Langue Sale : Souldia est toujours amoureux de la musique

Un survol des nouveaux verses de la semaine.

Cette semaine à Langue Sale, on apprécie la passion de Souldia, on est bien divertis par la rencontre transatlantique entre Lorenzo et Les Anticipateurs et on souligne l’originalité de DeusGod.

Souldia – Mélomane

« Pourquoi tant de violence, pourquoi tant de peine

Toujours en grosse machine dans la voie rapide

Les étoiles filantes ne sont pas dans le ciel

Dans les yeux de ceux qui s’accrochent à la vie »

Souldia déçoit rarement, et prouve à chaque nouvelle sortie qu’il est un des meilleurs rappeurs de la province lorsqu’il est temps de s’adapter à l’évolution constante du rap. Toujours aussi actuel, le rappeur de la capitale navigue avec brio le courant cloud trap et utilise le contraste entre la douceur de la musique et la rage qui le définit si bien pour asseoir son style tout en haut du rap jeu. C’est prouvé à nouveau sur Mélomane, nouveau single qui précède la sortie de BACKSTAGE, son prochain album et surtout, première sortie sous l’égide de 7ième Ciel Records

Il faut dire que c’est un move MAJEUR pour Souldia tout autant que pour la maison de disques de Steve Jolin. Comme indiqué par nos collègues de HHQc.com, Survivant, le dernier album du rappeur aux multiples tatouages, est un des dix plus gros vendeurs de la décennie dans le rap québ. Soutenu par Explicit Productions jusqu’à maintenant, Souldia bénéficiera désormais de la machine du plus gros label de rap au Québec, tout en maintenant sa collaboration avec Explicit

Sur Mélomane, on retrouve un Souldia qui semble plus passionné que jamais, alors qu’il pousse sa réflexion sur les malheurs qu’il a connu, les gens qu’il a perdu, les industries illicites dans lesquelles il a baigné, tout ça pour affirmer sa vraie nature, celle du mélomane. On peut lire dans ce titre que Souldia ne se considère par comme un rappeur, parce que son vécu dépasse de loin celui du rappeur moyen. Vu le contenu des paroles, on peut comprendre. 

On a également droit à Souldia qui s’identifie comme une… langue sale. Mélomane reconnaît mélomane, langue sale reconnaît langue sale. 

Lorenzo – Nana feat Les Anticipateurs

« Elle a carte blanche, j’ai la carte noire

Tant qu’elle repart, j’veux la revoir à ce soir »

Grosse collaboration internationale pour Les Anticipateurs qui ont connecté avec Lorenzo, rappeur et youtubeur français dont l’univers est tout aussi absurde que celui de ses collègues québécois. Si le featuring entre le duo et Tizzo x Shreez était déjà tout désigné, il faut dire que cette chanson est également A1 au niveau du fit. Entre fumeurs de joints loufoques, on se reconnait et on s’assemble, et ça donne ici Nana, un hymne à l’amour comme seuls des gars aussi déjantés peuvent le faire. 

Ce qui est impressionnant, c’est que cette chanson se retrouve non pas sur un projet des Anticipateurs mais plutôt sur Sex in the City de Lorenzo sorti plus tôt cette année. Habitué de statistiques de visionnement qui donnent le vertige au rappeurs queb, Lolo le prouve encore une fois avec ce clip tourné au Québec alors que Nana affichait plus de 500 000 visionnements sur Youtube après moins de 24 heures en ligne. C’est un très bon look pour Les Anticipateurs, dont le brand devrait toucher les français qui adorent jouer sur les stéréotypes québécois tout autant que le duo. 

On espère plus de collaborations transatlantiques du genre, surtout quand elles sont aussi sensées que celle-ci. Surtout si Monak possède une black card, symbole ultime de l’opulence dans l’accès au crédit. Pis une black card, ça paye ben des chalets et des aller-retours en première classe, alors il n’y a pas de raison que l’expérience s’arrête là. OUIN! 

DeusGod – Break

« She thinkin’ she fine cause she got a face tatt

But that shit cost her 30$, n***a face that! »

DeusGod est un des rappeurs anglo les plus sous-estimés de la ville. Pas toujours le plus accessible, il compense avec un style et une intensité bien à lui dont le résultat est, au minimum, une bonne raison de pitcher des objets fragiles contre un mur. C’est encore le cas sur Break, très courte chanson qui donne cependant envie d’en avoir plus. 

Si la fin de la chanson arrive malheureusement trop vite à tout juste 1:05, Break est une autre belle démonstration du style de DeusGod et l’exercice est hyper efficace à défaut d’être assez long. L’humour mesquin de Deus est toujours au rendez-vous, et les bars feront réagir ceux qui les écoutent vraiment. 

Avec son mixtape 108B qui devrait arriver sous peu, DeusGod pourrait s’affirmer comme une des valeurs sûres de la scène anglo montréalaise dont j’ai prédit l’ascension en 2020. KLAN!

SHOUTOUTS

Un shoutout bien senti à Rowjay qui a dévoilé un IMMENSE move cette semaine alors qu’il a annoncé que Saint-Laurent, sa collaboration avec le rappeur français Mister V, se retrouverait dans la bande sonore du jeu de basketball NBA 2K20. Les deux rappeurs sont accompagnés des plus grands noms du rap américain et il s’agit d’un des accomplissements les plus impressionnants de l’année dans le rap queb. Ça serait bien que nos collègues des médias de masse québécois relaient la nouvelle, parce que peu de gens ici peuvent se vanter d’être présents sur une plateforme distribuée de façon aussi massive. 

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up