Jade Bressan

Petit guide d’autodéfense de la femme en musique

La rappeuse Sarahmée déconstruit les clichés tout en kickant des culs.

Quand on m’a approchée pour rédiger un guide d’autodéfense de la femme en musique, je me suis dit : « Eh boy!!! Par où je commence! » Et puis, je me suis rendu compte que j’avais plein d’anecdotes emmagasinées dans mon petit tiroir à « commentaires de fin de show ». Mais pour vraiment représenter la réalité, j’ai aussi demandé aux concernées ce qu’elles en pensent. J’ai donc interrogé mes consœurs musiciennes, chanteuses, gérantes, productrices, pour savoir quelles sont les questions clichées qu’on leur pose le plus fréquemment et croyez-moi, ce ne sont pas les plus agréables.

Ben oui, les gens, ça se peut une fille qui fait du rap, une bassiste charismatique, une guitariste qui est capable d’accorder sa guitare seule avant son show, et une chanteuse qui sait que le micro que le technicien lui a donné au test de son, ben c’est l’sien.

Q : Eille, tu rappes bien pour une fille!!

R : Ben oui, je sais que ce n’est pas une question. Mais celle-là figure dans le top des commentaires que je reçois. Comme si aucune fille n’avait jamais rappé ou qu’elles étaient toutes poches! Je n’sais jamais comment le prendre. Mais je te comprends, si t’en avais jamais vu une avant torcher le stage comme moi, ben ça se peut que tu aies oublié le reste, haha!

Blague à part, c’est comme dire à n’importe quel artiste populaire, disons Bono : « Tu chantes bien pour un gars. » J’pense que ça ne lui est JAMAIS arrivé! Personnellement, je ne me suis jamais demandé pourquoi en tant que fille je faisais du rap. JAMAIS. J’ai juste eu un coup de cœur énorme à l’adolescence pour cette musique et ça aurait bien pu être le folk si tu veux mon avis. Et même dans ce style de musique, on en entend des pas pires.

Le rap est vu comme un style exclusif aux hommes tough, assumés, et la place des filles a toujours été réduite par les médias et les clichés à des images de femmes à moitié nues derrière le gars avec ses grosses chaînes. Mais par manque de temps d’expliquer l’histoire du hip-hop et de mentionner que Queen Latifah existait bien avant que ce gars-là ne naisse, je me résigne trop souvent à un merci soufflé du bout des lèvres avec un sourire teinté de malaise. MERCI! JE SUIS RASSURÉE!

Q : C’est toi qui écris tes chansons?!

R : Mon ami, c’est moé!!! Vois-tu, j’ai appris à lire et à écrire très jeune, comme toi. Et comme toi, j’ai des idées, des choses à dire, donc je les écris. Je ne pense pas qu’on demande à Pierre Lapointe qui écrit ses chansons, mais pour une chanteuse ou une rappeuse, si c’est bon, c’est peut-être pas elle qui l’a écrit. Vous allez me dire que je pousse un peu, mais sans aucune exagération, cette question est une des plus récurrentes envers les artistes féminines, tous styles confondus; désolée de péter votre bulle. Pis une fois que Steve a compris que j’écris mes chansons, je vois ses pupilles se dilater comme une éclipse. Et là je vois ses yeux chercher le prochain move qu’il va faire pour s’enfuir le plus rapidement possible. Awkward!

Q : Pourquoi tu n’es pas plus féminine? Me semble que plus maquillée, tu serais plus sexy?

R : Mmmm. Il me semble ne pas t’avoir demandé ton avis, mais t’sais, je vais prendre ton conseil en note, faire un autre sourire forcé et surtout ne pas suivre ton conseil. No hard feelings. Féminine? As-tu des exemples concrets? Car je suis déjà une fille, je ne vois pas ce que je peux faire de plus pour TE plaire. C’est dingue cette perception incroyable qu’en tant que fille, on doit constamment être un objet de séduction, car à part savoir jouer d’un instrument ou écrire des textes, ce qui n’est pas le but ici bien évidemment, on ne sert qu’à séduire… Pense pas moi!!! Mais on est ben gros conditionnés à regarder le chanteur leader sexy à la guitare, à ignorer le bassiste qui fait un fou solo sur le stage et à voir la fille du band comme une groupie ou la blonde du gars, alors qu’elle ne l’est pas nécessairement.

Q : Parlant de la blonde de… es-tu la blonde d’un des gars?

R : D’un, ce n’est pas de tes affaires et de deux, réfère-toi au premier point (insérer un gros smiley face)! Il y a comme un non-dit sur les filles en backstage ou dans les shows, comme quoi elles n’ont forcément pas de rôle concret, qu’elles se sont juste pogné un des gars du band (t’sais, si la fille du coat check le dit). Dude, même la fille à la table de merch est importante, sinon tu ne pourrais pas acheter le t-shirt trop cher de ton band préféré. Dans le fond, ce qu’on vit en musique est un pur reflet de la société et il est temps que l’on s’interroge sur toutes les idées préconçues que l’on traîne et qu’on ne remet pas en question. Une femme peut se tenir seule, droite, torcher ben raide un show et prendre des décisions sans qu’un homme lui chuchote constamment les réponses à l’oreille.

Q : Ah tu fais de la musique? T’es chanteuse! Ah non? Tu rappes? Avec qui?

R : Toute seule! Je fais mes trucs. Je laisse souvent tomber cette réponse avec un goût amer dans la gorge. Ça fait 10 ans que je rappe, que j’écris mes textes, que je booke mes shows, que j’engage mes musiciens, que j’envoie des communiqués, que je fais des feats, près de 8 ans que je m’enregistre seule au studio. Bien sûr, j’ai une équipe formidable avec qui j’ai traversé les années et qui m’ont aidée et soutenue, mais rendons à Cléopâtre ce qu’on a toujours donné à César. Du talent il y en a, on était là avant qu’on parle de nous et on sera toujours là après. C’est notre passion, notre hustle, notre vie.

Des filles à la maîtrise en composition jazz j’en connais, des femmes-pieuvres qui jouent du clavier, de la flûte et qui chantent (allô Caro Dupont), des filles qui mixent, produisent des chansons, les réalisent (allô Frannie) j’en connais plein. Alors qu’est-ce qu’on attend? Venez pas me dire que je suis la seule femme qui rappe que vous avez vu dans votre vie? Si oui, je suis honorée d’être la première que vous voyez, mais Seigneur, passons outre le genre et discutons de musique. Sachez, chers public et médias, que nous sommes en total contrôle de notre art, aujourd’hui plus que jamais. Toujours se faire dire que pour une fille on fait bien ceci ou cela est réducteur et à la longue malaisant et insultant. Nous mettons autant d’heures que nos confrères dans la musique, nous avons le même sérieux qu’eux, la même éthique, mais nous ne sommes toujours pas reconnues comme leurs égales. Cela contribue encore une fois à stigmatiser le talent. Et au final, le message qu’on comprend réellement avec des questions comme ça c’est : « Pour une fille (c’est à dire, une classe à part), t’es correcte. » Pas vraiment un compliment, vu de même, hein!?

Présenté par URBANIA Musique. Venez suivre notre page Facebook, il se passe plein de choses cool, là-bas.

Du même auteur

Vous n'allez pas rester là sans rien dire ?
Faites-vous entendre...

mode_comment Afficher les commentaires keyboard_arrow_down keyboard_arrow_up

Dans la même catégorie

Dans le même esprit