Mélissa Desjardins

Langue Sale : Jeune Loup est back, à ce qu’on sache

Une analyse des nouveaux verses de la semaine.

Cette semaine, Jeune Loup est back avec un nouveau clip, je découvre Quadracup et je vous explique certaines ramifications inattendues du conflit entre Booba et Kaaris.

Jeune Loup — RX

« Catch un drip ou tu t’fais remplacer

J’ai l’air d’un lick, crème glacée »

Jeune Loup est back, back sur le BS une autre fois avec une chanson qui n’a rien de nouveau, mais dont le clip est frais sortis du four. Un autre clip signé Touchemoipa$.100k dont mon collègue ASMA vous a parlé récemment. On y voit le Big W dans toute sa splendeur alors qu’il partage l’écran avec sa blonde le temps d’une vidéo qui aurait pu passer à Bleu Nuit autrefois.

Il y a un peu moins d’un an, je vous parlais de la première chanson de Jeune Loup, Back sur le BS et depuis, le rappeur ne laisse personne indifférent. Il faut dire que c’est difficile de l’être quand on voit le gars faire des faces dont les expressions oscillent entre « yo ce dude a l’air vraiment sympathique » et « yo ce dude a l’air vraiment dangereux ». C’est dans cette incertitude que se trouve le charme d’un artiste comme Jeune Loup, qui à défaut d’offrir des strophes à la poésie chargée, nous présente plutôt un univers qui nous fait comprendre qu’on n’a pas tant de vécu, finalement.

Reste que le style de Jeune Loup devra se renouveler un brin s’il veut continuer sa montée dans le rap québécois. Parce qu’une gimmick, c’est bien, mais il faut quelque chose de solide pour se démarquer sur le long terme dans un rap jeu qui s’ouvre de plus en plus, mais qui en même temps, fait face à de plus en plus de compétition. 

Au pire, si ça ne fonctionne pas pour lui, il a clairement déjà une carrière lucrative qui l’attend dans la rue. Yeaaaaaaaaaah.

Quadracup — Alice

« J’verse mon lean dans mes céréales

Kick la porte, j’fais comme Stéphane »

Parlant de compétition, voici Quadracup, un nouveau venu dans le rap queb qui a visiblement été inspiré, ou du moins a des affinités claires avec Jeune Loup. Le flow, les thématiques et même le regard allumé, tout y est. 

Je dois avouer que ma première impression d’Alice n’était pas positive. Il y a quelque chose d’encore plus déconcertant dans la musique de Quadracup que dans celle de son collègue Big Wolf parce que le rappeur parle de guns, de drogues et d’autres affaires de gars fucké ben raide. J’ai du mal avec la petite jeunesse montréalaise qui parle de fusils comme ça, d’un, parce qu’on n’est pas aux States, et de deux, parce que c’est ni intéressant ni crédible. 

Le clip est également un peu troublant, et je trouve absurde que des artistes se servent encore de fausses scènes de pendaison comme si c’était original et créatif. Wake up, Tyler, the Creator l’a fait dans le clip de Yonkers et ça n’a jamais été fresh depuis (je ne suis même pas sûr que ça l’était à l’époque). C’est le genre d’affaire qui me fait penser « awww, un autre petit rappeur qui fait comme s’il voulait se suicider parce que ça montre un côté edgy et une désinvolture créative. » Sauf que non, c’est pas nice

Malgré tout, en écoutant les paroles, on retrouve un niveau d’écriture intriguant qui mélange drug talk et références culturelles relativement drôles. Pis, l’image de verser du lean dans les céréales m’a bien fait rire. 

Quadracup a du potentiel, mais il va devoir raffiner son truc. 

Alkpote feat Kaaris — Nautilus

« Rolex Submariner avec la loupe Cyclope, 

Sur mes chicots pourris, j’ai mis des clous d’girofle »

Vous aurez compris avec le temps que je suis un assez grand fan d’Alkpote. Même si ses paroles sont sexistes, misogynes, stupides, il pousse le tout tellement loin qu’on se retrouve dans un univers tellement absurde que le rappeur devient plutôt une sorte de caricature, un genre de vitrine sur toute la bêtise du rap. 

On en a un autre bel exemple ici alors que Alk invite Kaaris pour une chanson à thématique sous-marine. Bon, on va se le dire tout de suite, le verse de Kaaris est à chier. Genre, tristement mauvais, surtout sur la deuxième moitié. On y retrouve un flow paresseux, des paroles sans richesse et un rappeur qui semble être sur le pilote automatique. Au pire, si ce n’était que sur cette chanson, ça passerait, mais ça doit faire au moins cinq ans que Riskaa est sur le pilote automatique. En espérant que ses combinaisons de jabs soient plus créatives que ses couplets lorsqu’il va affronter Booba dans un combat MMA à la fin de l’année.

Par contre, ce que je trouve fascinant, c’est justement le genre de course à l’affiliation du rap jeu français en ce moment face au conflit Booba et Kaaris. Les autres rappeurs invitent l’un ou l’autre sur une chanson et du même coup affichent leurs couleurs dans le cadre de ce conflit. On peut donc assumer qu’Alkpote, comme Sofiane ou la majorité des autres rappeurs de la Seine-Saint-Denis s’alignent avec Kaaris, alors que Booba s’est affiché avec Niska ou Maes, et est même allé chercher des artistes belges, notamment le prometteur Green Montana qu’il a signé à son label 92i.

Ce qui est drôle, c’est que Green Montana est affilié à Isha, et si on pouvait croire que ces deux rappeurs de Bruxelles sont down avec Damso, le plus gros rappeur belge des dernières années, il n’en est rien. Parce que Damso, ancien protégé de Booba, est désormais en beef avec ce dernier. Les curieux ont donc remarqué que suite à la signature de Montana, lui et son équipe ont unfollow Damso sur les réseaux sociaux. À l’ère numérique, c’est le signe le plus clair de bisbille, ou du moins d’invalidation d’un artiste. 

Comme quoi, le conflit Booba vs Kaaris a des répercussions qui dépassent les frontières. C’est beau pareil, l’altermondialisme du rap moderne.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up