Germain Barre

Langue Sale : cancer, bible et pauvreté

Semblerait que Colo vend de la drogue à des anges.

Cette semaine à Langue Sale, on explore les traitements pour le cancer des Anticipateurs, le trap biblique de Colo et les bons côtés de la pauvreté avec Lost. Comme quoi y a toujours du bon, même dans le struggle!

Les Anticipateurs – Vraiment Légendaire 

« Le gros chu toujours protégé par tous mes samurais O.G. légendaires

C’est un beat de Scott Storch, lui y’est vraiment légendaire

Il peut soigner des cancers, j’jette la poud dans les concerts

On a fait le tour de la terre, on est vraiment légendaires »

Déjà, qu’on se le dise, un beat de Scott Storch pour des rappeurs quebs, ça c’est vraiment légendaire. Même si le producteur est tombé aussi bas que SP par moments, il reste un beatmaker marquant des années 2000 et c’est un gros move d’être allé le chercher pour une collaboration. Après Lex Luger, faut croire que Les Anticipateurs sont connectés comme personne dans le rap jeu québécois.

Sauf que là, y a des limites. Scott Storch a pas été capable de soigner ses problèmes d’argent, mais il peut soigner le cancer? J’en doute, Tronel. En même temps, quand t’es protégé par des samurai O.G. légendaires ben… j’aurais tendance à croire que tout est possible – sauf un nouveau battle de Filigrann.

Question de prouver qu’ils sont VRAIMENT légendaires, Les Anticipateurs ont même mis une courte vidéo avec Scott Storch à la fin de leur vidéo, où MC Tronel fait dire « tabarnak » au producteur américain. Juste pour ça, ça valait la peine, merci les gars.

Colo feat Tizzo – TRVP 

« On m’a lancé des pierres, je les ai vendues

Pourquoi je respecte Judas? Parce qu’il s’est pendu

Le trap m’a donné des pouvoirs, j’danse comme Michael

Mon meilleur fiends, s’appelle ange Gabriel »

Je n’ai plus à vous présenter Colo, un habitué de la chronique. Sauf qu’à partir d’aujourd’hui, Colo est rendu un trappeur de niveau biblique. J’vais vous dire, j’suis ben fan de ça. Je trouve que souvent, les rappeurs du street restent très basiques dans leur façon de promouvoir leurs activités criminelles. Colo, lui, s’inspire carrément du bestseller de l’histoire de la littérature pour faire son rap.

En bon chrétien, Colo a pris les pierres qu’on lui a lancées pour transformer le tout en positif : les pierres étant en fait du crack, il les a vendues à son meilleur client, l’archange Gabriel. On va se le dire, c’est pas votre Joe le crackhead du coin, c’est de la clientèle prestigieuse! Presque aussi big que le gars qui avait vendu du crack à Rob Ford dans le temps.

Par contre, je vois pas trop pourquoi Colo respecte Judas parce qu’il s’est donné la mort par pendaison, à moins que ce soit un autre slang relié à l’univers de la drogue qui est trop deep pour que je le comprenne.

Une chose est sûre, Colo moonwalk présentement sur le rap jeu tel Michaël (Jackson) et c’est pas moi qui va s’en plaindre. En plus, il invite Tizzo sur le track pour que les grands esprits se rencontrent pour vrai. Finalement, le boy est rendu très ésotérique, pis après Une esti de folle, ça nous prouve qu’il a peut-être retrouvé le droit chemin.

Souldia feat MB, White-B et Lost – Le bonheur des autres

« Et y a tellement d’moments qu’on aimerait mettre sur pause

Tellement d’enseignes, d’histoires qui nous opposent

Tellement d’valeur dans le sourire d’un pauvre

Et j’ai jamais changé mon fusil d’épaule »

Vous me direz que je suis pas original dans mes choix. Je vous dirai que c’est pas de ma faute si c’est les mêmes qui se démarquent ces temps-ci. Alors voilà, encore des lyrics de Lost.

Par contre, je tiens à souligner la démarche de Souldia, qui a clairement tout compris. Son style se rapprochant déjà un peu de la sonorité des rappeurs street de Montréal, il est allé chercher trois des meilleurs dans le style pour un track qui, sans être la meilleure chanson, représente un nouveau pont entre les scènes de Québec et de Montréal. Surtout, c’est agréable de voir Souldia ratisser large dans ses collaborations: Alaclair Ensemble, Monk.E, Sinik et donc maintenant les gars de 5Sang14.

Ici ce qui m’a interpellé, c’est surtout la phrase « tellement d’valeur dans le sourire d’un pauvre » de Lost. Je vous avais déjà parlé la semaine dernière de sa capacité à créer des images simples, mais pleines d’intensité, c’est encore le cas ici.

Voyez-vous, j’ai toujours entretenu l’idée que les pauvres étaient généralement plus heureux que les gens aisés, parce que chaque petite victoire (no Koriass) de la vie possède une valeur beaucoup plus grande pour eux que pour les gens qui sont habitués au confort de la vie moderne. Alors je dis word à Lost pour ce bar.

SHOUTOUTS:

Premièrement, shoutout à End of the Weak qui a élu son champion canadien la fin de semaine dernière et qui m’a demandé d’utiliser mon expertise de langue sale pour être juge lors de la finale – respect à Basics qui a remporté une édition où la compétition était forte. Aussi, un gros shoutout à O.G.B. qui vient de sortir un clip pour Rebondir, chanson tirée de leur premier album Volume 1 en collaboration avec FouKi qui est, et restera décidément, partout.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Itinéraire pour un roadtrip 100% country

2019, c'est l'année du country!

Dans le même esprit