Le retour des Spice Girls et le malaise du « Girl Power » comme artifice

Le slogan du groupe, outil marketing ?

L’un des groupes féminins les plus connus de la planète vient tout juste d’annoncer un reunion tour. Partout, on annonce le retour du Girl Power avec le grand comeback des Spice Girls (sans Posh Spice par contre). La petite tournée aura lieu à l’été 2019 et devrait ravir les fans de pop bonbon de la fin du siècle dernier. De mon côté, le regain du fameux slogan dans la pop culture et du groupe derrière me laisse un peu de glace.

Je suis née en 1993, les Spice Girls en 1994 (le groupe, pas les filles…), c’est sûrement pour ça que je n’ai jamais vraiment été une grande fan. On a grandi en parallèle, sans jamais vraiment se croiser, moi pis les girls. À part Wannabe et un visionnement du film Spice World dans le sous-sol d’une amie, je n’ai pas tant accroché sur le projet. Par contre, pour toute une génération de jeunes filles, c’était en quelque sorte un premier contact avec le féminisme.

Comme l’explique Jenny Stevens dans son texte « Was Girl Power Just A Lie ? » chez Vice, les Spice Girls étaient des filles ordinaires (quoique très hot) qui prenaient de la place, qui faisaient du bruit et qui le faisaient avec d’autres femmes. « Silence is golden but shouting is fun » disaient-elles. En 2016, Stevens se questionnait dans son texte à savoir si le Girl Power était véritablement une mission pour le girl band ou si c’était plutôt une étiquette le fun à mettre sur de la pop pour mieux la vendre.

Un retour? Vraiment?

C’est aussi de là que vient mon malaise aujourd’hui lorsque je vois toutes les headlines dans mon fil de nouvelles qui célèbrent le retour du Girl Power. Depuis que Bikini Kill et les Riot Grrrl ont lancé le mouvement en 1991, soit plusieurs années avant que les Spice Girls reprennent le terme, le Girl Power n’a jamais vraiment quitté l’espace public. Maintenant, un an après #MeToo, alors que les femmes se réunissent, marchent dans la rue, contestent et font du bruit plus que jamais, j’ai un malaise en voyant qu’on célèbre le retour du Girl Power commercial à saveur de gomme balloune.

Lorsque le mouvement est né, le féminisme n’était pas pris au sérieux et les Spice Girls non plus. On a fait pas mal de chemin dans les 20 dernières années et, sans rien vouloir enlever à celles qui ont rendu accessibles à travers leurs morceaux catchy des concepts assez compliqués, leur comeback ne fera sûrement pas grand-chose pour la cause de toutes celles qui se considèrent femmes. Peu importe ce qu’en disent les headlines.

Pour l’instant, les Spice Girls n’ont annoncé que 6 dates au Royaume-Uni pour cette tournée. Les grand.e.s fans d’ici et les nostalgiques des 90’s n’auront donc pas la chance de les voir de passage au Québec. En attendant de voir si d’autres dates seront ajoutées, vous pouvez toujours vous consoler avec cette photo de bébé Adèle qui tripait fort sur les filles épicées.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Ta gueule

Jason Bajada s’adresse aux esti de gossants qui jasent pendant les concerts.

Dans le même esprit