J’ai regardé le clip de « Rock It » de Francis Martin… et j’ai des questions

Qu'est-ce que piraterie, tennis et dégâts d'eau ont en commun ?

Tout doucement, le Québec est en train d’oublier Francis Martin.

C’est dommage, parce qu’il y a d’importantes leçons à tirer des 15 minutes de gloire du chanteur de charme le moins sincère de l’histoire du Québec. Créé de toutes pièces dans les bureaux d’une étiquette de disque douteuse, on se rappellera principalement de l’homme au nom de coureur de drags à l’Autodrome St-Eustache comme l’interprète de Quand on se donne, une chanson sur les plaisirs de faire l’amour à une cougar

La plupart de mes collègues interrogés ne pouvaient nommer une autre chanson. Ça, c’est s’ils étaient assez vieux pour s’en rappeler.

Quand on se donne n’est cependant pas le plus grand héritage de Francis Martin. Aujourd’hui, c’est un honneur pour moi de déterrer Rock It, quintessence de la bonne marde québécoise des années 90. La toune est écoeurante, mais le clip est tout aussi écoeurant. Voyez par vous-même:

(excusez pour la qualité de la vidéo, c’est le seul exemplaire connu du clip encore en circulation)

0:04 – Ça paraît pas de même, mais la fille qui fait les back vocals émet des petits cris de jouissance pour accompagner les premières images de cette pièce d’anthologie. Ça prépare très bien pour le twilight zone dans lequel on s’apprête à tomber.

0:11 – Où est Francis? Dans le mythique Montréal souterrain? Dans une piscine abandonnée de Laval? Dans un sous-marin venant tout juste de ressurgir? Drôle d’endroit pour essayer d’avoir l’air sexy. Notre boy montre cependant une grande rigueur dans ses battements de hanches.

0:13 – Shout out à la chemise de pirate que porte Francis, qui l’aide beaucoup en tombant de ses épaules toute seule lorsqu’il se balance sur cette dangereuse machine supposée symboliser l’innocence… dans un clip ouvertement sexuel. La plupart des gens qui essaient d’être sexy portent des vêtements trop petits pour révéler leur corps, mais en grand avant-gardiste, Francis Martin a décidé de porter quelque chose de trop grand, qui améliore ses chances de se retrouver spontanément en chest de 500%. 

0:36 – Lippe coquine ou tic de face? La réponse a l’air évidente comme ça, mais Francis fait tellement pendant les 3 petites minutes que dure le clip qu’on en vient à se poser la question. Imaginez essayer d’embrasser cette face, et au dernier moment: BOOH. SOURIRE DE JOKER.

0:52 – Quessé ça, cette camisole-là? Ça a l’air du truc le moins pratique et le plus inconfortable au monde pour jouer au tennis. S’ils voulaient nous vendre l’idée d’une athlète sexée, ça aurait peut-être été plus convaincant de nous la montrer en linge de sport? Tsé. Mais bon… on parle d’un clip ou le chanteur porte une chemise de pirate à Gentilly-II.

0:53 – La raison pour laquelle madame est en criss demeure inconnue jusqu’à ce jour. Mais gardez ça en tête pour la suite, c’est important. Madame est en beau joual vert.

1:01 – Faces de sexe sublimées? Ce clip en est rempli. À suivre…

1:15 – Face de sexe.

1:36 – Face de sexe.

1:42 – Face de sexe. Anyway, vous voyez mon argument. Arrêtez le clip à n’importe quel moment et vous avez une chance sur deux de trouver une face de sexe. Si je comprends bien le concept, Rock It essaie d’établir un lien symbolique entre sexe et performance. Francis et la belle blonde fourrent métaphoriquement. Du moins, c’est ce que je croyais jusqu’au moment oooooù….

1:53 – WOAAAH QU’EST-CE QUI SE PASSE?

1:58 – 1) C’EST QUI LUI? 2) POURQUOI IL EST PENDU PAR LES PIEDS? 3) POURQUOI DIANTRE EST-IL LA SEULE PERSONNE DANS CE CLIP PORTANT DU LINGE APPROPRIÉ POUR LA PISCINE?

2:07 – J’aimerais vous dire que l’inconnu qui trempe sa guitare dans l’eau, c’est la chose la plus étrange qui va se passer dans la prochaine minute, mais non. Ça n’a rien à voir avec rien de ce qui va passer non plus. C’est comme un bulle au cerveau, mais qui look à fond.

2:14 – My dude pète un solo de guit la tête en bas, comme le condamné à mort le plus métal de tous les temps. Allez vous rhabiller, Slayer et Mussolini.

2:25 – PIS Y PÈTE SA GUIT APRÈS! FUCK YOU, KURT COBAIN. T’ÉTAIS MÊME PAS MORT QUAND CE CLIP-LÀ EST SORTI. C’est ce que j’appelle un ÉNORME statement artistique. Contrairement aux idées reçues, les Américains n’avaient pas le monopole du pétage d’instruments.

2:40 – EN PLEIN DANS L’SCROTUM. Quand je vous disais qu’elle était en criss. Ça lui apprendra à manquer de respect aux légendes de la musique, c’t’estie-lô.

2:51 – Ce clip est devenu une version végane-féministe de Rocky II en trente secondes. TIN, MON ESTIE DE PHALLOCRATE MANGEUR DE VIANDE. Mon détail préféré sur cette capture d’écran, c’est les mains du pauvre guitariste qui essaie de protéger tant bien que mal. Oh… et FACE DE SEXE!

3:00 – Euuuaaarrgh… ouin, j’ai peut-être rien compris finalement. 

J’ai peut-être l’air de faire de l’acharnement sur un gars qui souhaite juste se faire oublier du grand public, mais sachez que ce n’est pas le cas. Francis Martin vit aujourd’hui à quelque part en Gaspésie ou au Nouveau-Brunswick (je sais plus trop), a changé légalement son nom pour Kaya parce que quelqu’un lui a dit de faire ça dans un rêve, et dirige un culte Nouvel-Âge ben ben weird… Oh, et aux dernières nouvelles, il trouvait encore que la chanson était un excellent véhicule pour ses idées: 

Il ne sera jamais à la hauteur de Rock It.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Slayer : ce ne sera plus pareil sans eux

Les géants du thrash metal ont joué leurs dernières notes.

Dans le même esprit