Le meilleur du rap européen : Italie, Allemagne et Russie

Que se passe-t-il dans le hip-hop de l'autre côté de l'Atlantique ? On est allé voir.

Depuis quelques années, on parle énormément du rap francophone qui se fait en Europe. On ne peut plus parler de « rap français », depuis que la Belgique et la Suisse sont débarquées en grande pompe dans le monde du rap avec des Damso, Roméo Elvis, Di-Meh et Makala.

Alors qu’on sent que des liens forts se tissent entre les différentes scènes francophones du rap, on oublie souvent qu’en Europe, on parle aussi plusieurs autres langues. Comme le rap est en train de s’imposer comme la base de la nouvelle musique populaire, il est normal que des viviers hip-hop se créent à travers les pays de l’espace Schengen. Vu l’engouement présent pour le street rap, inutile de préciser que c’est ce style qui prédomine les visionnements YouTube, peu importe la langue.

Question de vous garder informés, on est allés faire un tour dans plusieurs gros pays européens pour voir ce qu’il s’y trame en ce moment. Évidemment, dur de faire le tour des talents de tout un pays, voire un continent, en moins de 1200 mots. Voici donc un bref état des forces du street rap européen. Pour commencer, on visite l’Italie, l’Allemagne et la Russie.

Italie

Malgré son background de pays où le racisme est monnaie courante (demandez aux joueurs de soccer noirs), le style et le mode de vie des Italiens se prêtent parfaitement aux codes du rap actuel. Après tout, quand les rappeurs nous parlent de Gucci, de Fendi, d’Armani ou de Versace, ils font référence à des marques… italiennes. Normal alors que les rappeurs du pays en forme de botte soient des fashion gods.

Young Signorino

On retrouve par exemple Young Signorino, rappeur tatoué d’la face qui accumule les millions de views sur YouTube grâce à un rap moderne qui baigne dans le trap, mais sans tomber dans un courant trop EDM. Il ne semble laisser personne indifférent, alors que les nombres de likes et de dislikes sur ses vidéos sont très proches.

Capo Plaza

Inévitablement, l’Autotune fait son apparition dans le rap italien. Si CAPO PLAZA n’amène pas grand-chose d’original, il reprend par contre habilement la formule du soft trap mélodieux. On pourrait d’ailleurs bien imaginer une collaboration avec un White-B, par exemple.

Nitro

Cependant, il semble qu’un des rappeurs les plus respectés soit Nitro, un vétéran de la ville de Vicence, dans le nord de l’Italie. Actif depuis 2006, il allie un flow habile et un style impeccable. Il l’a d’ailleurs prouvé lors de son passage sur la chaîne COLORS, basée à Berlin, qui est un véritable melting pot de bonne musique sur YouTube.

Allemagne

Gzuz

Un peu plus au nord, c’est Allemagne. Fort d’une scène hip-hop bien en santé depuis les années 90, le pays d’Angela Merkel s’est toujours affirmé en tant qu’alternative au rap français, autre grand bastion du hip-hop en Europe. Si le rap allemand était décidément boom-bap dans ses origines, la nouvelle vague s’est adaptée comme les autres au rap du 21e siècle.

Sur YouTube, un des rappeurs les plus populaires est GZUZ, un genre de mélange de Kaaris et de Souldia, avec cependant moins de flow et de musicalité. Originaire d’Hambourg et membre du groupe 187 Strassenbande, actif depuis 2006, il semble assez big pour qu’une de ses vidéos soit publiée sur WORLDSTARHIPHOP, plaque tournante mondiale de la culture du street. Par contre, j’ai du mal à regarder ses clips parce que j’ai toujours l’impression que c’est Ron Gronkowski qui rappe en allemand et ça me fait bien rire. Sauf que le gars est dans la rue à Compton, alors il doit être legit.

Xatar

Sinon, il y a quelques années, un boy qui habite à Berlin m’avait parlé de Xatar, qu’il m’avait décrit comme un 50 Cent allemand, un OG du game. Toujours actif, il accumule les visionnements et sort de gros clips pleins de berlines allemandes. Ce que je trouve fascinant, c’est qu’on entend dans son flow les mêmes patterns qu’en français ou en anglais. Finalement, même si les langues changent, le flow est universel. Respect à lui de reprendre Belsunce Breakdown, classique marseillais du rappeur Bouga, sur sa chanson Balla. Par contre, je suis ensuite tombé sur Gaddafi, pis là je dois admettre qu’on est ailleurs. Je sais pas si c’est correct ou pas, mais c’est d’une absurdité magnifique.

Eno

Xatar est également propriétaire d’une maison de disques, ALLES ODER NIX RECORDS. Sur celle-ci, on retrouve Eno, un jeune rappeur d’origine turque qui accumule les views alors qu’il oscille entre le trap chanté à la Hamza et les flows plus rapides. Il semble être une des valeurs sûres de la nouvelle ère du rap allemand.

Russie

Husky

De l’Allemagne, on se pousse vers l’est jusqu’en Russie. Le gouvernement de Vladimir Poutine a récemment annoncé vouloir « contrôler » le rap, dont ils voient d’un mauvais œil la nature violente et contestataire. Au centre de tout ça, le rappeur Husky et sa chanson Пуля-дура (Bullet-fool), dont les propos pas pires violents ont poussé les autorités à annuler un concert en novembre 2018. C’est bordéliquement allumé.

Oxxxymiron

On m’a également recommandé Oxxxymiron, un vétéran de la scène russe basé à Londres qui a la particularité d’être le battle rapper comptant le plus de views au monde. Comme quoi, y a pas juste les ligues américaines et francophones dans le battle rap. Il est également actif musicalement, et a publié un gros posse cut de plus de huit minutes l’an dernier qui met de l’avant près d’une dizaine de rappeurs du pays de Dostoïevski.

Big Baby Tape

De fil en aiguille, en tombant dans divers vortex de YouTube, j’ai fini par découvrir Big Baby Tape. Il porte dans le gros trap agressif comme je l’aime, et même si je ne comprends rien au russe, j’entends ses références à Skyrim, pis ça, ça me parle pas à peu près. Fus Ro Dah!

Pharaoh

PHARAOH semble être un autre incontournable de la scène, lui qui accumule plusieurs clips à plus de 30 millions de visionnements. Visage typique de la jeunesse russe, le petit blondinet slav squat sa vie et stunt devant les caméras. Deuxième constante internationale après le flow : les 808s. Ils sont partout, sans exception, pis c’est tant mieux.

ST

Après toutes ces recherches, une dernière surprise m’attendait : je ne suis même pas le ST le plus connu. Parce que le ST russe cumule plus de six millions de visionnements sur YouTube. Oh well!

Au final, il faut prendre cette analyse avec un grain de sel, parce que je n’ai rien compris de tout ce que je vous ai proposé ici. Mais faites-moi confiance, ça sonne bien! 

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Pourquoi faut-il préserver les « shows d’appart » ?

Ces salles semi-clandestines sont essentielles à l'écosystème musical.

Dans le même esprit