Germain Barre

Langue Sale : Vendou nous invite par chez lui

Une analyse des nouveaux verses de la semaine.

Cette semaine, Vendou nous invite par chez lui, le crew de Canicule nous offre encore plus de knowledge qu’on n’enseigne pas à l’école et Gabe ‘Nandez interprète un hymne touchant pour grand frère décédé. 

Vendou – Par chez nous

« La fleur de lys c’est une feuille de weed

On la puff entre fourmis dans la colonie

Elizabeth c’est pas le nom de ma queen

On skrrr sur le système: Flash McQueen »

Le membre le plus en vue de l’Amalgame est de retour en solo avec Par chez nous, un bon petit banger produit par QuietMike qui offre une prod soignée et bien hype au rappeur qui célèbre son mois « doux ». Le tout est accompagné par un clip hilarant où Vendou et ses collègues se retrouvent dans un club de l’âge d’or pour jouer au bingo et faire de la danse en ligne. 

Les chanceux qui ont vu FouKi en show cet été ont probablement déjà entendu Par chez nous que Vendou interprète depuis déjà un moment en spectacle. Parfaite chanson de show, elle crée un bon vibe grâce à des passes de flow plus soutenues qui permettent au chef de la douceur d’étaler ses rap skills.

Si l’enchaînement de « genre, whoa, yeah » dans le refrain me sile toujours un peu dans les oreilles, force est d’admettre que le hypeman de FouKi a des choses à dire, même en plein délire d’egotrip. À bas le système et les vieilles allégeances à la reine, ici, on fume avec son crew et on profite de la vie. Y a pire, comme philosophie.

Puis surtout, ce single annonce de belles choses par chez Vendou pour le EP Tredou qui sort à la fin du mois. Genre. 

Tizzo x Shreez x Doomin x White Migz – Trente

« Notre dépôt est fait, passe au guichet

Après fait des cashback au Maxi

J’suis pas diplômé, mais tout c’que j’sais

C’est que mon knowledge a pas de prix »

Avec le crew de Canicule Records, plus ça change, plus c’est pareil, et ce pour le mieux. Parce que le crew de fouetteurs est toujours aussi en forme et même lorsqu’il présente de nouveaux éléments – comme Doomin et White Migz – le vibe reste fidèle à l’identité du team et on reconnaît la facture de Canicule qui s’impose comme étant LE crew sur lequel il faut compter dans le street rap queb.

C’est évident sur Trente que Doomin se met en valeur, contrairement à White Migz qui ne lâche qu’un couplet un peu timide pendant le verse de Shreez. C’est dommage, parce qu’il possède un truc singulier parmi les membres de Canicule. C’est peut-être sa tête de Lil Wayne blanc, ou sa désinvolture sirupeuse, mais il gagnerait à prendre plus de place. 

Dans tous les cas, la formule est de plus en plus à point pour Tizzo et Shreez qui enchaînent les nouvelles références à la fraude à un rythme effarant. Ici, c’est Shreez qui nous explique sa routine: on attend le dépôt, on passe retirer et après, on va magouiller au Maxi. On dirait presque ma vie: j’attends un chèque d’URBANIA, je vais retirer de l’argent et je vais faire mon épicerie au Maxi, où mes magouilles se résument à « oublier » de scanner une canne de thon de temps en temps à la caisse libre-service.

Merci pour les astuces, les gars. J’apprends tranquillement pas vite. 

Gabe ‘Nandez – Lil Bro

« Big bro you know I’m your lil bro, I always ride

I been staying on my tiptoes skip rope as I grow into old and wise

You left my life codified, oh you made my life so defined

You, I’m turning into you by turning into me to make our dream coincide »

Vous connaissez peut-être Gabe ‘Nandez, lui qui a passé quelques années à Montréal entre 2012 et 2019. Il s’était déjà démarqué à l’époque comme un des rares rappeurs anglos de la ville à faire preuve d’un style original et certains le voyaient comme le rappeur qui allait mettre le Québec sur la map du rap anglophone. Finalement, la vie en a fait autrement et le rappeur est retourné à New York d’où il sort toujours des projets depuis. 

Le dernier en date, Diplomacy, est une belle évolution qui montre un artiste lucide, conscient de ses forces et ses faiblesses. Si on pouvait lui reprocher par le passé d’avoir du mal à respecter des thématiques, lui qui préférait pousser la complexité des rimes, on retrouve sur Lil Bro un hommage poignant à son grand frère décédé. L’écriture est un peu plus simple qu’avant, et ça permet à ‘Nandez de laisser parler son vécu et ses émotions. 

Conscient des similitudes entre son parcours et celui de son frère, le rappeur étale son désir d’éviter le même destin que son big bro, tout en n’oubliant jamais l’influence de celui-ci. C’est beau, surtout lorsque c’est bien écrit, et supporté par une production sobre, mais parfaitement agencée au propos et à l’émotion de la chanson.

Même si Gabe ‘Nandez ne représente plus vraiment Montréal, on peut être fiers d’avoir contribué au développement d’un MC au style si particulier. En attendant la reconnaissance at large du monde du rap anglo. 

SHOUTOUTS

Un shoutout à Kirouac & Kodakludo qui ont sorti le EP Summer Pack la semaine dernière. On sent la joie de vivre estivale de la jeunesse montréalaise à travers les quatre chansons qui offrent une vitrine sur les chillings dans le parc et les autres aventures typiques de l’été montréalais. C’est léger, c’est bien fait et ça s’écoute tout seul… ou en fumant la marie-jeanne au parc Jeanne-Mance.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up