Germain Barre

Langue Sale : Zach Zoya, le potentiel qui se confirme

Une analyse des nouveaux verses de la semaine.

Cette semaine, on vous parle du potentiel de Zach Zoya, de la gestion des droits de Freeze Corleone et on revisite Get It Right de Naya Ali dans le cadre de la sortie du clip.

Zach Zoya — UNKNOWN FREESTYLE #1

« Young n***a been on the news lately

Told mama I’d go back to school maybe »

Ça faisait un petit moment qu’on n’avait pas eu de nouvelles de Zach Zoya. Si le fer de lance du rap anglo signé 7ième Ciel a enchaîné les shows tout l’été, on attendait patiemment de la nouvelle musique de la part du rappeur de Rouyn. On a pu entendre Zach Zoya sur la chaine UNKNOWN du youtubeur Mahdi Ba, un projet où il met de l’avant des artistes talentueux d’ici. 

On retrouve donc un Zoya en pleine possession de ses moyens le temps d’un freestyle classique au studio. Pas besoin de plus pour impressionner, puisque le petit prodige abitibien étale tout son talent le temps des deux minutes et demie de la performance. On a droit à des bars, à un flow hyper naturel et à la capacité plutôt unique du rappeur d’osciller entre rap et chant, le tout en y allant extra hard.

Surtout, on comprend ici le dilemme pour un artiste comme Zach Zoya qui commence à faire parler de lui et de ce fait, commence à toucher des sommes d’argent importantes grâce à son art. D’un autre côté, tout ça peut être bien éphémère et il y aura toujours un parent pour pousser son fils à poursuivre ses études. 

Ce qui est frappant, c’est que dans le cas de Zoya, il est possiblement le premier rappeur depuis Nate Husser à démontrer un potentiel clair d’exportation, et j’oserais même dire un potentiel bien supérieur à son collègue maintenant exilé à Los Angeles. Parce que Zach Zoya possède non seulement le flow, la voix et les bars mais également ce charisme sur lequel est bâti le star power, ce genre de qualité intangible qui fait la différence entre rappeur respecté et star en devenir. 

Même si rien n’est certain dans le monde de la musique, je miserais un petit deux piastres que le prochain projet du rappeur risque de changer bien des choses pour lui, et que sa mère risque d’arrêter de l’achaler pour qu’il reprenne les cours. 

Luv Resval feat. Freeze Corleone — Crystal Lake

« J’ai mes masters, j’ai mes droits, brise des chevilles comme CP3

Sur la prod’ comme si j’étais trois, j’vois la concu’ comme si c’est des proies »

Je vous avais déjà parlé de Freeze Corleone il y a quelques mois, lui qui a été ma découverte de la dernière année dans le rap français. Attention, c’est du vrai rap de geek où les références se promènent entre culture américaine et française. L’univers très codifié du rappeur sénégalais demande un travail d’analyse afin d’apprécier sa plume, mais les amateurs de bars sont servis pas à peu près. 

Le voilà donc de retour pour une collaboration avec Luv Resval, un rappeur affilié au grand Alkpote. Si Resval tire bien son aiguille du jeu, c’est encore Corleone qui vole la vedette grâce à un flow sorti d’ailleurs et des lignes toujours aussi complexes. Surtout, j’ai trouvé hyper pertinent qu’un rappeur comme Freeze qui avance de façon complètement indépendante mette de l’avant le fait qu’il possède ses masters et ses droits. 

En gros, ce que ça veut dire, c’est qu’aucune maison de disque ne possède et ne gère les droits de sa musique, ce qui est habituellement le cas pour les rappeurs bien connus qui signent avec des major labels. Souvent, ces compagnies vont proposer ce qu’on appelle des 360 deals. 360, parce que ces ententes couvrent toutes les sphères qui interviennent dans la carrière d’un artiste : production d’album, booking de spectacles, promotion, gestion de droits d’auteurs, gérance d’artiste, etc. De prime abord, cela peut sembler être le contrat idéal pour l’artiste : il ne s’occupe de rien et peut donc se consacrer à fond sur sa musique. Surtout que ce genre de deal est souvent accompagné d’une avance dans les cinq ou six chiffres. 

Le problème, c’est que tous ces services se monnaient, et les labels vont généralement récupérer les droits d’auteurs et les masters (les pistes originales des chansons) en contrepartie, ce qui fait que l’artiste perd le contrôle sur sa musique. Pour certains, cela peut sembler être un échange équitable, mais d’innombrables rappeurs ont signé ce genre de contrats avant de sortir des mega hits sur lesquels ils n’ont rien touché.

Pas d’inquiétudes donc pour Freeze Corleone, qui est de toute façon bien loin de faire des hits, à défaut de proposer de la musique de grande qualité. EKIP!

Naya Ali — Get It Right

« This fire fire kinda feels amazing

Free cause I found my way »

Parfois, une nouvelle sortie de clip m’excite tellement que j’oublie que la chanson est disponible depuis déjà un bout de temps. C’est le cas pour Get It Right de Naya Ali dont je vous avais déjà parlé lors de sa sortie il y a quelques mois. Rien de grave toutefois, parce que le clip est tellement réussi qu’il mérite un deuxième passage dans la chronique. 

On a ici affaire à un clip digne des grandes ligues signé Le Ged, déjà responsable de nombreux clips d’Alaclair Ensemble primés à travers les années. Pour Get It Right, il a concocté une atmosphère à mi-chemin entre The Shining et Get Out et le résultat est frappant. 

Puis finalement, ça permet à une artiste comme Naya Ali, dont le potentiel ressemble à celui de Zach Zoya que j’ai décrit plus haut, d’avoir un support visuel à la hauteur de ses ambitions. Aujourd’hui, c’est un besoin crucial pour des artistes qui désirent sortir du Québec, ce qui est au final le nerf de la guerre pour les artistes anglophones d’ici. Parce que si les rappeurs francophones ont la possibilité, à travers des subventions et un système de festivals et autres concerts bien développé, de gagner leur vie avec la musique, la majorité des rappeurs anglos doivent inévitablement s’exporter pour espérer vivre décemment de leur art. 

C’est chose faite pour Naya Ali et son équipe qui ont définitivement Get It Right pour ce nouveau clip.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up