Parliament sort un nouvel album après 38 ans et on ne se peut plus

Hugo Bastien vous explique pourquoi c'est une grooooosse nouvelle.

Confession : j’ai un petit peu chié dans mes pantalons en voyant la nouvelle que le légendaire groupe Parliament venait de sortir un nouvel album :  Medicaid Fraud Dogg.

C’était de loin la surprise que l’on attendait le moins, puisque le groupe n’avait pas produit de nouveau matériel depuis la sortie de leur dernier album Trombipulation en 1980.

Mais avant de parler de leur nouveau projet, j’aimerais m’attarder un peu sur la légende qu’est George Clinton, leader du groupe, afin que vous compreniez l’importance que son, ou plutôt ses groupes ont eue dans l’histoire la musique et en particulier du hip-hop.

Durant les années 60, George Clinton fonde deux bands, Parliament et Funkadelic, se partageant plusieurs membres communs (les groupes ont eu environ une cinquantaine de membres au total). Ses deux formations ont introduit à la musique des années 70 un sous-genre du funk, le P-Funk, un style mixant les influences du rock progressif, du soul, ainsi que des éléments d’afrofuturisme et de science-fiction.

Les albums  Maggot Brain (Funkadelic) et Mothership Connection (Parliament) sont souvent cités comme les deux projets les plus importants de leur discographie. Ils ont influencé un grand nombre de musiciens de l’époque (dont Jimi Hendrix), mais aussi de la culture hip-hop des années 90.

En effet, les deux bands sont probablement dans les groupes les plus samplés de l’histoire du hip-hop et sont derrière le son caractéristique du gangsta-rap du westside, propulsé à l’époque par Dr Dre. Grand fan de leur musique, Dre s’est inspiré de leur travail pour créer son style si caractéristique : le g-funk, que l’on entend entre autres, dans les chansons de Snoop Dogg et Westcoast Connection, et encore aujourd’hui sur des productions de Kendrick Lamar, YG ou Nipsey Hussle. Sur le premier album solo de Dr Dre, « The Chronic », pratiquement une chanson sur deux comprend un sample du collectif.

(Let Me Ride – Dr Dre)

(Mothership Connection – Mothership Connection)

Parlons maintenant du nouvel album!

George Clinton a déclaré un peu plus tôt cette année en entrevue qu’il était vraiment inspiré par le son d’Atlanta et le trap, et ça s’entend! L’album oscille entre le p-funk qu’on connaît de Parliament, au jazz (Antisocial Media), au RnB chanté (Psychotropic), en passant par des chansons carrément trap (Backwoods et Mama Told Me).

Malgré la progression des chansons parfois un peu éclectique, Clinton réussit à naviguer entre tous les styles avec fluidité. Seul défaut du projet : encore une fois, un album trop long. Les 23 chansons finissent par diluer la proposition malheureusement…

Ceci dit, les fans seront comblés du retour d’une aussi grosse légende, sans compter qu’il y a vraiment quelque chose d’incroyable dans un monsieur de 76 ans qui met du gros trap sale sur son album!

I funk with that!

Présenté par URBANIA Musique. Venez suivre notre page Facebook, il se passe des choses bien cool, là-bas!

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Entrevue : Souldia en route vers la délivrance

Kevin St-Laurent n’avait que 15 ans lorsqu’il s’est mis à esquisser ses premières rhymes sous son alter ego Souldia. Inspiré par le franc-parler et […]

Dans le même esprit