Germain Barre

Langue Sale : France, dentiste et triathlon

Est-ce vraiment possible pour la Chance d'avoir des caries ?

Cette semaine à Langue Sale, on analyse les rappeurs qui s’exportent en Europe, pendant que d’autres nous expliquent que la chance devrait aller chez le dentiste.

Mister V feat. Rowjay — Saint Laurent

« Tranche de bacon en guise de backwoods yeah

Les médias mentent pour ça y a pas de doute yeah »

Nouvelle collaboration internationale pour notre jeune finesseur par excellence, Rowjay. Après Loveni, Hamza, Di-Meh ou Krisy, il s’affiche maintenant avec Mister V aka Yvick, un youtubeur français devenu rappeur qui collectionne les millions de vues sur ses vlogs et ses chansons.

Clairement, le boy Yvick est un peu confus. C’est pas ça, du bacon fumé, man. Pour ceux qui ont déjà fait l’expérience, vous savez que rouler un Backwoods — un cigare qu’on déroule et qu’on reroule avec du pot, si jamais c’est votre première chanson de rap — c’est pas simple. J’ose donc même pas penser si on remplace le cigare par une tranche de bacon bien grasse : ça se pourrait que ça puff moins bien mettons… Mets ça dans ta pipe, mon chum. (sauf si tu fais du cholestérol)

Faut dire que Mister V, malgré son amour pour le Québec, reste un français typique. Parce que quand il nous dit « en club j’suis ré-bou comme un jeune caribou », ça illustre cette drôle de façon qu’ont les Français de parler des quebs comme si le chef de la province était encore Samuel de Champlain.

Pour les Français, on est des caribous. À travers mes voyages dans le plus beau pays du monde (si on oublie ses habitants), on m’a constamment ramené cette histoire de caribou. Finalement, le Québec, c’est un peu un peu une histoire de règne animal : caribous pour certains, frogs pour d’autres et chameau quand on pense à François Legault.

White-B feat. Lost — Ma zone 

« C’est un pour tous, mais tout pour la famille

Et si la chance nous sourit, c’est qu’elle a des caries »

Ça fait quelques fois que je vous en parle, mais je pense que le combat de ma vie sera mené contre la personnification humaine des sentiments, ou des concepts abstraits comme « la chance ». Je comprends que c’est censé être une forme de poésie, de profondeur… Mais quand t’es dans la même zone de figures de style que Sir Pathétik, c’est peut-être le moment de te poser des questions…

Ici, c’est même difficile de comprendre le sens de la phrase de White-B. La chance, maintenant humanisée, a des caries lorsqu’elle sourit à la famille du membre de 5Sang14. Ça veut dire quoi? Que lorsque White Beretta est chanceux, il pogne des caries? Lâche les bonbons, mon jeune.

Bon, je l’avoue, je suis de mauvaise foi. C’est assez clair qu’il veut juste dire que même dans la chance, il est toujours un peu malchanceux. Sauf que pour des gars malchanceux, Lost et White-B s’en sortent plutôt bien avec leurs millions de vues sur chacune de leurs chansons. Si c’est ça manquer de chance, je signe tout de suite.

Ceci étant dit… c’est sûr que c’est facile d’attirer la poisse quand la majorité de tes chansons étalent ton business de produits illicites. Malgré tout, on se réjouit quand même de la liberté de Lost et de la rigueur au travail de lui et son crew qui nous offre track sur track depuis l’été.

RWO —OKLM Freestyle 

« Aucun produit sur les tablettes

On coupe, pèse, emballe la came on est des triathlètes »

Ça faisait longtemps qu’on n’avait pas entendu parler de RWO. Connu vers 2015 en se présentant comme le « trappeur québécois », il a ensuite disparu, sans trop qu’on sache pourquoi. En faisant un tour dans les commentaires de ce nouveau vidéo, on nous parle d’oreille arrachée et de beef dans un club ou un studio. Bref, RWO semble avoir eu des moments un peu compliqués.

C’est donc avec plaisir qu’on le retrouve aujourd’hui, sur un freestyle pour le site web OKLM, une grosse plaque tournante du rap en France. Comme Rowjay, le trappeur québécois fait ses moves en Europe et c’est tant mieux. Parce que si on sent que RWO adapte un brin son slang pour les français, il garde quand même son authenticité québ.

Ce qui nous amène à sa ligne qui m’a bien fait rire. En 2018, semblerait qu’il suffit de combiner trois disciplines quelconques pour devenir triathlète. Apparemment, la production de drogue est un sport, et tout est question d’efficacité. J’ai cherché sur Internet pour voir qui détenait le record mondial du triathlon de crack cooking, mais sans succès. On raconte aussi que la discipline a failli se rendre aux Olympiques, mais que la décision a été annulée suite à un trop grand nombre de dopage. 

Dommage, puisqu’il semble que RWO est un pionnier du domaine.

SHOUTOUTS

Ils y étaient v’là quelques semaines, ils sont back aujourd’hui : gros love à LaF pour ce beau clip pour la chanson OMEN tirée de leur plus récent EP Hôtel Délices

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Dans le même esprit