Germain Barre

Langue Sale : Steve « Diddy » Jolin est de retour sur le micro

Cette semaine à Langue Sale, on parle de grosses et de petites collaborations et d’être capable d’aller assurer un freestyle en live à la radio.

Brown Family feat Koriass, Obia le Chef, Robert Nelson, Dramatik & Anodajay — Nervous 2  

« Fait juste 15 ans que j’assure, que je cherche les pépites d’or
Que j’reste à part mais que j’ai une part dans chaque classique qui sort »

Parce qu’on aura jamais assez de collaborations entre artistes de haut calibre au Québec, les gars de Brown Family ont sorti une deuxième version de leur gros track Nervous, dont la mouture originale réunissait JamFouKiKNLO et Eman. Le titre avait d’ailleurs déjà été remixé par Toast Dawg, le mononc’ fâché préféré du rap québ.

Ici, on a droit à un… remix ? Je ne sais pas trop comment catégoriser la track, qui n’est malheureusement pas du même calibre que l’original.

Ceci étant dit, on a droit à un des verses les plus ballers de l’histoire du rap québécois. Pourquoi ? Parce qu’Anodajay, aka Steve Jolin, patron de l’écurie 7ième Ciel, est back sur son rap shit pour dropper un gros verse de boss à la Diddy. Si le flow de celui qui signe les chèques n’est pas hyper affûté, il se reprend au niveau des paroles où il donne une leçon d’humilité au game, lui qui, comme je vous l’ai déjà présenté, manque rarement sa shot.

Parce qu’il faut le dire, une majorité impressionnante des projets d’envergure sortis dans le rap québ depuis dix ans sont sorti chez 7ième Ciel. Il y a des exceptions, évidemment, mais le bilan est quand même sans équivoque : SamianKoriassDramatikManu MilitariEman x VlooperKNLOAlaclair EnsembleBrownFouKiObia le Chef, Zach Zoya, etc. On ne peut nier que la feuille de route est sans taches.

Bon, on va passer sous silence les rimes multisyllabiques douteuses de Drama parce que son flow est fou. Les autres ? Bof. Ça fait vibe remix d’un remix où les gars se sont pas forcés plus qu’il faut. Peut-être qu’un petit beat switch du Michel Silencieux aurait rafraîchi le track un brin. Dans tous les cas, il s’agit d’un autre gros morceau collaboratif pour le rap québ et on est les premiers à s’en réjouir !

Toast Dawg & Jam — Many Men 

« Sont sales, envoie-les s’doucher
Qui parle de lui là ? C’est La Désise de Daniel Boucher »

Autre belle collaboration entre les deux membres de Brown alors que Jam reprend l’air de Many Men de 50 Cent. J’vais pas vous mentir, j’étais vraiment pas certain au début. Jam est un excellent rappeur et je trouvais ça un peu facile de straight up reprendre le flow, la mélodie et les paroles principales de la chanson de 50. Sauf que finalement, après 3-4 écoutes, je chantais le refrain sans trop y penser.

Je dois vous dire, je suis vraiment down qu’un rappeur comme Jam, qui a souvent évolué dans l’ombre de la scène rap québ, soit enfin mis de l’avant par des projets comme la série Beatmakers : Nouveaux compositeurs par La Fabrique Culturelle de Télé-Québec. Il mérite cette vitrine et toutes les autres qui lui sont offertes avec Brown, lui qui malgré son statut d’aîné, a été perçu comme « le frère de Snail Kid ».

Content de voir son travail dans l’underground depuis plus de 10 ans être récompensé. On aimerait beaucoup voir à quoi un projet solo de Jam ressemblerait. On serait également preneurs pour un retour de Jam & P.Dox !

En attendant, on doit se contenter de ses nombreux featurings ainsi que son travail avec Brown. Dans ce track-ci, avec la bonne référence à Daniel Boucher, on trouve un mélange efficace qui nous laisse sur notre faim, ce qui est une bonne chose, somme toute. Puis, ça m’a mis « ma gang de malaaaaaades, vous êtes donc oùùùùùù ? » dans la tête. Mreci Tousse (et Jam).

Alpha Wann — Freestyle Couvre Feu 

« Donc je l’fais en taf taf d’puis l’époque où les meufs portent des Naf Naf, posé dans l’4×4
Nous, vestes en re-cui, quatre quarts, j’veux l’salaire de quatre cadres cash, han »

C’est pas un secret pour personne, j’aime beaucoup Alpha Wann. Dans un paysage rap où on perd l’art d’écrire un vrai bon verse de rap, le Phaal arrive avec des punchlines d’exception et des flows d’une autre dimension. Son album Une main lave l’autre était déjà une démonstration de rap, mais on a droit ici à un véritable « tuto (riel) de rap » pour utiliser les mots du principal intéressé. J’aurais pu citer à peu près n’importe quelle ligne du freestyle, mais j’ai choisi les lyrics plus haut parce que la créativité au niveau du schéma de rimes est d’un niveau rarement vu dans le rap.

J’voulais vous parler de ce freestyle radio d’Alpha Wann parce que je trouve qu’on est très en retard au Québec quand vient le temps de performer live à la radio. ATTENTION : je sais qu’il y a plein de rappeurs capables de le faire. Par contre, c’est plutôt par rapport à la culture qu’il y a un manque. En France, lorsqu’un gros artiste, mettons ValdSofiane ou Lomepal sortent un album, ils vont chiller à Skyrock pendant une semaine et font des gros freestyles chaque jour, souvent avec plein d’invités spéciaux et un studio rempli de gens et de fumée. Ça donne une ambiance incroyable, et ça aide beaucoup au hype de leurs projets.

Ici, il y a bien quelques émissions de radio qui accueillent ceux qui veulent rapper, mais le nombre de rappeurs prêts à assurer un vibe comme les freestyles plus haut est très minime. On a qu’à regarder la vidéo de l’épisode de La Sauce tourné à Montréal. On voit que c’est pas tous les rappeurs qui sont prêts à assurer en live. À bon entendeur, salut !

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up