William Krause

Guide de survie du festivalier sur la route

Comment faire le tour du Québec et revenir en un morceau.

URBANIA et Volkswagen s’unissent pour que vous puissiez tirer le meilleur de l’été, des routes du Québec et des festivals de musique.

La route pour se rendre dans certains festivals peut être longue. Je pense que je vous apprends rien en disant ça, mais reste que ça va vous rentrer dedans sur un moyen temps si vous décidez d’aller à Petite-Vallée ou au FME plutôt qu’au Festival de Jazz cet été. Passé le cap de six ou sept heures de route, veux veux pas, le hype finit éventuellement par céder sa place à un certain ennui. Et pis une fois rendu sur place, comment faire pour en profiter efficacement et surtout ne pas se ruiner? Parce qu’une fin de semaine à manger que dans des food trucks, c’est bon pour le compte Instagram, mais pas mal moins pour le compte de banque. Voici donc une liste de truc pour survivre à ta tournée des festivals.

« On the Road Again », comme dirait l’autre

De la route interminable, j’en ai vécu. L’an dernier, en un été, j’ai visité Montréal, Montebello, Petite-Vallée, Québec, Saint-Jean-sur-Richelieu, Béthanie et Rouyn-Noranda. Ça en fait des kilomètres! Et que vous voyagiez en autobus ou en voiture, y’a toujours un moment où la conversation s’épuise et pis comme vous avez déjà jasé huit fois des shows que vous avez hâte de voir en fin de semaine, ben il vous faut d’autres options. Et aussi surprenant que ça puisse paraître, le small talk sur la météo ne peut pas toujours vous sauver.

Je vous recommande fortement, si vous êtes en voiture et que vous connaissez minimalement les autres passagers, de télécharger quelques jeux de quiz sur votre téléphone, question de pouvoir remplir les petits silences malaisants.

Sinon, prévoyez aussi une bonne offre musicale. Le truc, c’est de toujours shotgunner la place en avant le plus tôt possible, si vous n’êtes pas vous-même le conducteur. Parce qu’il y a rien de pire qu’un copilote qui trippe sur Shania Twain ou Justin Bieber. Je vous recommande fortement de vous abonner à un quelconque service qui permet l’écoute hors-ligne des playlists et sélections musicales, question de pas gaspiller vos données cellulaires. Faites aussi des choix qui peuvent plaire à tout le monde, mais qui n’endormiront pas le conducteur non plus. Pour de bonnes idées de listes de lecture, je vous invite à aller visiter nos anciennes playlists, comme celle-ci, ou à tout simplement aller me stalker sur Spotify. Y’en a qui disent que je suis pas mauvais comme curator (#noshame). Et n’oubliez pas qu’il existe aussi l’option podcast! En voici une liste de suggestions d’ailleurs, gracieuseté de Urbania.

À la boustifaille!

Manger au restaurant, c’est quand même nice des fois, mais on peut facilement se ruiner si on fait pas attention. Sur la route, ça se peut que vous ayez une ou plusieurs fringales et y’a rien d’anormal là-dedans. Mes recommandations? Évitez les snacks de dépanneurs à tout prix. Payer 1,50 $ pour une peperette ou 4 $ pour du fromage en crottes, ç’a l’air de rien, mais ça fait vite monter la facture, surtout si vous achetez de quoi à manger à chaque arrêt-pipi. Les restaurants de fast-food peuvent aussi sembler être une bonne option, mais être vous, j’irais plutôt dans des cabanes à patate ou des petits restaurants locaux. Ça va non seulement vous permettre de découvrir les spécialités locales des lieux que vous visitez, mais vous risquez aussi de payer le même prix pour des portions souvent plus substantielles. Et une fois arrivé sur place, n’hésitez pas à demander des recommandations aux habitants, qui connaissent clairement mieux les endroits BBPC (beaux, bons, pas chers) que vous. Privilégiez aussi les épiceries pour acheter vos repas de la journée, si le site du festival que vous visitez permet d’apporter de la nourriture et/ou des sacs à dos.

Le confort avant tout

Pour la route, sortez votre linge mou préféré et habillez-vous en 2 ou 3 épaisseurs, que vous pourrez enlever ou remettre selon le niveau de la clim » ou le nombre de fenêtres baissées.

Sinon, l’envie peut venir assez vite de se vêtir telle une fashionista style Coachella pour impressionner l’internet au grand complet. Je vous le recommande fortement si vous voulez revenir chez vous plein de piqûres d’insectes, de coups de soleil ou de problèmes aux jambes ou au dos pour cause de chaussures inconfortables. C’est correct de vouloir être cute, mais si vous pouvez intégrer le facteur confort dans votre look, gâtez-vous. Petit conseil sous-estimé : évitez les gougounes si possible. Eh oui, c’est plate à dire, et moi-même je ne suis même pas ce conseil, mais vous pouvez vous éviter bien des blessures rien qu’en choisissant de porter des chaussures (*tousse* mosh pits endiablés *tousse*). L’option chapeau/casquette ne peut également pas faire de tort et potentiellement vous sauver d’une insolation, comme pas mal tout le monde au Rockfest. Finalement, n’oubliez pas les écrans solaires. Ceux et celles qui ont peur de mal l’étendre peuvent toujours se faire des nouveaux amis en leur demandant d’en étendre sur votre dos. Semblerait-il d’ailleurs que c’est une excellente méthode de cruise.

Avec tout ça, je pense que vous êtes prêts à affronter la saison des festivals! Assurez-vous de bien vous hydrater et vous devriez être all good pour visiter les quatre coins du Québec dans les prochaines semaines. Et tant qu’à vous avoir donné un paquet de conseils, je me permets pour conclure de vous lancer quelques suggestions de festivals à ne surtout pas rater :

  • – Du 28 juin au 7 juillet, le Festival en chanson de Petite-Vallée bat son plein en Gaspésie pour faire tourner autant les petits jeunes que les légendes de la chanson québécoise.
  • – Du 19 au 22 juillet, c’est au tour de Baie-Saint-Paul d’accueillir son lot de visiteurs à l’occasion du Festif!, avec comme têtes d’affiche cette année Patrick Watson, Tiken Jah Fakoly et le show Desjardins, on l’aime-tu.
  • – Du 3 au 5 août, l’incontournable Osheaga présentera le meilleur de la pop internationale aux Montréalais. C’est cher, mais ça reste toujours un beau trip à se payer.
  • – Moins connu et sur un jour seulement cette année, le Desbouleaux Fest reste toutefois un arrêt essentiel pour tout fan de métal, de punk ou d’humour qui se respecte. Rendez-vous le 18 août à St-Augustin de Mirabel.
  • – Finalement, du 30 août au 2 septembre, l’habituel rendez-vous de fin de saison qu’est le Festival de Musique Émergente en Abitibi-Témiscamingue sera de retour pour mon plus grand plaisir!

*******

Imaginez faire la tournée des festivals à travers le Québec au volant d’une Jetta… Cliquez ici pour en savoir davantage.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up