Germain Barre

Le retour tout en délicatesse de FKA twigs

Des oiseaux et des musiciens du Royaume-Uni ont fait de grandes choses en avril.

On dit souvent qu’une hirondelle ne fait pas le printemps. Mais qu’en est-il d’un ensemble de pics-bois, merles, rouges-gorges et autres chanteurs?

Tous ces oiseaux risquent fort de se retrouver en bonne position vendredi lorsque les gens derrière Official Charts, équivalent britannique du Billboard, feront paraître leur nouveau palmarès hebdomadaire. Dans leur mise à jour de mi-semaine, le simple Let Nature Sing de la Royal Society for the Protection of Birds se pointait le bout du bec en 11e position. Le morceau d’à peine deux minutes et demie met en vedette 25 espèces d’oiseaux différentes.

Pas de guitare, pas de trompette et pas de tentative mal avisée de faire un beat cheap avec les chants d’oiseaux. Seulement le doux son d’une ballade en nature à écouter dans le métro trop plein à l’heure de pointe. L’organisme souhaite ainsi attirer l’attention sur le sort des nombreuses espèces d’oiseaux menacées au Royaume-Uni. Une initiative originale qui pourrait marquer l’histoire du palmarès. Bravo!

Outre ses oiseaux, voici cinq autres artistes britanniques qui ont su roucouler de bien belles choses ce mois-ci.

FKA twigs — Cellophane

Voilà déjà 5 ans que FKA twigs a reviré le monde de la musique à l’envers avec LP1. Son album de R&B futuriste déconstruite a inspiré à la fois plusieurs artistes et plusieurs séances de frenchage bien senties depuis sa sortie. Après un EP en 2015 et un simple en 2016, la chanteuse, productrice et chorégraphe a vécu des problèmes de santé douloureux. Si bien qu’elle a dû se faire opérer pour retirer des tumeurs qui sont apparues dans son utérus en décembre 2017.

Cellophane marque donc le grand retour de FKA twigs. Sur cette balade délicate, elle chante un amour interdit, que le reste du monde voue à l’échec. Encore une fois, on ne peut qu’applaudir son interprétation vocale, tantôt restreinte, tantôt déchirée. Premier aperçu de son prochain album, on prévoit encore beaucoup de frissons à venir. Et comme on parle ici de FKA twigs, la chanson est évidemment accompagnée d’un vidéoclip saisissant avec une chorégraphie à couper le souffle. Tsé, quand tu as tous les talents.

Georgia — About Work the Dancefloor

Ancienne footballeuse (au sens européen du terme) et batteuse pour Kate Tempest, Georgia fait paraître un premier album en 2015. Simplement intitulé Georgia, on y sent des influences qui varient du post punk à M.I.A.

Depuis, Georgia explore de plus en plus le monde de la musique électronique. Après avoir réussi à générer un bon buzz avec Started Out l’an dernier, la Londonienne a lancé une bombe à la toute fin du mois de mars. About Work the Dancefloor lui a valu des éloges de toutes parts — Pitchfork l’a entre autres désignée Best New Track — et a tourné tout le mois à la radio. Pas de doutes, Georgia a trouvé sa voix.

Stormzy — Vossi Bop

Dans le monde du grime britannique, Stormzy fait partie des grands. Le rappeur s’est d’abord fait connaître à la toute fin de 2015 avec son freestyle viral Shut Up. Puis, son premier album Gang Signs & Prayers a prouvé qu’il n’était pas qu’une étoile filante dans le monde du rap. Certifié platine au Royaume-Uni, il s’est mérité le prix du meilleur album britannique de l’année aux Brit Awards. Il s’agissait du premier album de grime à gagner le prix, et le premier opus de toute branche hip-hop à rafler les grands honneurs en plus de vingt ans.

En 2019, Stormzy est prêt à atteindre de plus grands sommets encore. Si la tendance se maintient, sa pièce Vossi Bop pourrait être son premier numéro un au pays. L’exploit serait d’autant plus incroyable considérant qu’il se bat entre autres contre la nouvelle chanson de Taylor Swift dans une lutte particulièrement serrée. Avec une production inspirée, des lignes remplies de références tant politiques que sexuelles et une assurance inébranlable, on souhaite fort, fort de voir Stormzy s’asseoir au sommet du pays avec cette nouvelle pièce. À en croire l’excellent vidéoclip, l’acteur Idris Elba semble est de cet avis également.

65daysofstatic — KMF

Au risque de confondre encore plus les influenceurs qui ont visité la tente EDM de Coachella pendant le spectacle d’Aphex Twin, j’inclus ici la musique transcendante de 65daysofstatic. En près de vingt ans de carrière, le groupe de rock post-électronique instrumental a prouvé maintes et maintes fois son talent pour créer des textures sonores engageantes et hypnotiques.

Leur nouvel extrait KMF ne fait pas exception. Quelque part entre le shoegaze et un ordinateur en pleine mononucléose, la pièce crée du beau avec du bruit. Après deux minutes, on entend la première présence de rythme. Rendus à quatre minutes, on nage en plein chaos. Du pur génie. La chanson apparait sur le EP Kazimir, qui n’est toutefois disponible que pour celles et ceux qui s’abonnent à leur projet Unreleased/Unreleasable Vol.4 : A Year of Wreckage via Bandcamp.

Cate Le Bon — Home to You

Née au Pays de Galles, Cate Le Bon a su au fil des ans se faire une niche en chantant parfois en gallois, parfois en anglais. Elle a fait des collaborations avec Perfume Genius, ouvert pour St.Vincent, joué avec John Cale et produit le dernier album de Deerhunter.

Le 24 mai prochain, elle fera paraître Reward, son cinquième album.

Home to You, deuxième extrait du disque, présente un mélange de pop de chambre et d’accents indie. En plus de la voix feutrée de Cate, on y retrouve une attention particulière pour des textures sonores riches. On note aussi la panoplie de petites mélodies dispersées sur la pièce. Le genre de chanson qui s’écoute aussi bien en regardant par la fenêtre un jour de pluie qu’en marchant dans un parc en plein soleil.

Mis à part 65daysofstatic, toutes ces nouveautés, en plus de celles de Marissa HackmanRide et Stormzy, se retrouvent dans cette liste de lecture Spotify.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up