Gab Labelle

Le tour du monde en 45 tours : Heidy P.

Entrevue sur la vie de DJ sur la route.

Heures de travail irrégulières, équipement lourd et gigs perpétuelles : la vie de DJ n’est pas toujours facile. Mais qu’en est-il des DJ sur la route ? Je ne parle pas de la tournée mondiale de DJ Tiesto, mais plutôt de DJ locaux qui s’aventurent dans d’autres régions du monde. Une mini tournée européenne dans des bars locaux, se trouver des gigs quand on déménage à chaque 6 mois, essayer de faire vibrer la foule étrangère sur les sons d’ici : voici le genre de défi auxquels font face les DJs sur la route. Ce sont les sujets que nous aborderons dans cette minisérie avec 3 DJs voyageurs qui font le tour du monde en 45 tours.

De Montréal à Lisbonne

DJ spécialisée en musique électronique, Heidy P. a récemment quitté Montréal pour s’installer de façon permanente à Lisbonne. Elle fait souvent l’aller-retour entre les continents afin de performer sur la côte est américaine. On lui a demandé comment elle a su adapter son style à sa nouvelle réalité géographique.

QUEL EST TON SETUP DE DJ POUR ÊTRE MOBILE SUR LA ROUTE ?

J’amène quelques clés USB, mes écouteurs et, si c’est un voyage plus long, mon laptop pour faire des ajustements de dernières minutes et ajouter mes découvertes. Je voyage assez léger, car j’achète souvent des livres et des disques vinyle sur la route.

COMMENT PRÉPARES-TU TES SETS POUR RESTER PRÈS DE TON STYLE TOUT EN T’ADAPTANT AUX GOÛTS LOCAUX ?

Je suis très influencée par le house américain et le disco-funk donc j’essaye d’en jouer le plus possible dans mes sets européens. J’aime aussi beaucoup les tracks avec des voix, ce qui n’est pas vraiment en vogue en Europe. À mes débuts outre-mer j’essayais de mettre moins de ce genre de tracks et aller plus vers le techno, mais j’ai vite compris que je m’éloignais de ce qui représentait mon style. Je n’ai pas voulu faire de compromis simplement pour obtenir quelques gigs de plus. Depuis cette décision, tout va mieux et j’ai plus de gigs que jamais.

QUELLE EST LA SÉRIE DE GIGS LA PLUS INTENSE QUE TU AS FAITE ?

Je reviens à Montréal au moins deux fois par année depuis mon déménagement en Europe. Je reste au moins un mois et je me booke des gigs à New York, Philadelphie et Detroit ou partout sur la côte est. Ça m’arrive donc souvent de jouer 4 soirs d’affilés en plus de voir des amis et la famille. Ça prend souvent une semaine de plus juste pour m’en remettre.

QUELLE EST LA PREMIÈRE CHOSE QUE TU FAIS QUAND TU DÉBARQUES DANS UNE NOUVELLE VILLE ?

J’adore marcher, je trouve que c’est la meilleure façon de découvrir une ville. Quand je débarque, je prends souvent des marches de 5 -6 heures. J’adore m’arrêter dans les cafés, les magasins de livres usagés et de disques. Je suis toujours à la recherche d’aubaines musicales.

EST-CE QUE CERTAINS DE CES ENDROITS SONT DEVENUS COMME UN DEUXIÈME CHEZ-SOI ?

Je me sens vraiment chez moi à Detroit et New York.

COMMENT ARRIVES-TU À TROUVER UN ÉQUILIBRE DE SANTÉ PHYSIQUE ET MENTALE SUR LA ROUTE ?

J’essaye de manger santé, mais je ne peux pas résister au confort food ! Je ne bois pas d’alcool et j’évite les after-parties maintenant. Il n’y a rien de mieux qu’une bonne nuit de sommeil.

QUELLE EST LA DIFFÉRENCE DANS LA RÉCEPTION QUE TU AS EN TANT QU’ARTISTE ICI ET AILLEURS ?

Je crois que mon déménagement en Europe a été l’élément déclencheur pour que je me fasse mieux booker à Montréal. Ça m’a aussi ouvert beaucoup de portes aux États-Unis. Lisbonne m’a offert l’opportunité d’être DJ à temps plein, et c’est tout un trip.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Bharda le pirate, le métalleux des garderies

Simon Tremblay mène une double vie. La plupart du temps, il est Simon l’éducateur, en poste depuis un an à la garderie au […]

Dans le même esprit