« Lords of Chaos » : entretenir le mythe du black metal

Le film se penche sur un mouvement musical qui est allé un peu trop loin.

Le 8 février prochain, l’une des histoires les plus fascinantes et morbides de l’avènement du black metal arrive sur grand écran. Le film Lords of Chaos de Jonas Akerlund raconte l’histoire du groupe Mayhem, issu de la scène metal norvégienne des 90’s. Reconnu dans certains cercles pour sa grande influence sur ce style musical, et par les amateurs de true crime comme l’un des groupes avec le passé le plus sordide, Mayhem a définitivement marqué les esprits.

« Excuse the blood », se sont les premiers mots de la lettre de suicide qu’a laissée derrière Dead, le frontman de Mayhem (de son vrai nom Per Yngve Ohlin), après s’être ouvert les veines, tranché la gorge, puis envoyé une balle en pleine tête en 1991. Son suicide, violent et immortalisé sur la pochette d’un des albums live du groupe, est le début d’une série d’événements qui ont fait passer Mayhem à l’histoire. C’est aussi la prémisse du film d’Akerlund.

Lords of Chaos est basé sur le livre du même nom, Lords of Chaos: The Bloody Rise of the Satanic Metal Underground de Michael Moynihan et Didrik Soderlind. Largement critiqué par la scène métal norvégienne et par les protagonistes ayant survécu à Mayhem, le livre s’intéresse surtout au lien entre la montée du black metal et une série d’églises incendiées dans les années 1990. Le film semble au courant des failles dans son matériel de base, puisqu’il mentionne « Based on truth and lies » dans sa tagline. Après tout, ce ne serait pas la première fois que l’on romance une histoire pour qu’elle soit plus intéressante au cinéma, mais dans le cas de Mayhem, la vérité dépasse largement la fiction.

N’y voyez pas un documentaire musical, mais plutôt un film d’horreur, ou presque. Parce qu’après le suicide de Dead, les choses ne se sont pas arrangées pour les métalleux. L’intrigue centrale du film semble tourner autour de la relation intense entre Euronymous (Øystein Aarseth) et Count Grishnackh (Varg Vikernes), les leaders du groupe. Dans la réalité, les tensions entre les deux jeunes hommes se sont terminées par le meurtre violent d’Euronymous aux mains du Comte.   

La rumeur veut que ce soit une fascination pour le mal et l’occulte, combinée à des problèmes de santé mentale non diagnostiqués, dans le cas de Dead tout de moins, qui auraient causé cet épisode sanglant de l’histoire de Mayhem. Après le meurtre d’Euronymous, Varg a été condamné à 21 ans de prison. En plus du meurtre, il a été accusé d’incendies criminels ayant détruit quatre églises et de possessions d’explosifs. On le soupçonnait d’être un nazi et de vouloir faire sauter un repère de punk antifasciste à Oslo. Avec les années et les rumeurs, le vrai et le faux se sont mélangés pour créer la légende de Mayhem.

Le groupe, qui est toujours actif à ce jour, ne semble pas apprécier que leur histoire soit portée à l’écran si on se fie à cette entrevue avec Rolling Stone Magazine en 2017.  « Je pense que toutes les personnes qui connaissent le black métal norvégien savent que ce livre est de la merde et on est tous sceptiques et négatifs à l’idée qu’il soit porté à l’écran », disait le guitariste Snorre Ruch (alias Blackthorn). Ils y avançaient aussi que la production ne les avait jamais contactés et qu’ils n’ont pas du tout été impliqués dans le projet.

Jørn « Necrobutcher » Stubberud, le seul membre fondateur de Mayhem qui fait toujours partie du groupe, critique aussi la vision qu’a le public de cet épisode de leurs vies. À l’aide de Thurston Moore de Sonic Youth, qui est aussi à la tête d’une maison d’édition, Stubberud a fait paraître sa biographie « The Death Archives – Mayhem 1984-1994 » aux États-Unis. Moore en disait ceci : « c’est [un livre] qui n’est pas prétentieux et qui démantèle la mythologie du groupe, le suicide, les meurtres et les églises incendiées, ce qui nous mène dans un espace où il n’y a plus de scandale ».

La sortie de Lords of Chaos en salle devrait ramener les déboires de Mayhem dans le spotlight. On pourra y voir Rory Culkin (le frère de Macaulay), Jack Kilmer (le fils de Val Kilmer), Emory Cohen et Sky Ferreira. Malgré les critiques du groupe envers le film, Arion Csihar, le fils de l’un de ses membres, y jouera son propre père.

Lords of Chaos sera à l’affiche dès le 8 février.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Entrevue : Souldia en route vers la délivrance

Kevin St-Laurent n’avait que 15 ans lorsqu’il s’est mis à esquisser ses premières rhymes sous son alter ego Souldia. Inspiré par le franc-parler et […]

Dans le même esprit