Germain Barre

Kanye West et sa croisade contre la dictature du like

Le rappeur s'est lancé dans une quête pour modifier les réseaux sociaux.

Être un fan de Kanye West implique généralement une relation amour-haine. Ça veut dire que chaque fois que le rappeur sort un album, on est content et que chaque fois que le rappeur tweet, on l’est moins…

Par contre, cette semaine je dois avouer que ‘Ye, pour une fois, a fait preuve de bon sens sur Instagram. En effet, entre 4 vidéos adressées à Drake concernant une chanson ambiguë laissant croire que Drizzy et Kim Kardashian ont eu une aventure, accompagné de bruit de métro, eh bien Kanye s’est attaqué à une question intéressante POUR VRAI.

En effet, le nouveau cheval de bataille de Kanye est la visibilité publique des likes et des abonnés sur les réseaux sociaux. Selon lui, les likes — ou du moins le manque de likes — peuvent mener certaines personnes au suicide, une situation inacceptable. Kanye a ensuite ajouté que le nombre de likes soit soumis au jugement public est l’équivalent de devoir divulguer le solde de son compte de banque, ou la grosseur de son pénis sur votre t shirt…

(pour ceux et celles qui n’ont pas de pénis, vous avez surement un compte de banque vous permettant de comprendre son point. Ou au moins un t-shirt.)

Même si Kanye appuie son argumentaire de manière un peu boboche avec cette image de type « photo partagée par un.e fan de Paulo Coelho » et la légende suivante : « a lot of human beings think this is what love means » …

… reste que Kanye a soulevé un problème concernant les réseaux sociaux auquel je n’avais jamais pensé avant.

Ça m’a fait réalisé qu’il y a effectivement quelque chose de malsain au fait d’exhiber à la vue de tous le nombre de personne ayant aimé notre publication, ou qui sont abonnées à notre compte. Et apparemment le propriétaire de Twitter est de mon côté, puisqu’il a envoyé un message à ‘Ye,  que ce dernier a ensuite partagée sur son compte Instagram. Dans un beau texte, Jack Dorsey dit être d’accord avec Yeezy, disant que « ce qui était bon il y a 12 ans ne l’est plus nécessairement aujourd’hui. »

Malgré son côté risible par moment, Kanye a le don de lancer des conversations sur des angles morts qui méritent notre attention. Ben Schwerin de Snapchat a aussi appuyé ‘Ye dans sa démarche.

L’écriture de cet article m’a amené à réfléchir : effectivement, on s’en câlisse-tu des likes et du nombre d’abonnés. En quoi ne pas savoir que 150 autres personnes ont aimé un post m’empêcherait de l’aimer (ou pas) à mon tour? Devons-nous à ce point avoir l’approbation des autres et juger le « following » de nos compatriotes humains?

Au-delà de ça, Kanye a apporté un élément de réflexion particulièrement important :

Les compagnies derrière les réseaux sociaux ont tout fait pour faire grossir leurs plateformes et prendre le contrôle du réel. Maintenant qu’ils ont réussi, un examen de conscience s’impose.

Si t’es d’accord avec moi, like la publication.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Entrevue : Souldia en route vers la délivrance

Kevin St-Laurent n’avait que 15 ans lorsqu’il s’est mis à esquisser ses premières rhymes sous son alter ego Souldia. Inspiré par le franc-parler et […]

Dans le même esprit