Les albums du mois : mai 2019

Cinq albums à écouter (si c'est pas encore fait).

Encore une autre gros mois en musique! Le rythme assez effréné n’a pas ralenti pour mon plus grand plaisir et je commence déjà à être mal pris pour mon top 50 de mi-année. Comme quoi on ne s’en sortira pas, mais c’est aussi ça le fun de la chose, à mon avis.

Ce mois-ci, on a donc eu droit à quelques premières sorties bien caliente, alors que la course à la toune de l’été est officiellement lancée. Mais, on a aussi eu beaucoup de musique plus loud, étonnamment. Vous aurez justement droit à une entrée punk et une métal.

Et ces entrées, quelles sont-elles? J’y suis allé avec le rock bien conçu de Mal, le art-punk de CRABE, le post-métal de Big Brave, le surprenant duo Sing, Sinck, Sing et l’inarrêtable Mike Shabb.

Live Forever, Mal

Indépendant, 13 mai

Les nostalgiques de rock alternatif fin-90’s, début 2000 devraient enfin se trouver une nouvelle égérie pour les accompagner. Les gars de Mal nous proposent en effet un beau mix de grunge et de shoegaze sur leur premier opus.

Sans jamais trop tomber dans le garage non plus, le résultat reste accessible et varié. J’ai bien hâte d’en entendre davantage, perso. C’est le genre de musique qui s’intègre aussi bien sur les ondes étudiantes qu’à CHOM FM et le band offre probablement des shows géniaux.

Notre-Dame de la vie intérieure, CRABE

Pantoum Records, 3 mai

Pour son septième album, et premier sur un label, le duo de «musique normale» se lance dans une longue introspection qui varge tout autant qu’elle pousse à se questionner sur le sens de l’art et la musique.

Aussi deep que l’étang au fond duquel le crabisme puise sa force inépuisable, cet album devrait séduire autant les fans de la première heure que l’industrie qui les soutient désormais un peu plus depuis la finale des Francouvertes 2018 du band.

A Gaze Among Them, Big Brave

Southern Lord, 10 mai

Si Montréal est désormais une ville métal selon l’hôtel de ville, le trio post-métal Big Brave passe malgré tout un peu inaperçu, même en étant signé aux States sur un méchant beau label.

Sur ce quatrième opus, le groupe reprend sur sa formule gagnante : de longues progressions harmoniques, la voix délicieusement troublante de Robin Wattie et du stock rough à fond. Y’a aussi un feat de Thierry Amar (GY!BE, Thee Silver Mount Zion), pour vous donner une idée!

Are Sing, Sinck, Sing, Sing Sinck, Sing

Constellation, 10 mai

Je viens de namedrop Godspeed You! Black Emperor? Ben y’a Efrim Manuel Menuck qui vient de lancer un nouveau projet avec Kevin Doria, qui l’accompagnait dans sa dernière tournée. Voici donc les premières compositions originales du duo montréalais.

C’est assez weird en termes de son, tirant ses racines de l’électro, de l’indie-pop et du post-rock, mais le résultat est rafraîchissant et particulièrement unique. En gros, faut écouter pour comprendre, mais dites-vous que ça fitte à 100% chez Constellation!

Gloom, Mike Shabb

Make It Rain, 23 mai

Vous vous dites que je parle souvent de Mike Shabb ici? Ben c’est que le gars en est quand même rendu à sa troisième parution en à peu près un an. Bien prolifique le jeune, mais est-ce que ça affecte la qualité de ses parutions?

Non. Tout reste ben bon! Sur Gloom, on y va avec des beats plus soft que sur Newave, avec des ambiances estivales majoritairement signées VNCE Carter (Dead Obies). Ça parle de party, de filles, de weed pis aussi de gougounes sur une toune, donc je suis vendu.

Autres sorties notables : Automelodie, Antony Carle, Pottery

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up