La saga Woodstock 50 en 5 moments

Le festival semble carrément damné.

On n’aimerait pas être dans les shorts des organisateurs du festival Woodstock 50. Depuis qu’ils ont annoncé la tenue de l’événement, les mauvaises nouvelles s’accumulent de semaine en semaine. Après des difficultés à obtenir les permis nécessaires pour le festival, des artistes qui annulent leur présence, un partenaire qui se dissocie de l’organisation et qui annonce carrément l’annulation de l’événement, ils font encore face à des problèmes. Le dernier ? Le site où le festival devait avoir lieu, Watkins Glen International dans l’État de New York, a brisé son contrat avec Woodstock 50. Disons qu’à presque deux mois du festival, ça change l’eau d’in bines un brin.

Depuis le début, les organisateurs semblent dans le déni complet par rapport à tous les problèmes qui font surface et nous assurent que le festival aura bel et bien lieu, mais là, c’est un peu difficile de les croire. Il faut dire que l’événement est organisé par le co-fondateur de Woodstock, Michael Lang, et que le festival original a lui aussi eu son lot de problèmes… Lang a aussi produit Woodstock 99’, qui a famously été un véritable désastre et a même vaguement été impliqué dans l’organisation du Altamont Free Concert où l’un des festivaliers a été tué pendant le set des Rolling Stones. Bref, même pas certain qu’on lui ferait confiance pour organiser une fête d’enfant, encore moins un festival qui pourrait accueillir 100 000 personnes.

Pour l’instant, ce n’est pas clair si le festival aura lieu ou pas, mais pour se démêler un peu dans tout ça, on vous raconte la saga de Woodstock 50 en 5 moments marquants.

La grande annonce

Le 9 janvier 2019, en entrevue avec le Rolling Stone Magazine, Michael Lang annonce pour la première fois qu’il organisait un festival pour les 50 ans de Woodstock. C’est pendant cette discussion qu’il a parlé d’un site pouvant accueillir jusqu’à 100 000 personnes, de « glamping » et vaguement parlé de la programmation musicale. Cette dernière mettrait en vedette autant des vieux de la vieille qu’on aurait pu voir pendant le Woodstock original, mais aussi des artistes plus jeunes pouvant plaire à un plus grand public. C’était, comme qu’on dit, le début de la fin.

Les problèmes commencent à apparaître

Même pas trois mois après l’annonce officielle de Woodstock 50, on commençait déjà à voir des problèmes pointer le bout de leur nez. L’organisation a dû payer 100 % du cachet des artistes à l’avance. Woodstock 50 n’étant pas backé par une grosse compagnie de promotion (comme Live Nation ou evenko), les risques associés au festival étaient considérés plus grands que ceux encourus par des événements comme Bonnaroo ou Coachella. À partir de là, les rumeurs de problèmes financiers ont commencé à fuser de partout. Il faut dire que les cachets des artistes représentaient des millions de dollars et que tout cet argent provenait du partenaire financier de Woodstock 50, Dentsu, une compagnie de marketing japonaise.

Le lineup est annoncé… et les annulations aussi

À la fin du mois de mars, des rapports soulignent que les formulaires pour le permis de rassemblement du festival n’ont pas encore été soumis… et le lineup est finalement annoncé. On nous promet des gros noms comme Jay-Z, Chance the Rapper, The Black Keys et The Killers, ainsi que des artistes ayant participé au Woodstock original : Santana, John Fogerty, David Crosby, et on en passe. Au même moment, on s’inquiète de la viabilité du festival et de la sécurité du site.

Un autre signe que l’organisation de l’événement n’était peut-être pas top top, un peu plus d’une semaine après l’annonce de la programmation, le groupe The Black Keys a décidé d’annuler sa présence. En mai, le seul headliner qui était toujours confirmé était Imagine Dragons.

C’est annulé ou c’est pas annulé ?

Pour ceux et celles qui se demandent depuis le début de l’article, « Ouin, mais c’était pas annulé cette affaire-là ? » voici pourquoi vous êtes sous cette impression. Le 29 avril, Dentsu Aegis Network, la compagnie japonaise qui back financièrement le festival, a publié un communiqué de presse qui suggérait que Woodstock 50 était annulé parce qu’ils se retiraient du projet.

Selon Billboard, l’organisation aurait tenté d’obtenir un financement de 20 millions $ à travers Live Nation et AEG pendant la semaine précédent l’annonce, mais les compagnies ont refusé de s’impliquer dans le projet. Dès le lendemain les organisateurs de Woodstock 50 ont fait paraître leur propre communiqué pour dire que le festival aurait bel et bien lieu malgré ce petit désagrément, mais le mal était déjà fait.

Un agent d’artiste a aussi confirmé à Billboard que le retrait de Dentsu annulait les contrats qu’avaient signés les artistes avec le festival lui-même. Aucun d’entre eux n’est donc tenu de respecter l’engagement qu’ils avaient pris avec Woodstock 50… Au même moment, la compagnie qui produisait l’événement, Superfly, a aussi publié un communiqué disant qu’ils se séparaient de l’événement.

En mai, avec aucun artiste de garanti (sauf les bons jacks d’Imagine Dragons) on disait que même le nom de l’événement pourrait être changé à cause d’un problème légal. Toujours selon Billboard, Michael Lang ne ferait pas partie de la compagnie à qui appartient le nom Woodstock 50 et qu’il « louerait » en quelque sorte le nom pour l’événement. La compagnie à qui il appartient souhaite voir tous les permis nécessaires avant d’accepter qu’il soit utilisé.

Pis maintenant ?

À ce moment-ci, ce n’est toujours pas très clair si le festival aura lieu ou pas. On se dit même que ce serait sûrement une bonne chose que ça n’ait pas lieu. À part faire un ben bon documentaire, on n’est pas certain.es que ça soit très très utile de produire un autre Fyre festival

En résumé, en ce moment, le festival n’a plus de partenaire financier majeur, plus de compagnie de production (CID, qui remplaçait Superfly a aussi annulé), plus de lieu où tenir l’événement et aucun contrat valide avec les artistes qu’ils ont annoncés. Le Departement of Health des États-Unis a aussi annulé leur demande de permis… Dans le déni le plus total, l’organisation de Woodstock 50 maintient toujours que les billets seront en vente dans les prochaines semaines et que le festival se tiendra comme prévu du 16 au 18 août.  

La fin

Quelques semaines plus tard, sans permis, les organisateurs annoncent que le festival aura finalement lieu au Merriweather Post Pavilion dans le Maryland. Par contre la formule change et l’événement prendra finalement la forme d’un concert bénéfice gratuit. Du moins, c’est ce qu’ils ont dit avant de l’annuler officiellement quelques jours plus tard.

L’anniversaire des 50 ans de Woodstock sera quand même souligné dans un spectacle incluant Ringo Starr, Santana et Fogerty.

Comme quoi tout ce qui allait mal finit quand même… mal.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up