Le chanteur de Korn annonce sa tournée mondiale solo

Y'a pas juste nous qui ont fini notre passe Korn, leurs propres membres aussi.

Si vous avez grandi dans les années 90, c’est fort probable que les jappements chaotiques du chanteur de Korn Jonathan Davis aient bercé vos années formatrices.

Le groupe était au-devant de la vague nü metal qui a balayé la planète à la fin des années 90 et au début des années 2000. C’était une époque bénie, où on était tous très passionnés et qu’on regrette un peu aujourd’hui.

Néanmoins, Korn faisait fureur chez les jeunes grâce à des succès tels que :

Freak on a Leash

A.D.I.D.A.S (All Day I Dream About Sex) Oui, oui, ça part de là, cette expression.

Here to Stay

Et la chanson de Korn préférée de tout le monde, Blind.

Korn était un band qui avait définitivement sa place à l’époque. Ils étaient la voix des jeunes en difficultés et leurs chansons traçaient un portrait très sombre de l’adolescence sans toujours tomber dans l’imagerie culcul. Ils étaient comme emo avant les emo. Leurs chansons avaient une nature confessionnelle et Davis et sa bande ne trouvaient pas ça cool de se dépeindre comme des victimes.

Korn était un groupe nécessaire dans nos vies (pas mal plus que Limp Bizkit ou P.O.D, mettons), mais on a tous grandi et leur musique ne garde en général qu’une valeur nostalgique à nos yeux. Ils ont essayé de faire un retour en 2016 avec The Serenity of Suffering, mais c’est pas mal passé dans l’beurre.

Sauf que devinez quoi? Jonathan Davis vient tout juste d’annoncer sa tournée mondiale solo! Je vous entends déjà dire : « Hein? Jonathan Davis a une carrière solo? » Eh bien oui. On était aussi surpris que vous d’apprendre ça. Y’a très peu de détails disponibles à ce propos, à part cette chanson-là.

Eh. C’est décevant, hein? Du p’tit piano cucul, un Jonathan Davis pogné dans une camisole de force, qui ressasse des vieilles formules de mal de vivre préado.

Est-ce qu’on devait s’attendre à plus de la part de l’homme qui représentait l’idéal des ados frus d’une génération? L’homme qu’on voulait tous devenir, vêtu d’Adidas, avec les dreadlocks qui poppent dans le vent.

 

Y’a des choses qui vieillissent mal, dont l’intensité de vivre toutes les choses de la vie pour la première fois. La douleur et le mal de vivre de l’adolescence, ça ne se re revit pas deux fois de suite.

Peut-être que non. Y’a des choses qui vieillissent mal, dont l’intensité de vivre toutes les choses de la vie pour la première fois. La douleur et le mal de vivre de l’adolescence, ça ne se re revit pas deux fois de suite. Même pas pour un trip nostalgie. Et même à ça, vous trouvez pas ça un peu présomptueux de la part de Jonathan Davis de penser que les nostalgiques de Korn vont se lancer sur son nouveau matériel au lieu d’écouter des vieilles tounes en attendant que ça passe?

C’est pour ça qu’on pense que sa tournée mondiale, c’est probablement un scam d’impôt. C’est l’explication la plus logique derrière ce pseudo-Korn semi-mou.

On n’aime pas.

Présenté par URBANIA Musique. Allez suivre notre page Facebook, il se passe plein de choses cool là-bas!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Pourquoi apprend-on encore la flûte à bec ?

Lettre ouverte d'une enseignante de musique au primaire.

Dans le même esprit