La saga de Tekashi 6ix9ine, le rappeur déchu devenu délateur

Le rappeur a tout dévoilé la semaine dernière lors du procès de ses anciens associés.

Le moins qu’on puisse dire, c’est que Daniel Hernandez est dans la merde. Mieux connu sous le nom de Tekashi 6ix9ine, le rappeur new-yorkais ne se fait pas d’amis depuis son arrivée dans le rap jeu il y a quelques années. En plein milieu d’un procès qui mêle tentatives de meurtre, extorsion, association à un gang de rue, vente de drogues, kidnapping et j’en passe, le MC aux cheveux colorés s’est mis à dénoncer plusieurs de ses collègues rappeurs la semaine dernière pour s’éviter une longue peine de prison. On a essayé de démêler tout ça pour vous. 

Les faits

Premièrement, voici les faits importants : impliqué dans des activités criminelles depuis plusieurs années, 6ix9ine était déjà sous une probation stricte à la suite d’une sombre histoire de vidéo sexuelle tournée avec une jeune fille âgée de 13 ans en 2015. Il s’en est tiré sans peine de prison, mais avec des conditions claires : il ne devait pas commettre de nouveaux crimes, ne pas être associé à d’autres criminels et terminer son diplôme d’études secondaires, en plus d’effectuer 1000 heures de travaux communautaires.

Le problème, c’est que Tekashi voulait devenir rappeur. Pour renforcer son street cred, il a décidé de joindre les Nine Trey Bloods, un gang de rue new-yorkais associé aux Bloods. L’accord était simple : le gang fournissait la crédibilité et la protection au rappeur et en retour, 6ix9ine générait du gros cash qu’il reversait en partie aux Nine Trey Bloods, qu’on a d’ailleurs vu apparaître dans la grande majorité de ses clips. 

Malheureusement, les gangs de rue font pas mal tout leur argent grâce à des activités criminelles, ce qui fait qu’Hernandez a été directement ou indirectement associé à plein d’affaires louches. Par exemple, il aurait payé 10 000 $ à un autre membre de son gang pour qu’il aille tirer sur Chief Keef en plein milieu de Times Square. Son entourage aurait également tenté de tirer sur le rappeur Casanova lors d’un événement au Barclays Center en avril 2018.

Et parfois, il n’a même pas besoin de son gang de rue pour se mettre dans la merde. Le 20 mai 2018, le rappeur a été arrêté à Brooklyn parce qu’il s’est stationné devant une borne-fontaine. Le problème : le permis de conduire de 6ix9ine était déjà suspendu. Résultat : deux accusations de plus, auxquelles on en a ajouté cinq supplémentaires le lendemain à la suite d’une altercation bizarre avec un policier lorsqu’il s’est présenté au commissariat pour faire face à ses nouvelles charges. On dit que l’habit ne fait pas le moine, mais dans le cas de Tekashi, il semble qu’il soit aussi imbécile qu’il en a l’air. 

Finalement, en novembre 2018, le rappeur est arrêté en lien à des crimes commis par les Nine Trey Bloods en compagnie de plusieurs associés, notamment son gérant Kifano « Shottie » Jordan. Les hommes sont accusés au fédéral de racket, de vente et distribution de drogues ainsi que de port et d’utilisation d’armes illégales qui découlent entre autres d’une tentative de vol sur un membre d’un gang rival le 3 avril 2018. C’est à ce moment que 6ix9ine switch : il accepte un plea deal (un accord de coopération) de la part du procureur qui lui propose de collaborer en échange d’une sentence réduite, et d’un verdict de culpabilité. Il faut dire, à ce moment-là, le rappeur fait face à une peine d’emprisonnement à vie, avec une sentence minimale de 47 ans derrière les barreaux. Face à ce choix, Tekashi décide de devenir un snitch

Snitches get stitches

Sa collaboration avec la justice américaine est large : il dévoile le fonctionnement interne des Nine Trey Bloods, ses membres ainsi que la nature de ses activités. Si sa collaboration avec les forces de l’ordre date d’il y a presque un an, c’est la semaine dernière qu’elle a éclaté au grand jour. Lors du procès de Anthony « Harv » Ellison et Aljermiah « Nuke » Mack, d’autres membres des Nine Trey Bloods qui sont accusés au fédéral de racket, de port d’armes illégales ainsi que du kidnapping de 6ix9ine, le rappeur est invité à témoigner devant le juge.

C’est à ce moment qu’est dévoilée l’histoire du kidnapping, où Harv et Nuke auraient foncé dans la voiture de Tekashi en juillet 2018 avant de sortir le rappeur de force du véhicule sous la menace d’une arme à feu, puis de le faire monter dans leur VUS. Une fois dans la voiture, le rappeur est martelé de coups pendant que Ellison lui demande de renier le gang et de ne pas dévoiler son affiliation lors de son procès. Ils se rendent ensuite chez Hernandez, et acceptent de le libérer si l’artiste aux multiples face tats leur donne tous ses bijoux. Un bon deal que le rappeur accepte. 

Problème : 6ix9ine décide ensuite de plutôt collaborer avec les forces de l’ordre. Les blagues de snitch commencent à fuser sur Internet, mais personne ne se doute de l’ampleur de sa collaboration, qui devient claire lors du procès des deux hommes nommés plus haut.

Lors de son témoignage du 19 septembre dernier, les procureurs demandent également à Hernandez d’identifier certains alliés des Nine Trey Bloods. Parmi eux, le rappeur Jim Jones, qu’on a connu en tant que membre de Dipset. 6ix9ine explique qu’il s’agit d’un rappeur à la retraite (Jones a pourtant sorti un album en mai 2019) qui est également membre du gang de rue. Si peu de gens sont surpris par l’allégation, Jones ayant le bandana rouge très voyant dans la majorité de ses clips, c’est plutôt l’ampleur de la collaboration de Hernandez qui choque. Défiant le code de la rue, il ne cache rien. Il identifie ensuite Cardi B comme étant également affiliée au gang. C’est une nouvelle majeure que la maison de disques de cette dernière s’empresse de nier. Encore une fois, il existe toutefois de nombreuses preuves de son affiliation, qu’elle a elle-même avouée lors d’une entrevue avec GQ plus tôt cette année.

Depuis, les memes et les commentaires pleuvent. Tekashi 6ix9ine est désormais l’homme le plus détesté du rap jeu, et il est fort à parier que même s’il arrive à éviter la prison à vie, il devra se cacher pour le reste de son existence. Parce que la protection des délateurs, c’est une chose, mais quand t’as la face beurrée de tatouages comme le rappeur d’origine portoricaine, tout ça devient un peu plus compliqué. On va suivre les troupes de cirque de l’Europe de l’Est, parce que c’est probablement la cachette la plus safe pour un rappeur à la face de clown.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up