Germain Barre

Langue Sale : les rappeurs fraudent, souffrent puis partent en vacances

FouKi à la plage, Shreez à la SAQ et Yes Mccan à la SAAQ.

Cette semaine à Langue Sale, on analyse des textes qui parlent de fraude, vacances et blessures. Je sais : on dirait le résumé d’un épisode de District 31.

Tizzo x Shreez x Soft – DRAGON 

« Pas de mensonges que des facts, VPN pour pas qu’on m’track

J’suis passé du terrain au mac, j’me rappelle encore de quand j’frappais la SAQ »

Qu’on se le dise, Tizzo est présentement au sommet de son game. Il a de loin les meilleurs adlibs du rapkeb et les « ÇA PUE! » et autres « ON FOUETTE » nous restent en tête qu’on le veuille ou non.

L’évolution du rap est drôle, pareil. De nos jours, on accorde plus d’importance à ce que les rappeurs disent entre leurs bars que dans leurs textes. Pis tsé, j’aimerais beaucoup ça hate là-dessus, mais ça fait un mois que je crie « ÇA PUE! »  random dans la rue alors force est d’admettre que ça marche plutôt bien. 

Ici par contre, on s’attarde plutôt au boy Shreez qui nous offre un breakdown de la fraude moderne sur quelques lignes, un peu comme Tizzo l’avait fait lors du premier Langue Sale. Qu’on comprenne : la clé de la fraude se trouve en ligne. Caché derrière un VPN – un outil qui permet de modifier son adresse IP – Shreez se fait aller la fraude direct de son ordinateur, probablement payé par la fraude lui-aussi.

Le succès de ses entreprises criminelles parle de lui-même : Shreez est passé de swiper des cartes de crédit volées à la SAQ à acheter directement sur les meilleurs sites de vente en ligne avec des cartes volées. Manoeuvres douteuses mettons, mais on peut quand même saluer l’esprit de go-getter des patnès (Samuel, je te vois).

Pour finir, une salutation à Soft qui doit être le gars le plus réel du rap jeu. Parce qu’avec un nom comme ça, dans le street rap, faut avoir des couilles.

FouKi – Playa 

« À fin d’l’année j’fais un bilan

On a réussi yeah c’t’évident

Légendaire comme l’AC Milan

On est là encore pour mille ans yeah »

Bon, je vous vois venir… c’est pas une nouvelle chanson. Ben oui, mais le clip est nouveau, pis toute raison est bonne pour vous parler de FouKi, le Roi Midas du rapkeb. En plus, il fait fucking humide aujourd’hui et je prendrais bien une journée à la playa, alors on va faire comme si on y était, chuuuut.

Le bilan de FouKi est étincelant. Si Loud est le premier à toucher le Graal du succès en France, l’idole de la jeunesse québécoise, c’est le p’tit Léo. Probablement parce qu’il a une gueule sympathique, bien normale (avec une ressemblance marquante avec le tueur en série d’une série Netflix), pis qu’au contraire de l’ex-LLA qui frappe par sa distance et son attitude un peu hautaine, FouKi semble être parfaitement en phase avec les activités préférées de la jeunesse : fumer, boire, chiller et baiser. Est-ce que toutes les femmes savent vraiment danser? Pas sür. Mais tout le monde est gayé, ça c’est clair.

Au final, les deux recherchent l’immortalité avant de mourir, c’est pourquoi notre boy veut encore être là pendant mille ans. Le meilleur exemple de ça? Un club de soccer légendaire – l’AC Milan. Étant un grand fan de foot, j’apprécie toujours les références au sport dans le rap, et le rapkeb a toujours été un peu pauvre à ce niveau. Alors shouts à Paolo Maldini, Pippo Inzaghi et autres légendes du club, FouKi a désormais contribué à votre immortalité, et vous à la sienne.

Yes Mccan – Over 

« Tu pensais que j’étais dead, mais non trop pas

J’reçois tellement de chèques, j’les dépose pas »

Parlant des idoles de la jeunesse, laissez-moi vous le dire carré : je suis pas fan de la nouvelle chanson de Yes Mccan. Autrefois un fou dope lyriciste, il a beaucoup dumb down le contenu question de reach un plus grand nombre de gens. Ce qui, en soi, n’est vraiment pas un problème. C’est juste un petit peu pas pantoute conséquent quand tu dis te foutre des concours de popularité.

Qu’à cela ne tienne, l’ex des Dead Obies livre quand même une chanson efficace avec un refrain qui représente à lui seul le vide existentiel de la jeunesse 14-18 pognée dans la superficialité des réseaux: na na na na na na na na na na na na na. Ouf, c’est deep. Par contre, c’est sur que ça va chanter ce refrain aux quatre coins de la province. Je dis pas que c’est une bonne chose, mais je dis que ça va arriver, que les puristes de la première heure le veuillent ou pas.

Par contre, mon beef avec cette chanson, c’est juste en lien avec ligne citée plus haut :  PERSONNE pensait que Yes Mccan était dead. Le gars a eu le rôle principal dans Fugueuse, la série fétiche de la jeunesse en 2018, son breakup avec les Dead O a été plus médiatisé que le dernier album de Lary Kidd pis il chill dans les talk-shows à droite à gauche depuis. Alors je dois demander, c’est quoi votre deal les gars? Entre Yes Mccan et Koriass, les rappeurs aiment se montrer blessés, pleins d’hématomes et de meurtrissures alors qu’ils sont au sommet du rap jeu. Perso, je préfère aller à la Playa avec FouKi.

SHOUTOUTS:

Un méga shoutout à LaF pour leur nouvel EP Hôtel Délices, un petit bijou de production qui se tient bien à part des tendances actuelles, avec un style maîtrisé et des rappeurs qui prennent de la maturité real quick, et le résultat est vraiment, vraiment dope. Un gros shoutout également à Demon DOA et Tizzo (qui commence à être un habitué de la chronique) pour JNSP, un bon gros banger bien lourd où les gars expliquent leurs techniques pour ne pas snitch lors d’un interrogatoire avec la police.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Langue Sale : LaF au 7ième Ciel

Une analyse des meilleurs et pires verses de la semaine.

Dans le même esprit