Les archives Neil Young donnent accès à TOUTE sa musique gratuitement

Le plus beau jour de ma vie.

Vous savez les dudes dans les partys? Ceux qui portent un perfecto et une tuque même s’ils sont à l’intérieur? Ceux qui vont gosser tout le monde en jouant Wonderwall à la guitare?

Moi, à mes heures, je suis ces dudes. Sauf que la toune que je joue et qui déprime tout le monde, c’est The Losing End de Neil Young.

Vu que mon jeu de guitare est pas vargeux et que j’ai un range de voix limité, c’est la toune facile à apprendre et qui donne l’impression que je sais jouer ET chanter.

C’est aussi une chanson qui, chaque fois que je l’écoute, me déchire le cœur et j’aime comment elle me détruit.

C’est pas mal ça que j’aime dans l’œuvre de Neil Young. Des grandes vérités qui font mal, amplifiées par le son de sa Old Black.

Il y a aussi une autre sorte de dude gossant dans les partys. Celui qui, quand tu dis que tu aimes Neil Young, va tenter de vérifier si t’as le droit de l’aimer en te posant des questions ultra-pointues sur tel album de 1974 ou tel enregistrement de 1967.

Je me retrouve toujours honteuse de dire que non, je connais pas ces sorties-là. Pis là je trouve le dude trou-de-cul de m’avoir shamée et d’avoir transformé la conversation en compétition, alors que j’étais pas en train d’étendre mes connaissances, mais bien en train de parler de chansons que j’aime et qui me touchent.

Ça fait que quand j’ai su il y a quelques semaines que les archives officielles de Neil Young étaient désormais disponibles en ligne gratuitement, j’ai un peu capoté. Pas tant parce que je souhaite me venger des « mansplaineurs » de party, mais plutôt parce que c’est une source infinie de découvertes et de bonheur.

Sur le site neilyoungarchives.com, on a accès à la totalité des chansons de l’artiste canadien, « rangées » bien sagement en ordre chronologique, dans un classeur vintage.

En plus, chaque enregistrement vient avec une fiche d’informations sur la chanson.

On y trouve aussi une ligne du temps qui regroupe non seulement tous les albums de M. Young, mais aussi des informations sur ses différentes tournées, sur ses livres, ses vidéos et ses films.

Ce qui est très, très cool aussi, c’est que Neil Young a pensé aux geeks de l’audio en offrant plusieurs niveaux de qualité d’écoute, selon la force de nos ordis et la grosseur de notre bande passante (hihi).

Alors voilà, si jamais vous ne souhaitez pas sortir ce weekend, voici de quoi vous plonger dans un vortex de folk canadien.

Mais n’oubliez pas qu’accueillir les archives de Neil Young dans sa vie, c’est l’occasion idéale de réaliser que peu importe votre niveau de connaissances en musique, tout ce que ça prend pour aimer une chanson, c’est un cœur. Et une qualité audio optimale.

Présenté par URBANIA Musique. Allez suivre notre page Facebook! Y s’passe des choses cool, là-bas!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up