Germain Barre

Langue Sale : MB et Fifo ramènent le g-funk au goût du jour

Une analyse des nouveaux verses de la semaine.

Cette semaine, MB fait renaître le g-funk au Québec, Lary Kidd nous expose son plan pour devenir un surhomme et LaF fait tout pour passer ses messages. 

MB — Freestyle à zéro

« Kho c’est Montréal, pour mes hooligans

Gang gang dans le Audi 4, frérot tout est ‘al »

On a connu MB comme étant l’élément le plus mélodique du 5Sang14, mais le Micro Brûlant est plus polyvalent qu’on le pensait et il le prouve sur Freestyle à zéro, un nouveau track sur une grosse production g-funk de Fifo. Ça faisait un petit moment qu’on n’avait pas eu de nouveautés de la part du collectif de Cartierville et ce retour de MB arrive à point. 

Surtout, il laisse présager un retour en force du g-funk et c’est de très bon augure pour la scène rap alors que les élans trap des dernières années commencent à perdre un peu de vitesse. Ici, pas d’autotune, pas de 808s, juste un gros bounce inspiré par la West Coast américaine des années ‘90. Si la vidéo est loin d’être mémorable, la performance tient, elle, à être soulignée par son originalité dans un paysage musical de plus en plus saturé en trap. 

Il faut dire que l’arrivée de cette nouvelle vague g-funk est palpable. En Europe, des rappeurs comme Diddi Trix remettent le style au goût du jour en allant pêcher dans les classiques du genre, notamment Expression Direkt, Aelpéacha ou le Ghetto Fabulous Gang d’Alpha 5.20 qui ont donné ses lettres de noblesse au g-funk francophone. Il y a également eu une vague g-funk au Québec, dont le quartier de Limoilou était un vivier surprenant grâce aux Sozi, qui ont longtemps été les figures les plus importantes du mouvement gangsta rap de la Capitale nationale.

Pour revenir à MB, il est agréable de voir un rappeur issu de la nouvelle scène street rap se prêter à l’exercice g-funk, même s’il est possible qu’il ne s’agisse que d’une chanson random, et que ça n’indique pas du tout la direction des prochains projets du rappeur. Shoutout à Fifo qui aura du moins permis au g-funk de se repointer le bout du nez dans le rap queb! 

Lary Kidd — Hercule

« I put it on pour les bags de money

Ma flute dans son nez, je l’appelle Arnaud Soly

Mes patnès débarquent, c’est la cacophonie

On finit sur le cover du Allô Police »

Surhomme, le nouvel album de Lary Kidd, verra le jour le 1er novembre prochain et le rappeur d’Ahuntsic continue à mettre la table pour cet opus. Sur Hercule, un troisième single produit par Kable Beats qui fait suite à Lucidité et Lifestyle, on retrouve un Lary en grande forme. Sur cet extrait, il semble réellement avoir trouvé un équilibre entre l’approche artistique élitiste qu’on lui connaît et un côté plus real qui offre aux auditeurs la possibilité de se sentir proches du MC. Du moins, assez proches pour ne pas se sentir stupides quand Lary Kidd fait référence à une figure importante de l’architecture moderne peu connue du commun des mortels, par exemple. 

Le clip illustre bien cette ouverture, alors qu’on retrouve le rappeur au gym pendant qu’il explique son mode de vie à son entraîneur. La pointe d’humour contenue dans son monologue aide à voir le rappeur comme l’humain qu’il est, et à partir de ce moment, son désir de devenir un surhomme devient attachant, voire inspirant. 

Surtout, il se cache derrière toute cette façade une critique hyper légitime de l’influence qu’ont les célébrités sur la masse. Après avoir exposé son mode de vie plutôt indécent, on a droit à un Lary qui reproche aux fans de chercher « la promesse d’une vie meilleure entre les mains d’un rappeur », ce qui indique selon lui le désespoir de la grande majorité des gens. C’est brillant de lucidité et surtout, tellement vrai à une époque où les gens idolâtrent des criminels qui subsistent sur une diète mélangeant codéine et Backwoods. 

Puis, même sans toute cette analyse , Lary Kidd arrivera toujours à nous faire rire avec des lignes qui arrivent de nulle part comme celle citée plus haut. Cette référence à Arnaud Soly, humoriste et joueur de flute nasale, arrive sans avertissement et a causé chez moi un vrai fou rire. On attend impatiemment son remix de Hercule à la flute.

LaF — Rencontre fortuite feat Franky Fade

« T’as l’air de flotter quand tu marches yeah

Les cœurs qui planent sans impasse yeah »

Les gars de LaF continuent leur parcours sous l’impulsion de Citadelle, leur premier album sorti il y a deux semaines, avec un clip pour Rencontre fortuite en collaboration avec Franky Fade d’O.G.B

Le clip, réalisé par Olivier Côté et Felipe Arriagada-Nunez, présente le groupe dans un genre de dystopie pas trop lointaine où les acolytes doivent trafiquer une caméra et des antennes à la va-vite afin de diffuser leur œuvre à la population environnante. L’illusion de stress et de course contre la montre est parfaitement réussie et permet aux images relativement simples de porter la chanson encore plus loin que sa thématique originale. 

Notons le travail important du quatuor de production — Bnjmn.lloyd, BLVDR, Pops et Mantisse qui signent une chanson dont le beat switch restera un des moments les plus marquants de Citadelle. L’arrivée de Franky Fade juste après ce switch lui permet de s’accaparer pleinement la chanson, et du même coup rend cette collaboration aussi organique que possible, et donc une vraie… Rencontre fortuite. Puis, à voir le Théâtre Fairmount rempli pour le lancement de Citadelle il y a une semaine, on se dit que les rencontres fortuites sont loin d’être terminées pour le groupe signé sous 7ième Ciel

SHOUTOUTS:

Un gros shoutout à l’omniprésent Franky Fade qui signe son retour en solo avec Caramel, un single qui comporte également un beau beat switch dont le rappeur signe la musique en collaboration avec LiamLiamLiam. Le vibe franglais est très right et Caramel risque d’être un incontournable lors des performances live du rappeur à venir. 

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up