J’ai écrit aux Anticipateurs : ils m’ont répondu avec des vidéos

Pourquoi faire simple quand on peut porter un sombrero pis se filmer en mangeant des tacos ?

Le 20 juin dernier, les Anticipateurs dévoilaient leur nouvel album Bateaux Colombiens. Évidemment, en tant qu’auditeur assidu de leur musique et admirateur de leur démarche, je me suis empressé de proposer à URBANIA Musique de les interviewer sur leur nouveau projet. Après quelques échanges de courriels et tentatives de persuasion, le groupe de Sorel a finalement accepté qu’on envoie nos questions par courriel, en nous promettant qu’ils y répondraient par écrit. Comme convenu, j’ai donc envoyé mes questions, toutes inspirées des paroles de leur dernier album, en espérant avoir une réponse dans les prochains jours.

Une semaine passe. Pas de nouvelle. « Bon, c’est des rappeurs, c’est normal. Ils sont sûrement occupés en spectacle quelque part, ou tout simplement sur la grosse poud » dans un party à Vegas! Sois patient Hugo… » que je me disais, en fixant ma boite de réception Gmail.

Deux semaines passent. Toujours pas de nouvelle. Je dois avouer que ça commence à casser les couilles cette histoire-là. Mais bon, les gars c’est des OG ben occupés, et c’est aussi la grosse saison de la coke avec l’accumulation des shows au Beach Club. Patience Hugo, patience.

Trois semaines passent. Silence radio. Tabarculfuckcriss là ça commence à gosser. Mais bon, je commence à me faire à l’idée que notre entrevue est juste morte, comme la moitié de mes idées d’articles (Rest in peace, « 5 chansons qui contiennent le mot brocoli »).

Pour moi, cet article ne serait clairement jamais écrit.

Puis la semaine passée, un soir alors que je m’apprêtais à écouter un film avec ma copine, j’ai reçu un courriel d’Estiktélette Productions (la compagnie de production des Anticipateurs). Dedans, un simple lien WeTransfer contenant un fichier. rar avec toutes les réponses à mes questions, mais en vidéo…

Décidément, les Anticipateurs ne font jamais les choses comme les autres : même les entrevues! Voici donc notre entretien en différé, près d’un mois après qu’il ait débuté! (Conseil : montez le son dans vos écouteurs)

OUIN

« Bateaux colombiens » : C’est le premier album dont le nom ne fait pas référence au hockey. Est-ce qu’on entre dans une nouvelle ère des Anticipateurs?

MC Tronel :

« Faut que tu fermes ta yeule quand Robert parle » : Au début de votre clip pour « Bateaux Colombiens » vous rendez hommage à Robert Bands. Qui est Robert Bands et pourquoi teniez-vous à lui dédier un clip ainsi que la dernière chanson de l’album?

MC Tronel :

« J’suis en train d’soulever la coupe, j’peux pas t’faire de calin » : Cette année ça fait 25 ans que les Canadiens n’ont pas soulevé la coupe. Selon vous c’est quoi le problème avec l’équipe et qu’est-ce que vous changeriez pour qu’on la ramène cette année?

MC Tronel : 

« Cônes oranges/Man que j’pisse c’toute jaune-orange » : Vous qui venez de Saint-Joseph-de-Sorel, qu’est-ce que vous aimez, et détestez de Montréal?

MC Monak :

MC Tronel :

« J’ai fait un cauchemar le gros, j’ai rêvé qu’j’allais m’marier » : Quels autres cauchemars faites-vous de manière récurrente?

MC Monak :

« Tous main dans la main, on avait voté OUIN/Mais y’ont pas voté OUIN, sti d’gang de sans-dessein » : Quels arguments donneriez-vous pour convaincre de voter OUIN au prochain référendum?

MC Tronel :

« On fait des meilleurs trucs que Beau Dommage » : Quel groupe ou artiste québécois qui ne fait pas de rap a votre respect, et pourquoi?

En terminant, avez-vous un message à envoyer au rap game québécois?

MC Tronel :

Heureusement, Monak a été plus bavard sur cette question.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Dans le même esprit