Quand Patrick Watson transforme « Flaming hot cheetos » en chanson d’amour

Petit récit d'une soirée sous le signe de l'improvisation à Pop Montréal

Il y a quelque chose de vraiment spécial dans le fait d’habiter une ville où peu importe le jour de la semaine ou l’heure qu’il est, c’est possible de voir de la musique live. L’été, à midi, sur une place publique, dans un bar de quartier à une heure du matin, dans un parc sous le soleil, sur la scène de la Sala Rossa, du Corona ou du feu Métropolis.

Même en après-midi, en allant au café du coin c’est possible d’entendre de la musique. Si on est extrêmement chanceux, on peut même croiser Patrick Watson, assis au piano de ce même café, jouer une petite toune en attendant son lunch. Ça, c’est un moment qu’on ne peut pas fabriquer. Qui arrive, par pur hasard, un mercredi gris quand on s’arrête sur Laurier pour boire un café.

Samedi dernier, c’est un autre genre de moment, tout aussi spécial, qui a mettait en vedette M. Watson. Dans une jolie maison d’une personne mystère d’Outremont, une poignée d’invités ont été conviés à un show secret de Patrick Watson pendant Pop Montréal.

En forme, il a décidé de scrapper l’idée de la set-list et de faire de l’impro et quelques nouveautés pas encore complètement achevées. Le public lui pitchait des idées de nom de chanson et il inventait sur le spot des paroles et une musique pour aller avec. Dans les plus mémorables, les mots « flamming hot cheetos » et « avocado toast » qui ont donné une chanson d’amour hyper sympathique qui aurait bien pu s’appeler « Hungry For You ».

Je n’ai pas passé toute ma soirée avec Watson, j’avais un concours de danse à aller gagner

Ce qui rend la soirée unique, c’est que vous n’entendrez sûrement jamais « Hungry For You », ni la plupart des autres morceaux improvisés ce soir-là. C’était un one-shot-deal, un moment à vivre, parti à jamais, mais sûrement capturé dans quelques Insta Stories… Je n’ai pas passé toute ma soirée avec Watson, j’avais un concours de danse à aller gagner (c’est une longue histoire), mais d’avoir pu assister à ce concert m’a rappelée à quel point j’aime aller voir de la musique live.

Un très gros shout out à Pop Montréal qui donne la place aux artistes pour créer des instants comme ça avec leur public. Je pense aussi à Lydia Képinski et son Sade night au Cinéma L’Amour. Un autre show qu’on ne reverra plus jamais ailleurs et auquel Pop a donné une plateforme pour exister. C’est merveilleux de pouvoir entendre (et voir) de la musique partout en ville, mais c’est carrément magique d’assister à un moment unique comme ça avec un.e artiste.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Itinéraire pour un roadtrip 100% country

2019, c'est l'année du country!

Dans le même esprit