Karelle Tremblay est allée tourner un film sur Leonard Cohen en Irlande

Retour sur les « Bajada Dialogues ».

De son propre aveu, Jason Bajada était impressionné et un peu nerveux de recevoir Karelle Tremblay à son podcast. En fait, c’est la première comédienne qu’il reçoit à son émission. C’est à la suite de la suggestion d’une de ses auditrices qu’il a contacté la jeune femme.

« V’là 4-5 mois, il y a une certaine Anaïs qui écoute le podcast régulièrement qui m’a écrit pour dire : “Je suis pas célèbre, mais je travaille avec des artistes et je te souhaite de découvrir Karelle Tremblay. Elle a tellement de talent et elle est surprenante. En tout cas… voilà” »

C’est donc grâce à cette fameuse Anaïs qu’on a droit dans cet épisode à une discussion entre les deux artistes. Karelle prend d’ailleurs un moment au début pour expliquer qu’elle a rencontré Anaïs sur un tournage. Elle a même appris par la suite que les gens de l’équipe avaient été briefés pour la laisser tranquille, dans son coin, et qu’elle n’avait pas besoin de nouvelles amies, chose qui l’a surprise.

Les gens perçoivent Karelle comme quelqu’un de froid, alors qu’elle ne se voit pas du tout comme ça.

« J’ai des amis, je ris quand je trouve ça drôle. Et je parle quand j’ai envie de parler. »

L’Irlande et Cohen

Heureusement pour Jason, la conversation va bon train puisque Karelle revient d’un voyage en Irlande et a plein de choses à raconter.

« Je suis allée tourner là-bas un film, qui est une coproduction Canada-Irlande, basé sur l’œuvre de Leonard Cohen. C’est assez flyé, je dirais. C’est basé sur ses poèmes. Personnellement, je connaissais assez bien sa musique, mais je connaissais pas beaucoup ses écrits. »

Jason est lui-même un gros fan de l’artiste, ils en profitent pour discuter de sa musique, et du moment où il a eu la chance de s’asseoir dans la cuisine de Leonard Cohen en compagnie de son fils, Adam Cohen.

« Je me suis retrouvé dans sa maison v’là 1 an et demi. J’étais assis dans sa cuisine et je vivais un petit moment. »

Jetset

Être star-struck, c’est quelque chose qui arrive des fois, même à ceux qui travaillent dans le milieu artistique. Karelle a aussi eu le droit à son lot de jetset en tournant son dernier film avec l’acteur Gabriel Byrnes

« Étais-tu déstabilisée de jouer avec une vedette comme ça? »

« Pas vraiment. En fait, dans ma job, je veux toujours m’améliorer. Et pour ça, on doit travailler avec les meilleurs. Pour moi c’est juste normal ».

Gérer ses attentes

Avant d’aller en Irlande vivre la vie de plateau, Karelle en a profité pour voyager un peu en Sicile. Un endroit qu’elle avait imaginé de façon bien différente.

« C’est drôle parce que je pensais arriver là-bas et que ce soit riche. Mais finalement, non, c’était super ghetto. C’était beau, mais vraiment pauvre. »

C’est que la province est gangrenée par le crime organisé.

« J’ai l’impression que les gens n’ont pas d’espoir là-bas. La mafia contrôle tellement tout, que les gens ont perdu le contrôle. Tu sens la détresse. »

Un mood bien différent de celui qui planait lors de leur discussion.

Pour entendre le reste de leur conversation sur les origines familiales de Karelle, son intérêt pour l’acting et ses désirs en tant que comédienne, écoutez le dernier épisode des Bajada Dialogues ici

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up