Germain Barre

Langue Sale : Loud et Eman reviennent en studio

Une analyse des meilleurs et pires verses de la semaine.

Cette semaine, on salue le retour de Loud, l’autoproduction d’Eman et les revendications salariales de FouKi.

Loud — Médailles

« J’leur ai montré comment gagner avec un modèle infaillible

Soit tu deviens immortel ou soit tu die tryin’

J’partis voir le monde, j’leur ai laissé la voie libre

J’leur ai donné toutes les munitions, ils ont juste pas le calibre »

Ça fait longtemps qu’on attendait du nouveau Loud, lui qui malgré plein de belles annonces, n’avait rien sorti depuis Une année record en octobre 2017. Si la rumeur d’un nouveau single courait depuis quelques semaines dans les coulisses de la scène, personne ne savait à quoi s’attendre. C’est drôle, parce que tous les acteurs du rap québ à qui j’en ai parlé montraient un genre d’excitation qui se mélangeait à une certaine forme de crainte : n’étant pas le seul à sortir un album au printemps, il ne faudrait surtout pas qu’il écrase (encore une fois) la compétition.

Finalement, on a eu droit vendredi dernier à Médailles, premier extrait de Tout ça pour ça, le deuxième album de Loud qui sera disponible le 24 mai 2019.

Question de marquer le coup, le récipiendaire de l’album francophone de l’année aux prix Junos a en même temps annoncé une supplémentaire au Centre Bell, parce que remplir le domicile des Canadiens pour un soir, ce n’était évidemment pas suffisant. Finalement, Une année record est en train de se transformer en Des années record pour le rappeur et son équipe.

Une année record est en train de se transformer en Des années record pour le rappeur et son équipe.

Sur Médailles, on retrouve un Loud affecté par son succès, lui qui trouve difficile de ne plus pouvoir sortir sans se faire reconnaître. On a l’impression qu’à la limite, il n’a jamais voulu de tout ce succès, alors qu’il semble plutôt préférer rester avec les « deux estis de losers » Ajust et Ruffsound pour faire de la musique. En termes de losers, on peut vraiment faire pire, si vous voulez mon avis. Les deux producteurs, également accompagnés de Realmind, signent une production sobre, minimaliste qui laisse toute la place au rappeur, mais dont la qualité de construction est extrêmement haute. Comme mon oncle par trop éloquent dirait: « ça sonne en maudit ça! »

Surtout, on a l’impression que Loud essaie de passer un message aux autres rappeurs québs. Comme il le mentionne dans la citation plus haut, le rappeur a effectivement établi le modèle à suivre pour avoir du succès avec le rap québ, ici et en Europe. Loud a marqué l’histoire, rien de moins, et est devenu l’exemple de la réussite dont plusieurs essaient de copier, ou du moins de s’approprier la formule. Sauf que ne remplit pas un Centre Bell qui veut.

Eman — Bientôt

« On fait nos biz comme l’écrivain

Les hypothèques sont longues comme les méridiens

J’ai déjà fait du mal maintenant j’veux faire du bien

Chu pas strap j’ai tout à foutre j’ai beaucoup à perdre hey »

Parlant de retours attendus, Eman est également sorti de son silence vendredi dernier pour offrir Maison, un EP surprise entièrement écrit et produit par le rappeur de la Capitale, avec l’aide de Claude Bégin sur le mix et les arrangements. Le résultat est impressionnant : six chansons qui mélangent knowledge, beats accessibles et mumble rap. La proposition n’est pas aussi riche musicalement que les envolées en compagnie de Vlooper, mais on sent par contre un Eman qui fait la musique qu’il a envie de faire, sans compromis ni détours.

Sur Bientôt, gros trap minimaliste, Eman arrive sur un vibe très mumble rap énergique, où il mélange habilement l’ignorance du genre et la sagesse dont il fait preuve dans ses projets depuis maintenant plus de dix ans. Le résultat est franchement réussi, s’écoute sans effort alors que le beat assure que les nuques bougent en harmonie avec le rythme. Puis, si on prête l’oreille aux paroles, on se rend compte que même si le contenant est un peu différent de ce que le rappeur a proposé par le passé, le contenu est toujours de haute qualité.

On retrouve un Eman qui, au contraire de tant de rappeurs qui brandissent leur je-m’en-foutisme comme arme de guerre principale, affirme à quel point il a des choses à perdre. Les minces n’ont pas de guns ou de plans infâmes, ils veulent juste récolter leur dû et continuer à faire leur musique sans compromis. Finalement, c’est tout ce qu’on peut leur souhaiter.

Jei Bandit feat FouKi & Kevin Na$h — Booth

« Premier à course comme Forrest Gump

J’fais pu d’spectacles pour des mini sommes

On m’approchait pour des sachets tho

Les gars méritent plus que des cachets d’pauvres »

Grosse collaboration ici alors que la paire FouKiKevin Na$h se joint à Jei Bandit, rappeur sous-coté de la relève anglophone de Montréal, le temps d’un gros banger dont la production est signée par Numb Blond, Jamvvis et Jei. Le résultat est plutôt convaincant alors que les rappeurs s’échangent des verses qui se démarquent par leurs mélodies plus que par leurs paroles.

À la première écoute, le refrain me laisse un peu perplexe — être « in the booth », c’est être dans la cabine d’enregistrement au studio. Je trouve ça un peu random et peu pertinent pour le public qui écoute la chanson. Par contre, l’énergie est tellement présente que j’ai fini par bien bump la chanson, en captant même un peu de knowledge de la part de notre FouKi national.

Là où Loud peut se targuer de sell out des arénas, la jeunesse du rap, elle, est encore extrêmement sous-payée pour ses services. Si FouKi mange à sa faim graĉe à la musique, ce n’est pas le cas pour la grande majorité des artistes qu’il côtoie, et il le reconnaît habilement dans Booth. Alors en bon représentant syndical des moins de 23 ans, il se rend au front pour défendre les droits de ses compères! Même s’il est dans une position qui lui permet de ne plus accepter les mini-sommes, il reconnaît que tous n’ont pas ce luxe.

SHOUTOUTS

Un shoutout à Busy Nasa dont je vous ai parlé il y a quelques semaines, qui après une attente INTERMINABLE, a finalement sorti son EP Stay off the internet. Il était temps! Blague à part, Busy est un de mes rappeurs anglos préférés du moment à Montréal et il le prouve habilement sur ce EP trop court.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up