L’héritage culturel du Théâtre Lionel-Groulx

Un gros joueur dans la vie culturelle de Sainte-Thérèse.

URBANIA Musique et Volkswagen s’associent pour vous faire découvrir la salle de spectacle qui rock Sainte-Thérèse.

J’arbore officiellement le badge de Montréalais depuis 2005. Cependant, avant de graduer vers la grande ville, j’ai habité à Sainte-Thérèse, une ville de la Rive-Nord reconnue pour son CÉGEP situé dans un ancien séminaire (fondé en 1825) et son option théâtre où plusieurs de nos plus grands artistes québécois ont débuté. Marc Labrèche? Check! Normand Brathwaite? Check! Bref, on doit en partie Piment Fort et La fin du monde est à 7 h au Collège Lionel-Groulx, c’est pas peu dire…

En plus d’être réputé comme un incubateur de talent artistique par excellence, le Collège reçoit chaque année plusieurs spectacles de tout genre dans son Théâtre de 800 places, opérant depuis 1986.

Pour ma part, je garde des souvenirs précieux de cet endroit. Je me rappelle de ma première visite pour assister au spectacle des 100 watts avec Marc-André Coallier. Je chéris encore ce moment, presque 30 ans plus tard…

Reste que les choses ont pas mal changé depuis. En effet, le Théâtre et ses alentours ont fait une cure de jouvence (et moi, je ne porte plus de bandana vert fluo).

Le diffuseur Odyscène y est pour beaucoup. Depuis plus de 32 ans, elle est devenue LA référence dans la région des Basses-Laurentides en matière de diffusion de la culture. J’ai peut-être animé CÉGEP en spectacle 2004 au Théâtre Lionel-Groulx, mais ce n’est rien comparé aux autres artistes qui ont joué sur ses planches. Grâce à Odyscène, plusieurs ont eu la chance de voir des géants comme Richard Séguin, Diane Dufresne et Jean-Marc Parent.

Je me suis donc entretenu avec Chantal Lamoureux, directrice générale et artistique chez Odyscène, afin de déterminer l’impact du Théâtre Lionel-Groulx et de l’entreprise sur le développement culturel de Sainte-Thérèse.

Odyscène et l’odyssée culturelle de la Rive-Nord

Parlez-moi de votre rôle au sein d’Odyscène. 

« J’ai toujours aimé l’art dans toutes ses formes, les artistes, et surtout les différents moyens d’expression qu’ils utilisent pour transmettre certaines émotions. »

Je suis la nouvelle directrice générale et artistique d’Odyscène depuis un peu moins d’un an. J’arrive tout juste de Gatineau ou j’ai été à la direction artistique des lieux de diffusion de la ville durant les 12 dernières années. Au-delà d’assurer une gestion saine, efficace et optimale de l’entreprise, j’ai un rôle d’éclaireur afin de trouver les meilleurs spectacles, surtout ceux que j’appelle les petites perles rares, afin que nous puissions les faire découvrir avant tout le monde.

De plus, je m’assure de susciter des rencontres entre les artistes et notre public, et de leur faire vivre des émotions. À la base, je suis une femme d’action très passionnée… J’aime les changements, j’aime briser la routine, j’aime faire une différence (…). J’ai toujours aimé l’art dans toutes ses formes, les artistes, et surtout les différents moyens d’expression qu’ils utilisent pour transmettre certaines émotions, visions et messages.

Pouvez-vous m’en dire plus sur votre compagnie?

Odyscène a vu le jour en 1986, sous l’inspiration d’une équipe aussi passionnée qu’enthousiaste. Au fil des ans, l’entreprise a connu une forte croissance et a su s’imposer comme une force et une référence dans la région des Basses-Laurentides en matière de diffusion de la culture. Depuis 1995, Odyscène est le diffuseur régional de la MRC de Thérèse-De Blainville (…) et gère actuellement la programmation de trois lieux de diffusion. Depuis 2016, le Cabaret BMO à Sainte-Thérèse, une nouvelle salle de spectacle située au cœur du centre-ville, s’est ajouté à la liste. Cette salle accueille près de 150 spectacles par année en formule cabaret.

Si les murs pouvaient parler

Dans toute l’histoire du Théâtre, est-ce qu’il y a des spectacles qui, selon vous, ressortent du lot?

Nous avons vécu plusieurs grands moments au fil des programmations. Diane Dufresne est le premier spectacle présenté par Odyscène en 1986 au Théâtre Lionel-Groulx. Parmi les spectacles marquants, on pense à Daniel Lanois, Robert Charlebois en formule intime, Patrick Watson, Louise Lecavalier, Jesse Cook, Richard Séguin en formule carte blanche, Belles-Sœurs, etc.

Est-ce qu’il y a un artiste en particulier que vous souhaiteriez voir sur les planches du Théâtre?

Backbone, Rufus Wainwright, une production de Robert Lepage et Cavalia.  

Combien de gens visitent le Théâtre par année?

Nous présentons près de 240 spectacles par année dans nos 3 lieux de diffusion, et ce dans toutes les disciplines : théâtre, danse, musique, chanson, jeunesse (familial et scolaire), humour, variété et cinéma de répertoires.

Et chaque année, environ 90 000 spectateurs assistent aux concerts et spectacles présentés au Théâtre.

C’était moins bon dans mon temps

J’ai remarqué que le centre-ville de Sainte-Thérèse semble avoir beaucoup plus à offrir culturellement que lorsque j’étais adolescent. On dirait un mini Mile-End! Selon vous, qu’est-ce qui a mené à cette vague de changement?

« Une programmation diversifiée et de grande qualité, qui fait place autant aux artistes de la relève et aux découvertes qu’aux artistes établis. »

L’arrivée de nombreux commerces; bars, restaurants, boutiques tendance ont fait du centre-ville une destination très courue. L’arrivée du Cabaret BMO Sainte-Thérèse en 2016 a aussi grandement contribué à l’effervescence et à l’augmentation de l’achalandage au centre-ville.

Comment voyez-vous l’avenir culturel du Théâtre Lionel-Groulx et d’Odyscène?

Très prometteur… On bouillonne d’idées, je suis entourée de jeunes professionnels hyper compétents, branchés et allumés autant en programmation, en technique et en marketing!

Nos priorités : tisser des liens avec notre public, la communauté et avec le Collège Lionel-Groulx.

Odyscène a quand même 33 ans d’existence et le Théâtre Lionel-Groulx se situe quand même dans LE Collège ou la majorité des artistes qu’on retrouve sur les planches ou derrière les écrans au Québec y ont passé.

En terminant, comment est-ce que je pourrais convaincre ma copine de prendre la 15 et risquer le trafic pour aller voir un spectacle au Théâtre? Qu’est-ce que la salle et ses alentours offrent d’unique?

Une programmation diversifiée et de grande qualité, qui fait place autant aux artistes de la relève et aux découvertes qu’aux artistes établis. Le Théâtre Lionel-Groulx est situé dans un périmètre en ébullition, entouré de nombreux nouveaux restaurants, bars, et boutiques. La facilité d’accès avec son stationnement gratuit et son grand confort est également un atout pour les spectateurs ainsi que le coût très abordable des spectacles.

Pour connaître la programmation du Théâtre Lionel-Groulx, c’est par ici!

****

Pour visiter Sainte-Thérèse et y voir un spectacle, allez-y en Jetta.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up