Kroy a créé la trame sonore de notre vie

URBANIA et le Musée des beaux-arts de Montréal s'unissent pour faire un pied de nez à Cupidon.

On peut assumer qu’on est une pas pire gang à vouloir envoyer promener Cupidon quand les décorations de la St-Valentin apparaissent dans les pharmacies. C’est pas qu’on haït l’amour, c’est juste qu’on haït la notion qu’être en couple est un signe d’accomplissement. Et par extension, on haït la pression exercée sur ceux qui sont célibataires (par choix ou juste parce que ça adonne pas en ce moment) pour être en couple, surtout dans les jours précédant l’astifie de St-Valentin.

Heureusement qu’il y a la musique pour qu’on puisse se défouler contre cette pression ou juste célébrer notre awesomeness.

C’est pour ça qu’on a demandé à l’artiste Kroy, alias Camille Poliquin, quelles étaient ses chansons anti-cliché préférées. Kroy offrira une prestation lors de la soirée Clairs-Obscurs du Musée des beaux-arts de Montréal, une soirée spécialement conçue pour éviter tous les clichés nonos de la St-Valentin, mais remplie d’art, de musique, de beauté et d’activités intéressantes, qui aura lieu le 9 février prochain.

Voici donc tout d’abord les chansons “anti-love” préférées de Camille.

Sometimes Always de The Jesus and Mary Chain

J’aime beaucoup cette chanson. On se retrouve témoin d’une conversation entre deux personnes dont la relation n’a pas fonctionné. Tous deux se montent orgueilleux. Jim Reid voudrait revenir, mais avertit Hope Sandoval qu’il ne se mettra pas à genoux. Elle, de son côté, lui reproche d’être parti et de lui avoir fait du mal. Refuse qu’il s’impose comme si de rien n’était.

J’ai l’impression que dans beaucoup de chansons d’amour, les auteurs se montrent prêts à tout pour mériter l’amour de leur significant other. Pourtant c’est rarement comme ça que ça se passe réellement.

Bien qu’à la fin, les deux semblent finalement faire une trêve et tenter leur chance à nouveau, j’aime le côté anti-lovesong de cette chanson.

Since You Been Gone de Kelly Clarkson

Je dirais que c’est ma chanson de Karaoké par excellence.

C’est une chanson de vengeance positive qui fait vraiment du bien. Je me rappelle l’avoir beaucoup écoutée après mon breakup avec un Charles en 5e année.

Une relation toxique et émotionnellement épuisante.

Une chance que j’avais cette chanson à hurler à la tierce dans ma chambre pour me sortir de cette période sombre.

Life Round Here de James Blake

Je ne saurais pas quoi dire pour décrire comment je me sens par rapport à cette chanson. Je sais simplement qu’elle m’a fait vraiment du bien dans un contexte de défoulement. Elle accompagne très bien le mantra « j’aurais dû m’en douter » qui se greffe souvent à une déception/humiliation. Très fort dans les oreilles. 2 h. Petite pluie. Retour à la maison.

On n’est jamais seul quand James est là.

La soundtrack de notre vie

Ensuite, on lui a demandé de devenir la DJ de notre vie en lui demandant une soundtrack pour chaque moment où on se sent accompli.e par autre chose que le fait d’être en couple.

Quand on annule des plans de 5 à 7 pour rester chez nous en pyj à se commander de la pizza.

Quand on part en road-trip avec notre meilleur.e ami.e et qu’on est super excité.e.

Quand on croise notre ex dans un party alors qu’on est hawt comme une apparition céleste.

Quand on hang out au parc l’été avec nos meilleur.e.s ami.e.s.

Quand on vient de bloquer notre ex sur Facebook, IG, gmail, Twitter, etc.

Quand on prend une marche seul.e dans la ville.

Quand le projet sur lequel on a travaillé super fort a du succès.

Quand, dans un party, on feele tellement la toune qu’on danse les yeux fermés.

********

Kroy offrira une prestation lors de la soirée Clairs-Obscurs, qui aura lieu au Musée des beaux-arts de Montréal le 9 février prochain.

Pour acheter des billets, c’est juste ici.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Beatfaiseur du mois : Mike Shabb

L'artiste veut changer le son de la métropole.

Dans le même esprit