Germain Barre

Langue Sale : explorer la caverne d’Ali avec Ryan et Baba

Une analyse des meilleurs et pires verses de la semaine.

Cette semaine, on vous offre la chance de jouer au PS4 contre Freeze Corleone, on écoute les conseils-cuisine de Nate Husser et les découvertes de Ryan et Baba dans la caverne du boy Ali. Comme dirait Lil Pump, esskeetiiiit. 

Alkpote feat Freeze Corleone – Purification

« Sous broma, comme tes parents, pétasse

Déter’ comme Adolf, années 40 pétasse (voilà)

ZenChen667 sur PS4, fusil d’précision sur BF4

MTL j’graille du PFK, ékip à fond comme le CSKA »

Je vous ai déjà parlé de Freeze Corleone il y a deux semaines. Pour le décrire, je l’ai comparé, entre autres, à Alkpote. Comme par magie, deux semaines plus tard, une immense collaboration entre les deux rappeurs apparaît sur YouTube.

Bon, trigger warning, c’est pas du contenu de bonne famille. Les deux rappeurs ont une propension à faire dans le très très sale, et il faut apprécier le genre. Sauf que même dans la saleté, on peut trouver du bon. (Sinon, on ne serait pas ici non?)

Ici, Chen Zen (un des nombreux AKAs de Freeze) arrive, en quatre lignes, à faire une dizaine de références toutes aussi improbables les unes des autres. En premier lieu, en affirme être «sous broma», une référence au bromazépan, un antidépresseur, parce que se défoncer aux antidépresseurs, c’est vraiment le next level.

Pour la ligne qui suit, je dois partager l’anecdote suivante: juste avant la sortie de Soufflette d’Obia le Chef, un collègue journaliste m’a dit que le rap jeu serait choqué par une ligne du Roi Heenok sur Yalla: «ambitieux comme Adolf Hitler». Ce collègue n’a clairement jamais écouté de Freeze Corleone, qui fait constamment référence au tyran allemand dans l’indifférence la plus totale, comme c’est le cas ici, alors que le rappeur prétend être déter [NDLR: déterminé] comme Adolf dans les années 40. Ça, c’est du rap ostentatoire.

La ligne suivante s’adresse aux gamers: si vous voulez jouer avec Freeze Corleone, il drop gentiment son compte PSN – ZenChen667 – pour que tous ses fans puissent le défier. En termes de promotion virale, c’est un peu la version 2019 de Mike Jones qui donne son vrai numéro de téléphone sur sa chanson Back Then. Vous pouvez trouver Chen Zen sur Battlefield 4 ou sur FIFA 19, où il prétend « mettre des scores de tennis dans FUT Champions ». On comprendra que jouer contre le Freeze, c’est risquer un 6-0.

On termine tout ça en beauté avec un shoutout à notre belle ville de Montréal, où au contraire de la France, on mange du PFK, et non du KFC, loi 101 oblige. Respect pour le knowledge. Surtout, respect aux deux rappeurs d’avoir sorti un festival de bars du genre. Lecture de la page Genius de la chanson conseillée lors de l’écoute.

Nate Husser – Duck Hunt

« Cooked, then sprained my wrist, ugh

Fucking hit the pot with my fist, yuh »

Nate Husser est back avec Duck Hunt, un gros single qui annonce 23+, son prochain projet qui devrait sortir dans les jours à venir.

Ce que j’aime de Husser, c’est qu’à la manière de tous les grands rappeurs, son flow coule naturellement et on a l’impression qu’il pourrait rapper sans jamais s’arrêter. On ressent d’ailleurs beaucoup l’influence de Lil Wayne chez Husser, particulièrement sur cette chanson où le rappeur se permet des flows qui rappellent sans équivoque le MC de Nouvelle-Orléans.

Puis, ce qui est drôle avec le rap, c’est que grâce au débit particulier du genre, on a parfois droit à des combinaisons de one-liners qui peuvent vous faire pouffer de rire juste parce qu’elles sont dites de manière comique. C’est le cas ici, alors que Nate Husser nous explique candidement qu’il s’est foulé le poignet en frappant une casserole avec son poing alors qu’il cuisinait.

Anatomiquement, ça n’a pas trop de sens, mais l’image que ça crée est à la fois hilarante et complètement inattendue, surtout quand le rappeur de la Petite-Bourgogne est en train de nous parler de ses préférences sexuelles. Faudrait ramener Gordon Ramsay dans la cuisine d‘Husser, peut-être que lui pourra nous expliquer.

Ryan feat Baba – Le Sang

« Si mes paupières se ferment, pense pas que je passe mes nuits dans les tavernes

Baba cherche la caverne, Sésame ouvres-toi pour voir c’qu’il me renferme »

On tombe ici dans les Mille et Une Nuits avec Ryan et Baba qui vont explorer le contenu de la caverne d’Ali… Baba, question d’y trouver des réponses aux difficultés de la vie et à l’ardeur du travail constant.

Mais la vie, c’est pas des fables. Il faut travailler, de jour comme de (1001) nuit, et c’est l’éthique de travail qui est mise de l’avant par les gars. On remarque le flow de Ryan qui est précis et carré, puis le rappeur s’affirme comme étant le next up de Cartierville après son boy Lost.

Baba, lui, se rapproche de l’influence PNL qui a marqué toute une génération de rappeurs francophones. Loin d’être un problème, c’est plutôt un signe que le game local est en train de s’harmoniser avec le reste de la francophonie, et qu’il est tout à fait possible que le public européen ajoute du Baba ou du Ryan dans sa playlist. Le rap québ at large est en grande forme et la relève qui se forme derrière la première vague laisse présager encore plus de bonnes choses.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Dans le même esprit