Germain Barre

Langue Sale : le rap québ est en santé

Parfois, la Langue doit rester propre et saluer les bons coups.

On a eu droit à de grosses annonces récemment pour le rap québ : des sorties d’envergure un peu partout, des moves historiques. Bref, tout va pour le mieux dans le rap jeu. Donc cette semaine, la langue distribue plutôt des props que du sale.

Alaclair Ensemble — La famille 

« On kiffe les euros, j’ai précisé plus tôt

Mais j’ai dû répéter pour ces fils de puceaux »

Dans la vie, je me décris souvent comme un con qui sait qu’il est con. C’est pour moi une forme d’intelligence avancée. Si y a un gars dans le rap québ à qui j’identifie aussi ce vibe, c’est bien Maybe Watson. Toujours en équilibre entre la connerie ultime et la pertinence, le rappeur du Alaclair High arrive à me faire rigoler chaque fois.

La ligne que j’ai citée ici m’a fait rire grassement, comme rarement c’est arrivé avec le rap québ. C’est simple, c’est immature et c’est tellement drôle. Parce qu’un fils de puceau ben… c’est techniquement impossible, sauf si t’es Jésus (pis même là, on en sait pas trop sur le sex life de Joseph…). Depuis que j’ai entendu La famille pour la première fois, je traite souvent mes amis de fils de puceaux, signe de l’efficacité de la ligne de Maybe Wats.

Then again, avec les bébés éprouvettes, la fécondation in-vitro et les carrières d’influenceurs éphémères des ex-candidats d’OD… j’imagine que c’est finalement possible d’être le fils d’un puceau.

Mention spéciale à Le GED, collaborateur habituel des minces, pour le magnifique clip de la chanson.

Brown Family — Nervous feat. KNLO, FouKi et Eman 

« Ils pensaient qu’on voulait rire, là y’a pu personne qui veut rire
Mentir mentir mentir, je lui ai dit de checker mon œil
Ton préféré c’est un murderer
Je l’envoie chiller chez le fleuriste »

Je pense que les Dead Obies sont nervous… parce qu’à voir les gros projets qui arrivent pour Brown, ça risque de pas trop laisser de temps à Snail Kid pour le Big Five.

Faut dire, c’est une grosse collab historique ce track, parce qu’il montre l’ampleur du talent signé chez 7ième Ciel. Vous remarquerez en effet que tous les rappeurs présents sur la chanson sont signés par Steve. C’est d’ailleurs plus convaincant que le premier posse cut de l’histoire du label où Dramatik se voit pousser des ailes. En tout cas, c’est une grosse démonstration de force sur un instru dévastateur du Michel Silencieux qui n’arrêtera probablement jamais de chier des bangers. (heureusement)

Ironiquement au début de ce track méchant, agressif, on a le roi des gentils, Jam, qui envoie tout bonnement des meurtriers chez le fleuriste le temps qu’ils réfléchissent un peu à leurs choix. Je trouvais l’image excellente, surtout dans une chanson aussi puissante. Surtout quand il aurait été vraiment facile d’y aller seulement avec des bars de pétage de ‘yeule.  

Alors pendant que les meurtriers chill avec les fleuristes, que les collaborations foisonnent et que le petit peuple se demande encore pourquoi SP n’était pas dans mon article sur 10 chansons qui retracent l’histoire du rap québ, on se questionne encore sur jusqu’où tout ça peut se rendre. La scène est bien en vie, grossit à vue d’œil et on est rendus à un point où Loud risque fort de sellout le Centre Bell. J’vois bien FouKi à Vegas à la Céline, quand il sera rendu à 50 ans. J’dis ça, j’dis rien.

VNCE CARTER x Mike Shabb — Big Bag 

« Backwoods in my pockets, always got a box

Plottin’ with my n****s cause we finna pop »

J’vais pas vous mentir, c’est pas avec ses paroles que Mike Shabb va changer le monde. Sauf qu’il a tellement un bon vibe, qu’il améliore de track en track dernièrement, que je ne peux pas m’empêcher de donner des props.

Si j’ai choisi les paroles plus haut, c’est que s’il y a bien deux choses qu’on trouve toujours autour de Shabbo, c’est les Backwoods et le GANG. Avec ses gars du LITGANG, il arpente les nombreuses scènes, backstages et studios de la ville à la quête de nouveaux spots à enfumer aux odeurs de Honey Berry ou de Russian Creme.

Signé sur l’étiquette Make It Rain Records de VNCE CARTER, le jeune rappeur qui s’était fait connaître pour son mélange de boom-bap et de trap ignorant est en train de basculer vers un style plus chanté, plus harmonieux qui fonctionne à merveille avec les beats du producteur de Dead Obies. En espérant quand même que Shabb revienne avec des gros bangers lourds. Avec ce qu’on a entendu l’autre soir dans la loge du Club Soda, on est pas trop inquiets!

SHOUTOUTS

Un shoutout à LaF qui ont sorti un magnifique clip pour Drapeaux, probablement ma chanson préférée sur Hôtel Délices, leur dernier EP. C’est simple, léché, on laisse l’esthétique parler et le résultat, produit et réalisé par Romane Garant Chartrand et Jérémie Bochu Dufour est assez réussi.

Également, un shoutout à Loud pour le superbe clip de TTTTT qui a été tourné en plan séquence dans un MTelus bondé alors que le rappeur se faufile dans la foule en rappant ses verses, avec un Ajust qui veille sur son boy, haut perché. C’est hyper ambitieux et réalisé d’une main de maître avec juste ce qu’il faut d’instabilité et de flou. Sortir un clip comme ça et annoncer une date au Centre Bell dans la même semaine, chapeau.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

L’histoire du rap québécois en 10 chansons

Le rap québécois vit présentement une percée historique auprès du grand public, percée très attendue et possible entre autres grâce aux sites de […]

Dans le même esprit