-end. Seront-ils de la partie l’an prochain ? Le festival engagera-t-il plus de sécurité ? Nos enfants sont-ils safe en sachant que ces individus qui créent des sketchs sont toujours en liberté ? Seul le temps nous le dira. 

Après 20 mois à faire un nouveau spectacle par mois, Les Pic-Bois préparent maintenant un spectacle permanent avec lequel partir en tournée.

Si vous souhaitez voir la chose en personne, ils présenteront leur spectacle La ligue d’impro des Pic-Bois le 24 juillet prochain dans le cadre du festival Juste pour rire (on assume qu’ils ont été invités officiellement à ce festival).

L’émission de radio à laquelle ils participent, Des si et des rais, prépare aussi un enregistrement live pendant le Zoofest, le 22 juillet prochain. Rendez-vous à ces événements à vos risques.

Pour voir toutes les capsules qu’ils ont réalisées pendant La Noce, ça se passe sur la page Facebook de leur festival clandestin, La Divorce

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up