Langue Sale : Rymz est de retour et on espère qu’il va bien

Une analyse des nouveaux verses de la semaine.

Cette semaine, on salue le retour de Rymz, le coup de l’année d’Alaclair Ensemble et le potentiel du rap anglo d’ici dans la prochaine décennie. 

Rymz – Cercueil

« Pas le temps d’avoir peur, tanné de perdre le nord

Non j’veux faire le beurre comme Hubert Lenoir »

Il y a quelques semaines, je préparais un top de la décennie dans le rap queb avec un collègue et en voyant ma liste, il m’a avoué qu’il trouvait que j’avais mis Rymz bien bas. Il faut dire, j’ai vécu la dernière décennie de façon très montréalo-centrique, pris dans la scène piu piu et je n’avais vu que de loin le succès de Rymz. Alors, j’ai fait mes devoirs. 

Ce qui fait qu’avec la sortie de Cercueil, nouveau single qui, espérons-le, annonce un nouvel album, j’ai pu pleinement apprécier l’ampleur de la portée de Rymz. Sur cette pièce résolument mélancolique, le rappeur se livre comme il a le don de le faire, avec assez de punchlines pour les fans de rap qui n’ont pas envie de tomber dans la tristesse. Le jeune vétéran signe une chanson étoffée, touchante mais pas ennuyante, grâce à ses intonations énergiques qui viennent donner du punch à l’instru signé par Farfadet

Sinon, une chose est certaine: de nos jours, tu sais que tu as make it quand tu deviens le sujet d’une ligne d’un rappeur connu. C’est maintenant chose faite pour Hubert Lenoir qui, sans avoir besoin de validation, en reçoit une dose supplémentaire dans les lignes citées plus haut. Parce que c’est vrai que le chanteur a dû en faire du beurre cette année. Alors en plus d’être le sujet d’une punchline, elle est en plus axée sur l’opulence de Lenoir. Être au centre d’un dope bar de rap parce que t’as beaucoup de bread, y’a pas plus grand honneur dans le rap. 

Autrement, on espère que Rymz va bien. Les propos qu’il lance dans Cercueil sont très sombres, et font preuve d’un artiste qui livre tout son mal-être sur la chanson. C’est touchant, émouvant, mais également troublant lors qu’il parle de ses envies suicidaires. Avec plus de 45 000 visionnements du clip sur Youtube en moins d’une semaine, pas de doutes que les gens tiennent à Rymz. Avec le décès tragique de Juice WRLD (RIP) cette semaine, c’est le temps de faire attention à nos rappeurs…

Alaclair Ensemble – Mets du respect dans ton bac

« Une fois par semaine

Les gars d’la ville ont ton back

À la base c’tait mère nature

Qui a inventé le recyclage »

Mets du respect dans ton bac est probablement le coup de l’année dans le rap queb. Premièrement parce qu’avec la sortie surprise d’AMERICA Vol. 2, on ne s’attendait pas à d’autres nouveautés d’Alaclair Ensemble en 2019. Deuxièmement, parce que même si on m’avait demandé d’imaginer une nouvelle chanson du groupe, je n’aurais jamais parié sur une collaboration avec la ville de Laval pour faire la promotion du recyclage responsable. C’est qu’ils sont très, très fort les minces. 

Loin d’un infomercial, on a ici droit à une vraie bonne toune de rap, avec en prime un court featuring de Tizzo qui vient lancer son fameux adlib “ça pue!” au moment où Maybe Watson énumère ce qui va, et ne va pas au recyclage. Les rappeurs du groupe reprennent certaines paroles bien connues de leur répertoire et donnent à ce message d’intérêt public une qualité qui a interpellé le Québec depuis une semaine. 

La preuve? Le clip dépasse le million de visionnements sur Facebook, alors qu’il en est à plus de 250 000 sur Youtube. C’est un démarrage record pour Alaclair, et donc un stunt effectué de façon remarquable, sans perdre ni crédibilité, ni légitimité.

Une grosse mention d’honneur au/à la chargé.e de projet de la ville de Laval qui a su convaincre ses supérieurs de mettre les moyens nécessaires à la réalisation de ce projet. On parle ici d’un vrai bon clip, d’une vraie bonne toune et donc finalement, d’un vrai phénomène de conscientisation au recyclage, tout ça approuvé par les têtes blanches qui dirigent à Laval. Pour une fois, j’ai envie de lancer un ok boomer plein d’amour au conseil qui a approuvé ce projet. 

Le rap, c’est pour tout le monde, est les générations au pouvoir commencent à le réaliser. D’ailleurs, avant l’octogone sans règles raté de Booba et Kaaris, notre premier ministre Justin Trudeau était lui déjà monté dans le ring… avec règles. 

Bref, les minces d’Alaclair viennent clore une année déjà foisonnante avec leur meilleur coup de 2019. Chapeau (fait de matières recyclables).

Naya Ali – Godspeed

« Tell ‘em pull up, pull up, pull up

Gon’ fold like origami

If I ever did you dirty

You deserve it I am sorry »

Retour en force pour Naya Ali qui revient à l’avant-plan de la scène avec Godspeed, une chanson énergique où la rappeuse cherche à asseoir sa puissance sur le reste du rap jeu. Dans un clip qui rappelle un peu Hell, What A View de Loud, la rappeuse signée chez Coyote Records se paye des donuts dans une voiture de luxe en débitant ses couplets avec le flow technique mais un peu nonchalant dont elle a le secret. 

Je vous en parlais déjà la semaine dernière, mais après une année 2019 estampillé rap queb francophone, je crois fortement que 2020 sera finalement l’année où des rappeurs anglophones d’ici vont faire du bruit. Il y a trop de potentiel, de personnalités fortes, de dope beatmakers et de bonne volonté pour ne pas que ça se passe. Il fallait que le rap game en général se mette à niveau, et c’est maintenant chose faite. 

Alors à partir de 2020, TOUT LE MONDE MANGE, et vous pouvez me @ sur Twitter ou Instagram si vous n’êtes pas d’accord.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up